Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Réseaux - Kobe Steel : ce que l’on sait du scandale qui frappe le groupe sidérurgique

Kobe Steel : ce que l’on sait du scandale qui frappe le groupe sidérurgique

23 octobre 2017
Kobe Steel : ce que l’on sait du scandale qui frappe le groupe sidérurgique

Le groupe japonais, maison mère de Kobelco, a reconnu avoir falsifié les spécifications de certains de ses produits. Le point sur cette affaire qui place Kobe Steel dans la tourmente.

Kobelco, filiale du groupe est, comme toutes les filiales Kobe Steel, dans la tourmente.

Le 8 octobre dernier, par la voix de ses dirigeants, le sidérurgiste a admis avoir fourni de faux certificats de qualité de ses aciers vendus principalement à l’industrie automobile, aéronautique du monde entier.

La fraude est sans égale, tant par son étendue (toutes les filiales du groupe étant affectée) que par son ampleur : elle pourrait remonter à une dizaine d’années. Selon le journal « Nikkei », certains produits commandés par des clients depuis 40 voire 50 ans pourraient également être concernés.

Car les explications fournies par l’entreprise elle-même ont évolué. Après avoir reconnu les malversations sur la qualité des produits en aluminium et en cuivre, les dirigeants ont admis que d’autres composants, notamment en acier, étaient également concernés.

Au total, quelque 500 clients seraient concernés, dont les fleurons de l’industrie automobile japonaise (Toyota, Nissan, Honda), mais aussi Hitachi. Dans le domaine aéronautique, Boeing est cité. Au total, quelque 19 000 t de tôles d’aluminium et plus de 2 000 t produits à base cuivre sont ciblés.

Première conséquence, le cours du titre Kobe Steel coté à la bourse de Tokyo a dévissé de 40%, fragilisant l’ensemble du groupe dont la Division Matériel de TP (Kobelco).

Deuxième conséquence, l’ouverture d’une enquête par la justice américaine qui s’intéresse au dossier.

Troisième conséquence, la mise en place d’une équipe d’enquêteurs à l’initiative de la société pour s’assurer que les produits commercialisés ne présentent pas de danger.

J-N.O

Photo : Les dirigeants de Kobe Steel ont reconnu avoir falsifié les certificats de qualité de certains produits.