Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Réseaux - Constructeur – Scania dévoile son concept de transport autonome

Constructeur – Scania dévoile son concept de transport autonome

30 mai 2016
<span>Constructeur</span> – Scania dévoile son concept de transport autonome

Réservée dans un premier temps à des applications en sites fermés, la technologie de camions autonomes développée par Scania permet des déplacements automatisés totalement sécurisés.

Magnus Höglund : "Après la conduite autonome sous forme de différentes capacités de conduite, comme la régulation de la vitesse ou du rapport, le concept du camion autonome représente une opportunité de développer des solutions innovantes, sûres et économiques. "

Magnus Höglund : « Après la conduite autonome sous forme de différentes capacités de conduite, comme la régulation de la vitesse ou du rapport, le concept du camion autonome représente une opportunité de développer des solutions innovantes, sûres et économiques. « 

Par véhicule autonome, on entend véhicule capable de se déplacer sans intervention humaine, à la manière d’un robot, à l’aide de capteur et d’actionneur. Développée dans le cadre d’une recherche partenariale, cette alternative intègre des technologies complexes. Si le Suédois assure travailler sur le principe depuis une dizaine d’année, la révolution numérique constitue un facteur déclenchant, capable à la fois d’augmenter le potentiel des ressources existantes et d’améliorer la capacité d’acquisition, de traitement et de restitution des données générées. Les systèmes embarqués sont capables d’interpréter l’environnement dans lequel ils évoluent et de de s’y adapter. Ils sont aussi capables de d’accomplir des tâches prédéterminés : chargement de matériaux sur un site et déchargement sur un autre. L’environnement dans lequel évoluent les camions est connu, ayant été préalablement repéré. L’ensemble est piloté par des programmes d’intelligence artificielle. Grâce à cette dernière, le système est en mesure d’opérer des choix dans les itinéraires et d’adapter les trajectoires, en temps réel à partir des renseignements communiqués par les différents capteurs après acquisition et fusion.

L’industriel Suédois, qui a démontré sa capacité à faire collaborer deux camions de chantier en site fermé, prévoit la commercialisation de son système de transport autonome à moyen échéance. « Le camion autonome est l’une des pièces d’un puzzle que nous assemblons dans le cadre du transport durable », explique Magnus Höglund, en charge du Transport Durable, pour les camions (Scania). « C’est un moyen efficace d’optimiser l’exploitation et la productivité d’un camion ou d’une flotte ». La finalité ? Réduire l’empreinte énergétique du secteur du transport. Pour y parvenir, Scania travaille, entre autre, sur l’amélioration de la chaîne cinématique comme sur l’ensemble du véhicule. Comme l’expose Magnus Höglund, « la stratégie de Scania privilégie la coopération avec différents partenaires et l’exploration de plusieurs pistes ».

Briques technologiques

Il ne faut pas se fier à l’apparence extérieure inchangée du camion de chantier : le véhicule autonome embarque une panoplie de technologies et de systèmes plus complexes et sophistiquées les uns que les autres. Aussi, l’un des principaux défis à relever est de les faire communiquer et coopérer ensemble, en temps réel et sans interférence ni conflit. Au cœur du dispositif, l’unité de contrôle d’automatisation. Il s’agit du cerveau du concept, qui exécute toutes les fonctions d’automatisation et d’assistance. C’est l’élément qui collecte les données des capteurs, les traite et les restitue en instructions pour le système du véhicule. Radars à courte et longue portée, capteurs inertiels, capteurs de vitesse, GPS, liaison de données mobiles complètent le dispositif. A noter que la chaîne cinématique (moteur, boîte de vitesses, freins auxiliaires) et la direction à assistance électronique (avec des commandes de type électrohydrauliques), sont également des composantes clé du système.

J-N.O

Photo : La mise en service du camion automatisé se fera d’abord en site fermé