Suivez-nous :         application      kit média      
Accueil - Marchés - Chantiers – KSB va fournir 168 pompes pour les futurs barrages innovants sur la Meuse et l’Aisne

Chantiers – KSB va fournir 168 pompes pour les futurs barrages innovants sur la Meuse et l’Aisne

12 juin 2018
<span>Chantiers</span> – KSB va fournir 168 pompes pour les futurs barrages innovants sur la Meuse et l’Aisne

Dans le cadre du programme de rénovation et de modernisation des infrastructures fluviales de l’Aisne et de la Meuse, Voies Navigables de France (VNF) compte remplacer vingt-neuf barrages à aiguilles manuels datant de la fin du XIXe siècle. Le but est de disposer à la place des barrages à bouchures gonflables à l’eau, automatisés et pilotés depuis un point centralisé. Ces dispositifs sont courants en Allemagne, Autriche ou Japon, mais seront déployés pour la première fois en France sur autant d’ouvrages sur un même cours d’eau. Il s’agit de baudruches de caoutchouc étanches de 2 à 3 mètres de haut et 30 de long, fixées sur une fondation en béton. Elles se gonflent une fois remplies d’eau et surélèvent ainsi la crête du barrage. Un système efficace dans de nombreux cadres : navigation, industrie, hydroélectricité, pisciculture…

Dans les locaux techniques du barrage Saint-Nicolas, trois pompes Sewabloc régulent le niveau d’eau du fleuve par le biais d’un Wassersack.

C’est le fabricant KSB qui va fournir les pompes, 168 au total. Chaque local technique contiendra ainsi deux ou trois Sewabloc qui assure le remplissage ou la purge d’un réservoir. Les dispositifs affichent un débit de 35 à 123 m3/h pour une hauteur maximale de 8 mètres. Les locaux abriteront également une Amarex KRT (61 à 220 m3/h, hauteur maximale de 6 mètres) pour vider les réservoirs quand le barrage doit être abaissé. Une Amadrainer vidange les locaux en cas d’infiltration.

Photo d’ouverture : © VCF Rémi Dodier

Les chiffres-clés

  • 29 barrages reconstruits ;
  • 41 communes sur 4 départements et 2 régions concernées par le projet ;
  • 1 contrat de partenariat de 30 ans ;
  • 5 ans de travaux de construction (2015-2020) ;
  • 3 microcentrales de production d’hydroélectricité sur le fleuve Meuse ;
  • 168 pompes KSB.