Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Réseaux - Distribution – Sygmat-Sennebogen comptent sur l’effet de levier du Grand Paris

Distribution – Sygmat-Sennebogen comptent sur l’effet de levier du Grand Paris

9 octobre 2017
<span>Distribution</span> – Sygmat-Sennebogen comptent sur l’effet de levier du Grand Paris

Distributeur des trois gammes de pelles et de grues du constructeur allemand Sennebogen en France, Sygmat table sur « l’effet de levier du Grand Paris » pour soutenir la demande de machines et la croissance de ses ventes dans les années à venir. Panorama.

Epvre Delquié, responsable commercial grues de Sygmat : « En France, nous avons un gros marchés en France pour les pelles à câble, les grues télescopiques et les grues treillis de service. Avec l’effet de levier du Grand Paris, la demande sera forte et le marché en croissance dans les années à venir. »

« En France, Sygmat représente l’ensemble des gammes de produits de Sennebogen : les pelles de manutention industrielle, les grues et les pelles à câble. C’est quasi unique en Europe, remarque Epvre Delquié, responsable commercial grues. Dans les autres pays, ce sont des sociétés différentes qui représentent les différentes lignes de machines. »

Grace à l’impact du Grand Paris sur les commandes, le représentant de Sennebogen a enregistré ces derniers mois « des progressions à deux chiffres. » Ces progressions ont été un peu moins marquées en pelles de manutention qu’en grues et pelles à câbles, précise le responsable commercial.

Dans les années à venir, le distributeur compte sur « l’effet de levier » du futur métro automatique pour continuer à soutenir les ventes dans les trois lignes d’engins du constructeur allemand. « Avec la dynamique du Grand Paris, il y a des besoins et ces besoins iront croissant avec la pression qui sera mise sur les chantiers pour aller plus vite, notamment après l’annonce des J.O de 2024 », analyse Epvre Delquié.

Pelles de manutention en chargement et déchargement de matériaux et de déblais

Sur le créneau des pelles de manutention industrielle, « une équipe commerciale dédiée » cible depuis une quinzaine d’années les utilisateurs historiques de la marque dans les domaines du tri et de la valorisation des métaux, du tri de déchets de différentes natures, du bois, du portuaire fluvial et maritime.

Sur ce dernier segment, qui est resté relativement stable ces dernières années, Sygmat espère « ressentir » à l’avenir « les effets de l’alimentation de l’amont et de l’aval des chantiers du Grand Paris » : le déchargement de granulats pour les centrales à béton et les aires de travaux d’un côté, l’évacuation des déblais par la Seine de l’autre. « Il y a des besoins très importants, souligne le directeur commercial. Ceux-ci sont déjà identifiés et des machines déjà commandées. » Trois modèles Sennebogen sont plus particulièrement concernés (835, 850, 870 R et M sur roues et chenilles).

Grues télescopiques de service pour les fondations spéciales

Pour les grues télescopiques, Sygmat prend les chantiers de construction et de génie civil dans sa ligne de mire, essentiellement en machines de service, notamment pour les métiers des fondations spéciales : la 50 t pour les travaux de pieux (653 R), les 70 et 120 t pour ceux de parois moulées (673 R, 6113 R).

Complémentaire de la gamme de grues télescopiques, celle de grues treillis sur chenilles vient d’accueillir une nouvelle machine de 50 t (1100 E) et s’achève avec un engin de 300 t (7700). « Nous sommes est au cœur des grues de service qui permettent de lever de grosses cages d’armature dans les fondations spéciales. Sur le Grand Paris, précise le porte-parole de Sygmat, les besoins commencent à 80 t et vont jusqu’à 200 ou 250 t. On est pile dans le cœur de gamme des grues treillis sur chenilles de Sennebogen. »

Lorsque le chantier aura passé le stade des fondations spéciales et abordera celui de la construction des ouvrages, Sygmat et Sennebogen pourront proposer d’ici à deux ou trois ans « des grues qui seront dans la même catégorie que les grues de service mais qui auront peut-être des géométries un peu différentes. On verra arriver des machines à volée variable qui auront plus de portée et pourront mettre en place des éléments préfabriqués, d’architecture ou charpente. »

Pelles à câble pour l’extraction de granulats, les fondations spéciales et l’évacuation des déblais

La gamme de pelle à câble est elle aussi « au cœur des gros chantiers de génie civil et de construction ». Cette gamme se positionne à leur amont avec les machines de 30 à 300 t qui peuvent être utilisées en carrière pour extraire des granulats à la dragline.

Elle se positionne également à leur aval pour les travaux de fondations spéciales à la benne mécanique et à la rotoforeuse. Sennebogen vient de compléter sa gamme avec une machine de 70 t (670 E) qui sera présentée au salon Intermat l’an prochain et commercialisée dans la foulée. En gestation également, un modèle, 6140 de son numéro de code, spécialement destiné au Grand Paris.

Sur les aires de travaux franciliennes, la ligne de machine se positionne encore sur les travaux d’évacuation des déblais à grande profondeur. Lorsque la pelle caméléon a fait son travail jusqu’à 25 ou 30 m, elle prend le relais jusqu’à 80 m pour les fondations et jusqu’à 60 voire 70 m pour les puits avec une benne preneuse mécanique montée sur des pelles à câble de 40, 55, 70 et 90 t (640, 655, 670, 690 HD).

J.D

 Nouveau point de service au nord de paris

Sygmat s’appuie sur un réseau d’une vingtaine de distributeurs pour commercialiser les pelles de manutention Sennebogen. Les grues et les pelles à câble sont vendues quant à elle en direct et l’après-vente assuré par une quinzaine d’entités de service du groupe Vincent. Un réseau que Sygmat continue à développer. Au début de l’an prochain, une nouvelle base logistique et technique sera ouverte à Montsoult-la Croix Verte, au nord de la capitale. Partagée avec les équipes de Palfinger, elle s’ajoutera à celle que le représentant de Sennebogen possède déjà à Saint-Michel-sur-Orge, au sud de la capitale.