Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Entreprise - Logiciel – Finalcad passe au gratuit avec options

Logiciel – Finalcad passe au gratuit avec options

16 novembre 2020
<span>Logiciel</span> – Finalcad passe au gratuit avec options

Editeur du logiciel du même nom, Finalcad a changé de stratégie commerciale cet été. Son application de suivi de chantier est désormais en téléchargement libre. Les utilisateurs peuvent élargir les capacités du leur compte avec par le biais d’abonnements payants.

(Photo ci-dessus : le logiciel Finalcad donne entre autres la possibilité d’annoter les plans d’un chantier. FINALCAD)

Le secteur de la construction a ceci de particulier qu’il se compose d’une multitude d’entités de toutes les tailles. Les artisans travaillent avec les grands groupes. Grands groupes souvent divisés en une quantité de filiales. Cette hétérogénéité ne facilite pas la tâche des fabricants de produits destinés au BTP. Une petite entreprise n’a pas les mêmes attentes qu’une multinationale. Bien cibler son approche commerciale revient souvent à abandonner une partie du public.

Dans le monde des logiciels de chantier, le problème était vite résolu. Seule une société d’une certaine taille était susceptible d’acheter une licence. Mais maintenant que la clientèle au-dessus de la limite est équipée, l’intérêt pour le public laissé de côté grandit. D’autant plus que les outils numériques sont devenus d’un usage plus commun. En outre, la généralisation des logiciels hébergés en ligne ouvre la fois à des offres commerciales plus souples que par le passé.

Elargir le public

L’éditeur Finalcad a pris ce tournant en juin dernier. Son logiciel de suivi de chantier, nommé lui aussi Finalcad, est désormais disponible en téléchargement gratuit sur les plates-formes Google Play et App Store. Cette version donne accès à la principale fonction de l’application : le possibilité d’annoter un plan virtuel du chantier et de le partager avec plusieurs personnes.

Néanmoins, l’espace de stockage et le nombre d’utilisateurs d’un même compte sont limités. L’éditeur propose plusieurs offres d’abonnement pour augmenter ces paramètres. Ces abonnements ajoutent aussi des modules documentaires, tels que des listes de contrôle qualités ou la gestion des plans BIM. « Nous avons toujours à l’esprit cette idée : faire de Finalcad une application inclusive, qui rassemblerait toutes les personnes qui travaillent sur un chantier », souligne Franck Le Tendre, président-directeur général de la société.

L’accélération du confinement

Avant de basculer, l’éditeur a testé la pertinence de cette approche avec sa messagerie instantanée Finalcad Live. Durant le premier confinement, il a mis à disposition cette application gratuitement. Petit complément bienvenu, elle contenait les consignes de mise en sécurité du chantier et les questionnaires de sécurité sanitaire définis par l’OPPBTP*. « Nous avions ainsi un cas d’usage. Cela a accéléré un mouvement qui était déjà en marche », indique le P-DG.

Avec ce nouveau modèle commercial, Finalcad espère toucher des entreprises de plus petites tailles que ses clients traditionnels. « Il existe une barrière financière. Pour convaincre les entreprises de la franchir, elles doivent pouvoir se projeter dans notre logiciel. Le gouvernement lance des plans pour la numérisation des TPE et des PME, nous sommes prêts à répondre à cette demande. »

A tous les échelons

Pour autant, Franck Le Tendre ne compte pas lâcher les grands groupes. « Il n’y a pas de cannibalisation de l’offre. Nos clients historiques peuvent utiliser Finalcad tel qui l’existe aujourd’hui, sans limites. En outre, il dispose de notre accompagnement. »

D’ailleurs, pour P-DG, plus le périmètre est large, plus les systèmes numériques s’avèrent utiles. « Finalcad devient un outil de terrain. Mais une adoption par le terrain ne suffit pas. L’application atteint son plein potentiel lorsqu’elle est prise en charge par la marque employeur. C’est aussi une manière de montrer aux jeunes que le BTP est un secteur innovant. »

Depuis cet été, l’éditeur est en pleine phase d’apprentissage. Il revendique plusieurs dizaines de milliers de téléchargements. Ses équipes réfléchissent aux moyens de dialoguer avec ces utilisateurs lointains. « C’est une nouvelle approche du produit pour nous. Quand vous déployez une application dans une entreprise, il y a plusieurs jours de paramétrage. » Maintenant, plus d’échanges directs avant le démarrage. Certains réglages ont donc été automatisés et des formations vidéo mises en ligne. Ces outils de communication devraient encore évoluer au cours des prochains mois.

M. D.

*: Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics.