Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Grand Paris Express – Les professionnels veulent labelliser les plateformes de recyclage des déblais de chantier

Grand Paris Express – Les professionnels veulent labelliser les plateformes de recyclage des déblais de chantier

18 novembre 2016
<span>Grand Paris Express</span> – Les professionnels veulent labelliser les plateformes de recyclage des déblais de chantier

Les entreprises de recyclage fédérées par Federec BTP se préoccupent de structurer une filière de collecte, de tri et de valorisation des déblais de tunnels et d’excavation des gares qui s’appuierait sur des plateformes labellisées. Un « chantier phare » pour l’organisation professionnelle. Focus.

Erwann Le Meur, président de Federec BTP : "L’idée est aussi de faire travailler aussi ensemble les grands maître d’ouvrage publics pour que des terres industriellement recyclées puissent être réutilisées sur des chantiers de travaux publics."

Erwann Le Meur, président de Federec BTP

Quelles sont les problématiques qui préoccupent les entreprises qui se chargent de collecter et de recycler les déchets du BTP ? « Ce sont les problématiques de collecte qui sortent de la loi de transition énergétique autour de l’obligation ou non – un certain nombre de décrets sont attaqués – de reprise des déchets par les distributeurs des matériaux de construction, celles de la réutilisation de matériaux recyclés, notamment en technique routière (…) et puis celles, évidemment, d’un projet phare qui est très structurant et qui sera certainement un vecteur d’innovation dans les années à venir, le Grand Paris Express. Celui-ci amènera forcément un certain nombre de modifications réglementaires et techniques en matière de déchets du BTP », répond Erwann le Meur, président de Federec BTP, en soulignant que les entreprises représentées par l’organisation professionnelle s’implique dans l’appel à projets sur la gestion des déblais du Grand Paris lancé par la société éponyme.

 

Labelliser les plateformes de recyclage

« Nous avons encore rencontré très récemment le président de la Société du Grand Paris, Philippe Yvin, pour essayer de promouvoir le recyclage de ces déblais », ajoute Erwann Le Meur. Federec BTP estime qu’il ne faut pas se contenter de les valoriser comme remblais de carrières ou de stocker les déchets inertes dans des installations spécialisées mais qu’il faut également essayer « de lancer une vraie filière de recyclage des terres qui seraient réutilisées sur des grands chantiers d’aménagement de la région parisienne. L’idée est aussi de faire travailler aussi ensemble les grands maître d’ouvrage publics pour que des terres industriellement recyclées puissent être réutilisées sur des chantiers de travaux publics », précise le porte parole de Federec BTP. Il s’agit de structurer mais aussi de labelliser cette filière. « C’est certainement aux professionnels de le faire pour essayer de montrer que ces déblais recyclés peuvent être réellement considérés comme des matériaux de qualité d’un point de vue environnemental et géotechnique », explique Erwann le Meur. Cette labéllisation des plateformes de recyclage en petite et moyenne couronne permettrait selon lui de promouvoir et de sécuriser sur la qualité des produits entrants et sortants. »

Recycler 5 % des terres par an

Sur les chantiers du Grand Paris Express, 40 millions de tonnes de déblais sont concernés. Pour Erwann Le Meur, il ne sera pas possible de les recycler en totalité. « Le marché francilien tourne autour de 30 millions de tonnes par an de matériaux, observe-t-il. C’est impossible de croire que l’on va utiliser 30 millions de tonnes de déblais recyclés. L’idée est d’essayer d’arriver un jour à 5 millions de tonnes de déblais recyclés par an sur la région parisienne –  ce qui est l’objectif du Predec – et plus concrètement, sur un projet comme le Grand Paris Express, à 5 % de terres recyclées de façon à lancer et à professionnaliser une vraie filière. » En ligne avec les objectifs de la Société du Grand Paris, le volume de déchets qui ne sera pas pris en charge par cette filière sera valorisé comme remblais de carrières ou déposés dans les installations de stockage de déchets inertes pour servir de remblais paysagers.

Sortir les granulats de béton recyclés du statut de déchets

Parallèlement, Federec BTP soutient la sortie du statut de déchets pour les granulats de béton recyclés. Mais pour son représentant, l’arrêté ministériel ad hoc « ne devra pas prendre appui complétement sur le guide méthodologique d’utilisation des granulats recyclés du Cerema, non utilisable en l’état pour un certain nombre de sujet, notamment parce qu’il demande un certain nombre d’analyses a priori sur les matériaux et qu’il n’est pas possible, notamment en milieu urbain, de pouvoir mettre en application ce type d’analyse aussi régulière, continue sur les produits. » Les recycleurs souhaitent s’appuyer sur des analyses régulières mais aussi sur la qualité des plateformes labellisées. « Certains labels existent déjà, comme l’Iso 14001 ou Qualirecycle du SRBTP, souligne Erwann Le Meur. Ils peuvent servir pour qualifier les plateformes de qualité ».

J.D

Chiffres clés 2015

250 millions de tonnes de déchets du BTP, dont :

39 millions de tonnes déchets du bâtiment (+2,6).

1 300 entreprises de recyclage

2 250 établissements

26 100 salariés (-1,4 %)

9,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires (-6,6 %)

476 millions d’euros d’investissements (- 9,2 %)

Crédit photo : Yprema