Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Ventes aux enchères Comment Vicat France sécurise son processus de ventes matériels réformés

Ventes aux enchères Comment Vicat France sécurise son processus de ventes matériels réformés

2 octobre 2019
<span> Ventes aux enchères<span/> Comment Vicat France sécurise son processus de ventes matériels réformés

Le groupe Vicat a intégré les ventes aux enchères dans le cadre de sa politique Matériel. Un recours systématique qui lui permet de valoriser au mieux ses matériels de réforme et d’ajuster au mieux les moyens à la production.

« Les ventes aux enchères constituent le canal privilégié pour nos machines arrivées en fin de vie », confirme Hervé Guillemin, Directeur Matériel chez Vicat Granulats, « cela pour plusieurs raisons dont la première et la plus importante à nos yeux réside dans la sécurisation du processus ». Qu’il s’agisse des ventes physiques ou dématérialisées, les prestations proposées par Ritchie Bros correspondent aux attentes de l’exploitant : sécurisation du paiement, sécurisation des démarches et sécurisation de la présentation des machines sans que les potentiels acheteurs n’aient à se déplacer. « Notre métier n’est pas de vendre des matériels d’occasion. Nous sommes donc preneur d’un service de spécialiste qui n’interfère pas dans notre organisation, n’affecte pas la production et dans lequel les opérations sont réalisées dans les meilleures conditions de sécurité », argumente Hervé Guillemin. Aujourd’hui, Ritchie Bros nous offre deux canaux de ventes :
-le canal historique que sont les ventes aux enchères telles que Ritchie Bros les organise depuis son arrivée en France, sur lesquels les enchérisseurs sont présents physiquement,
-les enchères en ligne, qui permettent d’accéder à des débouchés dans l’ensemble du monde pour des matériels qui restent sur site et qui font l’objet d’une inspection complète par les spécialistes de Ritchie Bros pour en évaluer le plus précisément la valeur en l’état.

Dématérialisation

En outre, sur le modèle de la place de marché dématérialisée comme le « Bon Coin », il est possible de mettre en vente nos machines afin que les acquéreurs potentiels puissent enchérirent ».
Souplesse, réactivité, simplicité et sécurité sont autant d’arguments qui ont convaincus l’exploitant. « Nous recourons aussi bien aux ventes physiques qu’aux ventes en ligne, selon le mode d’achat des acquéreurs et en fonction des opportunités et du calendrier. Avec le recul, nous nous sommes aperçus que certaines machines, difficilement transférables, étaient plus adaptées à la vente en ligne. Nous considérons que pour les ventes physiques, il faut se limiter aux machines inférieures à 40 t et au-delà, privilégier la solution Iron Planet, qui permet, notamment, de s’affranchir du coût du transfert du bien », poursuit Hervé Guillemin. « Nous ne vendons pas de gros lots. Les matériels sont vendus au fil de l’eau, tout au long de l’année, en fonction de nos besoins et des dates proposées. Il faut avoir une approche globale et considérer, que sur les 10 années, les prix auxquelles les machines ont été vendues peuvent être considérés comme corrects. En tout état de cause, chaque machine a été valorisée au prix du marché mondial au moment où elle a été proposée à la vente. Pour cela, en règle générale, nous constituons de petits lots de quelques unités et restons sur des transactions basiques. Cependant, pour les matériels à forte valeur, nous optons souvent pour la fixation d’un prix de réserve minimum ».

  • Hervé Guillemin, Directeur Matériel chez Vicat Granulats : « Nous sommes donc preneur d’un service dans lequel les opérations sont réalisées dans les meilleures conditions de sécurité

Marché global

La dimension mondiale du réseau Ritchie Bros et de ses différentes marques constituent également un avantage pour l’exploitant. « Nous sommes surpris des destinations vers lesquelles partent nos machines. Dernièrement, une de nos chargeuses totalisant 18 000 heures de travail a pris le chemin de la Corée du Sud ! Ces machines véhiculant l’image de marque de l’entreprise, nous sommes extrêmement vigilants quant à leur état opérationnel. Par définition, c’est comme cela que l’on vend au mieux. Donc, dans le cadre de notre politique de parc, nous veillons à ce que nos machines restent dans le meilleur aspect physique possible. Une exigence qui contribue directement à un retour sur investissement lors de la cession de la machine indépendamment de sa destination finale à l’issue de la vente ».

J-N.O

Photo : Ventes physiques ou dématérialisées, l’exploitant recourt aux deux canaux.