Mi-novembre, le constructeur de systèmes de manutention a profité du salon lyonnais pour démontrer la vitalité de son catalogue, entre nouvelle grue, accessoire et batterie.

Solutrans : Hiab n'oublie aucun secteur

Confrontés à une hausse générale de la qualité dans le secteur des engins de construction, les fabricants de produits haut de gamme se trouvent dans une position délicate. Difficile de justifier des tarifs élevés quand d’autres engins moins onéreux remplissent les mêmes missions avec des rendements plus que corrects. Reste le service, les options ou des machines destinés à des marchés spécifiques où la concurrence ne pourra pas les suivre.

Dans le domaine de la manutention, Hiab explore ces différentes voies. Du côté des services, la firme a notamment dévoilé l’année passée son système télématique de série Hiconnect. En ce qui concerne les produits, son stand au salon Solutrans, qui s’est tenu à Lyon du 16 au 20 novembre dernier, donnait un aperçu des dernières sorties.

Flèche dodécagonale

Dévoilée durant le printemps, la Effer 1000 constituait la principale attraction en matière de grue de chargement. La marque italienne Effer, qui a rejoint le giron du groupe en novembre 2018, a conçu un modèle de 90 t.m des plus polyvalents. Il possède pas moins de neuf rallonges auxquelles il est possible d'ajouter un jib (un bras hydraulique rotatif) doté de six extensions. La machine peut atteindre 26 m à la verticale et près de 22 m à l’horizontale, plus de 38 m à la verticale et 34 m à l’horizontale avec un jib.

Le bras principal prend la forme d’un polygone à dix côtés avec une seule soudure. Selon l’entreprise, cette structure dodécagonale améliore la stabilité du système et la répartition du poids. « Nous avons les abaques équivalents à une 130 t.m », assure Paulo Julio, responsable de la gamme Effer de Hiab France. La grue peut atteindre un angle de 83° en extension maximale. « Par rapport à un engin doté d’un angle de 80°, le camion peut se rapprocher plus près du lieu de livraison. Il entrave moins la voie, ce qui peut contribuer aux gains de certains marchés. »

Des débutants aux spécialistes

Le manufacturier a également conçu ses jibs de telle manière à ce qu’ils conservent les mêmes capacités entre la septième et la neuvième rallonge. Pour les amateurs de vitesse, une deuxième pompe hydraulique est disponible en option. Le débit maximal passe alors de 130 l/min à 180 l/min. Quant à l’encombrement du véhicule, il reste modeste. Le matériel mesure 2,12 m de long pour 2,54 m de large. Son poids s’élève 9,2 t. Comptez 1,8 t supplémentaire pour le jib.

À l’image des autres produits du manufacturier, l’Effer 1000 peut être accompagné de systèmes d’assistance au pilotage, tels l’AWC (Assisted Winch Control) qui aide à maintenir les charges attachées au treuil à la bonne distance de la poulie de tête ou le DLC (Dynamic Load Chart) qui estime la capacité de la grue dans toutes positions en fonction de la stabilité du véhicule. Stabilité qui devrait encore progresser en 2022 avec l’arrivée des Crosstab, des stabilisateurs qui s’étendent en croix devant la cabine. De la sorte, la grue peut même œuvrer devant le véhicule.

Bâchage automatique

Du côté des appareils à bras, le Multilift Ultima, le modèle le plus sophistiqué du constructeur, dispose désormais en option d’un système de bâchage automatique, le Multilift Loadcover. L’enroulement de la bâche est accroché sur une barre transversale soutenue par deux bras posés de part et d’autre de la plate-forme du camion. Ces derniers sont articulés. « Le conducteur pilote l’hydraulique du dispositif au moyen d’une radiocommande, explique Thibault Lescure, responsable recyclage et forêt de Hiab France. Il économise du temps et de l’énergie. Par ailleurs, ce procédé réduit les risques d’accident. » Le groupe avance un temps d’installation d’une heure. La bâche peut être fixée à l’avant ou à l’arrière du véhicule selon les préférences du client.

Recharge sur le camion

Enfin, à la périphérie des travaux publics, les transporteurs de matériaux pouvaient découvrir à Lyon le chariot élévateur embarqué électrique Moffett E4. « Ce n’est pas un chariot hydraulique alimenté par une batterie, précise Laurent Martin, responsable produit Moffett de Hiab France. Les deux roues multidirectionnelles sont chacune équipée d’un moteur électrique, ce qui leur donne un couple important. »

D’après le fabricant, son autonomie lui donne la capacité de décharger 70 palettes de 1,5 t à 25 m du véhicule. Il se recharge en 6 heures avec une prise murale ou 2 heures avec une prise 30 A/h. Moffett propose aussi un chargeur embarqué sur le camion afin que les accumulateurs reprennent quelques pourcents durant les trajets. Entre autres suppléments, les néophytes pourront apprécier le Moffett Load Indicator qui vérifie que la charge à soulever n’est pas trop lourde en fonction de la position des stabilisateurs, de la fourche et du mât. Si le E4 est destiné au transport sur des plates-formes logistiques, une déclinaison électrique de Moffett MX5 NX, plus adapté aux terrains difficiles, devrait sortir l’année prochaine.

">