Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Réseaux - Location – Rachat de Lavendon : Loxam en passe de boucler le rachat

Location – Rachat de Lavendon : Loxam en passe de boucler le rachat

31 janvier 2017
<span>Location</span> – Rachat de Lavendon : Loxam en passe de boucler le rachat

Après plus de deux mois d’un bras de fer qui l’a opposé à TVH Group, Loxam va pouvoir finaliser le rachat du loueur anglais spécialisé dans l’élévation de personne. Explications.

TVH ayant renoncé à surenchérir la dernière offre de Loxam, le N°1 européen de la location de matériels va pouvoir se porter acquéreur d’un groupe bien implanté au Royaume-Uni et au Moyen-Orient, sous réserve de l’accord des autorités boursières. Rappel des faits.

Depuis la fin de l’année dernière, Lavendon était convoité à la fois par l’équipementier industriel TVH et Loxam. La troisième offre de ce dernier valorisait Lavendon à 459 millions de livres, au 17 janvier 2017, Loxam, indiquant que le seuil d’acceptation de l’offre est abaissé à 50% plus 1’action au lieu de 75% précédemment.

Toujours selon Loxam, la prime représente approximativement 92,4% du cours de clôture de 139 pence par action Lavendon, le 21 novembre 2016, dernier jour ouvrable avant la période d’offre, et 105,6% du prix pondéré en fonction du volume de 131,3% par action sur une période de 12 mois achevée le 21 novembre.

Loxam dit avoir reçu un « engagement d’apport » de M&G Investment Management, détenteur de 18,6% du capital de Lavendon, dans le cadre de cette troisième offre, « sauf si une offre supérieure d’au moins 4% à celle de Loxam est déposée », indique le loueur français.

Le 28 décembre 2016, Loxam a proposé un prix, tout en numéraire, de 260 pence par action Lavendon, soit 442 millions de livres (519 millions d’euros).  Lavendon a alors publié un communiqué indiquant que son conseil d’administration recommenderait à ses actionnaires d’accepter la dernière offre de Loxam.

De son côté, le groupe belge TVH avait annoncé le 3 janvier avoir relevé son offre sur Lavendon à 444 millions de livres (525 millions d’euros), surenchérissant légèrement sur celle de son concurrent français.

J-N.O