Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Réseaux - Location – Tension sur les prix et les marges

Location – Tension sur les prix et les marges

8 janvier 2016
<span>Location</span> – Tension sur les prix et les marges

La majorité des loueurs de matériels et d’équipements de travaux publics est confrontée à un ralentissement assez sensible de leur activité. Les prix sont sous tension et les marges s’érodent.

Le ralentissement de l’activité, qui reflète les difficultés du BTP, ne facilite pas celle d’un loueur comme Foraloc, observe Guillaume Lemaire, son directeur. Les travaux spéciaux et les études de sol se maintiennent. Mais le minage et la démolition sont à la peine et seule l’injection progresse légèrement. 2016 ne devrait guère changer la donne.

Depuis le retournement de la conjoncture en 2009, Solomat attend un rebond qui n’arrive pas, confie Thierry Lemaître, son président. Le loueur a entamé « une guerre de tranchée sur le terrain commercial pour tenir sa part de marché » dans une situation qui s’est dégradée et opacifiée depuis un an à un an et demie.

Depuis deux ou trois ans, Chastagner dresse un constat similaire. L’environnement économique est marqué par une tension sur les prix (« serrés ») et sur les délais d’exécution (« raccourcis ») des chantiers, constate Vincent Lemoine, son directeur. Pour « une mono-agence » dont le périmètre est resté constant depuis le début de la crise, les temps ne sont pas moins difficiles, confirme Arnaud Savenay, président de Locamat.

Pour Comptoir de Location, l’activité a commencé à s’infléchir en avril 2014 après les Municipales, une inflexion accentuée, entre autre, par la baisse des dotations de l’Etat aux communes, explique Xavier Pérard, son P-DG. « La baisse a été plus violente que prévue », souligne-t-il. L’activité s’est légèrement redressée en septembre dernier. Mais le patron de l’entreprise Rhône-alpine, qui craint un hiver difficile, n’espère pas de véritable reprise avant septembre prochain.

Après cinq années d’une conjoncture qualifiée de difficile, Mateloc a enregistré lui aussi un léger mieux en septembre. Mais Charles Sourice, responsable marketing, garde la tête froide : l’avenir est encore largement bouché, notamment les travaux publics. La réduction des prix de location et des marges sur certains types de matériel entame les capacités d’investissement et de remboursement des acquisitions – amorties en 4 ou 5 ans, contre 3 – du loueur.

Le négoce et la vente de matériels de mesure pour la topographie etAccès le chantier sont en légère baisse, mais la location reste orientée à la hausse, se réjouit quant à lui Thierry Ghigliazza, responsable marketing de Topocenter, en précisant que ses clients favorisent surtout la courte durée. Si les grands groupes de BTP privilégient l’achat d’équipements (guidage, station totale ou robotisée, laser rotatif…) qu’ils font tourner entre leurs différents chantiers et leurs équipes, les entreprises indépendantes, les PME et les PMI préfèrent les louer. Deux raisons à cela : un, elles n’ont pas toujours forcément le budget nécessaire ; deux, le retour sur investissement est pour elles plus problématique.

J.D

Crédits photo : Comptoir de Location, Accès Industrie