Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Ingénierie – La pression sur les coûts pèse sur la rentabilité

Ingénierie – La pression sur les coûts pèse sur la rentabilité

11 juillet 2016
<span>Ingénierie</span> – La pression sur les coûts pèse sur la rentabilité

Pour 56 % des bureaux d’ingénierie et des entreprises de BTP, la pression sur les coûts pèse sur leur rentablité. C’est le principal enseignement d’une enquête réalisée par Lascom AEC (éditeur de logiciels) sur les conditions d’exercice de leur activité.

Quel est le principal défi rencontré par ces entreprises dans leurs projets ? Coordonner les intervenants, internes et externes (34 %) ; garantir la fiabilité, l’unicité et la mise à jour des données et des documents (30 %) ; assurer la conformité aux exigences et aux réglementations (22 %) ; tracer toutes les actions et les décisions pour maîtriser les risques. Dans les sociétés de plus de 2 000 salariés, le second point concentre 35 % des suffrages. Par secteur d’activité, les bureaux d’études mettent en avant la fiabilité des données (40 %) et les entreprises de BTP la coordination des intervenants (65 %). En matière de productivité, quel est l’enjeu jugé le plus important ? Collaborer efficacement avec les intervenants du projet (36 %) et garantir la continuité de l’information (28 %), deux éléments essentiels pour les structures de moins de 200 personnes, le second étant privilégié par celles de plus de 200 collaborateurs (40 %). Deux autres enjeux retiennent l’attention des entreprises : retrouver facilement des informations à jour et fiables (24 %) ; automatiser les processus et les tâches (validation, levée de réserves…). Précision : plus l’entreprise est importante et plus elle prêtera attention à la continuité de l’information en phase projet, une problématique qui est plus marquée dans les entreprises de construction (42%). Quelles sont les principales évolutions de projet qui peuvent peser sur la rentabilité de l’entreprise ? 56 % citent la pression sur les coûts, devant le poids des normes et des réglementations (22 %), l’intégration d’équipements complexes (8 %) et la concurrence internationale (8 %). Quid de la maquette numérique enfin ? Pour l’utiliser, 41 % estiment devoir disposer d’une bonne méthodologie et d’un accompagnement personnalisé (41 %) et de solutions logicielles adaptées (31 %). 17 % déclarent avoir mis en place des outils nécessaires. A noter, 11 % se disent non concernées par le sujet.

J.D