Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Groupes électrogènes – Kohler-SDMO rappelle les maintenances sans prise de tête

Groupes électrogènes – Kohler-SDMO rappelle les maintenances sans prise de tête

5 octobre 2020
<span>Groupes électrogènes</span> – Kohler-SDMO rappelle les maintenances sans prise de tête

Il y a environ un an, Kohler-SDMO a lancé sans bruits le Generator Smart Care, un système qui alerte les propriétaires de générateurs quand une maintenance est nécessaire. Très simple d’apparence, cet outil a réclamé trois ans d’études.

(Photo ci-dessus : l’installation du Generator Smart Care ne requiert pas d’outils. KOHLER-SDMO)

Le spectre de la maintenance hante les nuits des constructeurs. Combien de clients oublient les révisions, pestent contre les pannes et se persuadent que le produit est de mauvaise qualité ? Les industriels tentent de palier le problème avec des dispositifs de rappels, plus ou moins sophistiqués.

Sorti discrètement depuis un an, le Generator Smart Care de Kohler-SDMO ne se distingue pas par son esthétique. Ce boîtier semble sorti d’un cours de technologie où des collégiens se seraient exercer à la plasturgie. Quant à son installation, un élève de primaire pourrait s’en charger. Il suffit de placer une vis et de tourner un écrou. La simplicité est cruelle ; celui qui en profite a bien du mal à imaginer que d’autres ont transpiré pour lui éviter de suer.

Compatible tous modèles

Et du travail, le fabricant de groupes électrogènes a dû en abattre. « Nos clients souhaitaient recevoir des alertes afin de ne pas oublier les opérations de maintenance, explique Thomas Le Floc’h, responsable marketing de la gamme Portable Power de l’entreprise, gamme qui s’étend de 3 kW de 15 kW de puissance. Le développement du Generator Smart Care a nécessité trois ans. Nous voulions un système facile à installer et compatible avec tout le parc existant. »

Pendant que l’élève de primaire en termine avec l’écrou, l’un de ses parents pourra télécharger l’application mobile gratuite GSC Kohler-SDMO, disponible pour IOS et Android. La communication entre le téléphone et le boîtier s’opère par Bluetooth. Une fois l’appareil détecté, le propriétaire scanne le code-barres gravé sur la plaque du groupe électrogène afin d’enregistrer son matériel dans l’application.

Brevets en cours

Le Generator Smart Care évalue le temps de fonctionnement du groupe électrogène. En fonction de ce paramètre, il émet des signaux Bluetooth quand une maintenance s’impose. Si un possesseur d’un téléphone portable appareillé à cette balise passe à proximité, l’application lui enverra une notification. Interrogé au sujet des constantes mesurées par l’outil, Thomas Le Floc’h n’a pas donné de détails. « C’est une combinaison de plusieurs mesures de paramètres physiques afin d’être certains que le groupe fonctionne réellement. » Deux brevets, l’un pour le boîtier, l’autre pour l’application, sont en cours d’instruction.

Gondole fournie

Les étourdis ne pourront plus oublier la vidange, le changement du filtre à air, le remplacement de la bougie pour les groupes à essence ou tout simplement le nettoyage du groupe.

L’alerte donnée, reste à trouver les consommables. L’application comprend une carte des revendeurs les plus proches. Pour accompagner la commercialisation du boîtier, Kohler-SDMO fournit à ses distributeur une gondole d’accessoires destinés à la maintenance. « Nous facilitons ainsi l’accès de nos clients à ces outils », indique Thomas Le Floc’h.

Réfléchir à l’offre

Le Generator Smart Care peut être combiné avec tous les matériels de la gamme Portable Power, peu importe son ancienneté. Kohler-SDMO le propose de série pour ses groupes de plus de 6 kW. « Nous mettons en place tous les services nécessaires pour améliorer la durée de nos produits. C’est notre rôle que le groupe fonctionne le mieux possible », souligne le responsable.

Quant aux informations anonymes récoltées par le biais de l’application, elles contribueront peut-être aux développements de nouveaux produits. « Ces données nous apporterons une meilleure connaissance des usages de nos systèmes. Elles pourraient nous aider à concevoir des offres plus pertinentes », conclut Thomas Le Floc’h.

M. D.