Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Réseaux - Distribution-location – Ce que révèlent les ratios DLR

Distribution-location – Ce que révèlent les ratios DLR

5 décembre 2017
<span>Distribution-location</span> – Ce que révèlent les ratios DLR

Comme chaque année, la Fédération nationale des distributeurs, loueurs et réparateurs de matériels pour la construction et la manutention (DLR) initie la campagne de ratios de la profession. Les résultats pour l’exercice 2016 traduisent-ils l’amélioration conjoncturelle ? La rentabilité accompagne-t-elle la reprise de l’activité ? L’amorce d’un cycle de croissance se confirme-t-elle ? Eléments de réponse à partir des résultats de l’étude réalisée par Neo Engineering.

Premier enseignement. En 2016, tous les métiers enregistrent un taux de progression du chiffre d’affaires positif. C’est un changement majeur par rapport à l’année précédente. Cependant, le redressement de l’activité est à nuancer selon les métiers. Ainsi, le rebond de l’activité de la Distribution est significativement plus marqué que celui de la location. Cela pour des raisons conjoncturelles mais aussi structurelles.

Reprise mitigée dans la location

Le chiffre d’affaires du secteur Location est en progression de +5,5% par rapport à 2015, marquant ainsi une rupture avec un cycle de taux de progression mitigés, voire négatifs. La Location reprend donc des couleurs. En raison notamment d’une activité de Cession de matériel du parc qui contribue significativement au maintien d’un résultat net pro forma.

Cette activité représente 7% du chiffre d’affaires du secteur en 2016. La reprise de l’activité semble encore cependant fragile. Le ratio de rendement du parc ne dépasse plus le seuil des 40% depuis 2013. Cette année, il s’élève à 37%, signe que les entreprises ont des difficultés à générer du CA Location à partir du parc disponible. Le taux d’utilisation renforce cette hypothèse car le parc n’est loué qu’à 51% seulement de son potentiel.

Les entreprises parviennent toutefois à mieux facturer les prestations de transport (10% du CA total). La dispersion statistique assez importante autour des ratios d’activité est à souligner : les 47 entreprises de l’échantillon, qui cumule 1,9 milliard d’Euros de CA, connaissent des fortunes diverses en matière de progression de chiffre d’affaires et de rendement du parc. Cela se vérifie lorsque sont calculés les ratios spécifiques pour les loueurs comptant moins de 150 effectifs. Les ratios PME sont souvent assez éloignés des ratios moyens.

Le taux d’investissement du secteur est en progression. Il avait été exposé dans les précédentes campagnes des ratios que le taux d’investissement semblait disproportionné par rapport à l’activité, notamment en 2013 et 2014. Un surcroît d’investissement est-il à l’origine du développement de l’activité de Cession du matériel du parc ? Le profil du mode de financement a par ailleurs évolué : une hausse du financement des investissements par crédit-bail est constatée.

Le secteur Location atteint un ratio de rentabilité économique record depuis deux ans. En effet, le ratio d’excédent brut d’exploitation sur chiffre d’affaires s’élève à 37,5%. La raison de cette performance est la conséquence d’une réduction des achats et des autres charges externes. Les charges de personnel restent stables autour de 26% du chiffre d’affaires.

En outre, on ne retrouve pas dans les mêmes proportions, les effets d’une rentabilité économique record au niveau de la rentabilité nette. Explications : des points de rentabilité économique sont absorbés au passage par des dotations aux amortissements et des charges financières plus importantes.

Conséquence d’une politique d’investissement soutenue, la Location ne profite pas complètement, sur le plan de la rentabilité nette, de l’optimisation des coûts d’exploitation. La rentabilité nette serait même négative si le secteur n’avait pas bénéficié de résultats tangibles issus de l’activité de « Cession de matériel ».

Le rendement des fonds propres est meilleur grâce à la rentabilité nette qui évolue de 2,6% du CA en 2015 à 3,9% en 2016. Un changement significatif est apparu en 2015 dans le profil de l’équilibre financier, traduit notamment par une augmentation continue de la trésorerie depuis 2012, dont le niveau atteint 43 jours de chiffre d’affaires. Les fonds propres représentent 26% du bilan et sont en repli par rapport en 2015. Structurellement, la Location enregistre une augmentation des engagements financiers, dont une part assez conséquente à moins d’un an.

La distribution « boostée »

La Distribution enregistre en 2016 un taux de progression du chiffre d’affaires remarquable (+12,8%), interrompant ainsi une tendance baissière depuis 2011. La croissance de l’activité est réalisée grâce à un retour en force des Ventes de matériel neuf, replaçant ainsi l’activité de Négoce plus largement au centre de l’activité.

La productivité de la Distribution se hisse à un niveau également remarquable en regard de l’historique : le chiffre d’affaires moyen par effectif évolue de 402 K€ en 2015 à 470 K€ en 2016. Logiquement, la productivité étant meilleure, le ratio de masse salariale sur CA est moindre, ce qui présage d’une meilleure rentabilité du secteur.

Si l’on rajoute à cela le fait que les taux de marge commerciale aient été sauvegardés, voire améliorés pour le taux de marge sur Ventes de matériel d’occasion, la rentabilité du secteur Distribution s’est par conséquent embellie. L’Excédent Brut d’Exploitation représente 3,7% du CA en 2016. La rentabilité nette est aussi en progression, preuve s’il en est que le secteur Distribution dispose des moyens et des ressources pour maîtriser la gestion. En faisant abstraction de la composante exceptionnelle présente dans le résultat comptable, la rentabilité nette du secteur passe de 0,8% en 2015 à 1,5% en 2016.

Du point de vue de la confiance dans l’avenir, le taux d’investissement se confirme à un niveau plus ambitieux. Il s’élève à 25,1% en 2016, soit un ratio indiqué compte tenu du degré d’amortissement des équipements et des matériels particulièrement élevé depuis 2010.

Du côté des ratios de gestion, les délais de règlement des clients et fournisseurs se stabilisent après avoir augmenté pendant trois ans consécutifs. Les clients règlent leurs factures à 50 jours en moyenne.  Le rendement des fonds propres passe de 7% à 10,4%, atteignant ainsi le niveau le plus haut depuis 2008. Et ce pour deux raisons : la hausse du résultat net sur CA et une proportion de fonds propres moins importante au bilan.

Malgré les années difficiles depuis 2009, grâce aux efforts pour maintenir à flot la rentabilité, le secteur de la Distribution n’est en rien affecté dans sa capacité structurelle à pouvoir agir. Les fonds propres s’élèvent à 34% du bilan et les engagements financiers sont faibles. De plus, le niveau de trésorerie atteint  21 jours de chiffre d’affaires, un niveau jamais vu depuis 2005 !

J-N.O

Distribution Location : chiffres clés* en 2016

+12,8% : variation du CA de la Distribution

+5,6% : variation du CA de la Location

*ratios DLR