Au sein de la carrière du massif de Montmorency, Placoplatre utilise pour la première fois en France une chargeuse minière ST18, une machine de marque Epiroc fournie en novembre par le distributeur Aramine.

Le godet chargé de gypse, le charge-roule enchaîne les virages dans un labyrinthe de tunnels. Hors de la clarté de ses phares, tout est obscur. À 80 m sous terre, point de soleil. C’est à cette profondeur que s’étend la carrière du massif de Montmorency, qui s’étend sur les terrains de dix communes du Val-d’Oise*. Cette exploitation de 1 418 ha est exploitée par Placoplatre pour son propre compte (66 % de la surface totale) et pour le compte de son confrère Siniat (44 %).

Les quelque 620 000 tonnes/an de gypse générées alimentent des usines de plâtre, des cimenteries et des fabricants d’engrais ou de produits chimiques. La société compte 50 salariés dans ce site, ainsi que des sous-traitants.

Vitesse et volume

L’extraction, réalisée à l’explosif, façonne le sous-sol. Le réseau prend la forme de galeries d’une largeur de 8 m et dont la hauteur est comprise entre 6 et 9 m. Les roches décrochées sont transportées par des chargeuses jusqu’à une installation de concassage et de criblage. La carrière abrite six de ces engins, dont le premier charge-roule ST18 d’Epiroc mise en service en France.

Pour se procurer ce modèle, Placoplatre s'est adressé au distributeur Aramine. Il a été choisi pour.sa vitesse et sa capacité de transport. La machine, arrivée en novembre, fait l'objet d'un crédit-bail.

Confort de conduite

La ST18 peut atteindre 27 km/h. Elle possède un godet de 18 m3, « le plus gros volume pour une chargeuse minière doté d’un moteur Phase V, souligne Geoffrey Kachler, responsable commercial d’Aramine. En outre, la cabine offre un grand confort avec notamment un espace élargi pour les pieds. »

L’engin intègre un dispositif semblable au « ride control » des chargeuses haut de gamme. La flèche est dotée d’une suspension couplée à deux accumulateurs qui réduisent ses secousses durant les phases de mouvements. Des amortisseurs de fin de course sur la flèche et la direction viennent empêcher les butées.

Détection de piétons

 

IMG_20230109_153107.jpg
CDF
L'Epiroc Rig Control System remonte les informations de fonctionnement de la machine sur un écran de contrôle.

Le logiciel Epiroc Rig Control System transmet les informations de fonctionnement sur un écran de la cabine. « L’opérateur peut ainsi surveiller en permanence le comportement de sa machine », note Cheick Kourouma, responsable commercial pour le secteur Nord-Est au sein de la division forage d’Epiroc France.

En matière de sécurité, le châssis arrière ne présente pas de saillies qui entraveraient la visibilité de l’opérateur. Placoplatre a demandé à Aramine d’installer deux Blaxter, des caméras de détection des piétons et d’obstacles, l’un à l’arrière, l’autre sur le côté opposé à la cabine. En outre, un dispositif de LED délimite par des lignes verticales et horizontales rouges la zone à risque autour du charge-roule.

La ST18 est accompagnée d’un contrat de maintenance de six ans assuré par Aramine. Celui-ci comprend entre autres un engagement de 90 % de disponibilité.

IMG_20230109_152938.jpg
CDF
La machine est équipée d'une délimitation LED de la zone de risque et de deux détecteurs de piétons Blaxtair.

 

* : Baillet-en-France, Bessancourt, Béthemont, Bouffémont, Chauvry, Domont, Montlignon, Saint-Leu-la-Forêt, Saint-Prix et Taverny.

">