Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Réseaux - Location – Pourquoi le marché français va continuer à se concentrer ?

Location – Pourquoi le marché français va continuer à se concentrer ?

21 septembre 2015
<span>Location</span> – Pourquoi le marché français va continuer à se concentrer ?

Demande atone, prix structurellement à la baisse, offre sur-capacitaire, le marché de la location ne parvient pas renouer avec la croissance. Dans ce contexte, la concentration est inéluctable.

Depuis sept années consécutives, le marché de la location est en contraction en France. L’année en cours marquera un nouveau recul, avec pour conséquence, une concentration des acteurs, seule façon pour les leaders de la profession de conserver leur volume d’activité. « La baisse du marché nous oblige en tant que leader à maintenir notre volume d’activité, déclare Gérard Déprez, président du groupe Loxam, numéro un en France et en Europe de la location de matériels. La consolidation y contribue. Pour autant, le marché est loin d’être figé ». Métier capitalistique par définition, la location a longtemps prospéré sur un modèle économique fondé sur la demande, émanant, principalement du secteur de la construction, premier marché des loueurs. Alors que la constitution des parcs s’est considérablement diversifiée et que les matériels sont devenus plus complexes et plus chers, le business-modèle des loueurs s’est radicalement transformé. C’est l’offre qui structure le marché. Le phénomène de concentration, qui s’accélère depuis le début des années 2010, va donc se poursuivre. Cela pour trois raisons principales :

  • Malgré un redressement économique qui se dessine, le secteur du BTP reste sinistré. Les deux tiers du chiffre d’affaires de la location sont pourtant générés par cette profession qui a structuré l’organisation des principaux acteurs. Leur logique ? La proximité et l’exhaustivité, au travers d’un maillage fin d’agences disposant d’un parc diversifié. L’absence de perspective de retour à la croissance à court terme commande d’adapter les réseaux à la réalité du marché.
  • Les conditions de rentabilité qui ont prévalu par le passé, ne sont plus remplies aujourd’hui. Les précédentes concentrations n’ont pas eu d’effet sur les prix. Les récentes acquisitions réalisées tant par Loxam que par Kiloutou, n’ont permis de relever les prix de location.
  • La location amplifiant les variations de la conjoncture, les effets en sont d’autant plus marqués dans un marché durablement en baisse. C’est encore plus vrai pour les structures intermédiaires. Sans avoir la force de frappe des enseignes nationales, ni la réactivité des petites structures, les sociétés de taille intermédiaires sont particulièrement exposées. Les prochaines opérations de concentration passeront par l’intégration de loueurs régionaux, spécialisés ou non.

J-N.O