Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Travaux publics – Smopyc 2017 : les organisateurs ont-ils réussi leur pari ?

Travaux publics – Smopyc 2017 : les organisateurs ont-ils réussi leur pari ?

9 mai 2017
<span>Travaux publics</span> – Smopyc 2017 : les organisateurs ont-ils réussi leur pari ?

Une fréquentation en hausse significative, un nombre d’exposants majoritairement internationaux et un climat propice aux affaires : tous les indicateurs de l’édition 2017 du salon espagnol des matériels pour les Travaux Publics, la construction, les carrières et les mines sont dans le vert. Explications.

Luis Fueyo, commissaire général du Smopyc : « L’Espagne a besoin d’un salon en propre dont l’offre soit en phase avec les besoins du marché de la construction. »

+17%. Plus de 55 300 professionnels se sont déplacés pour visiter les 870 exposants –les deux tiers représentant des marques internationales- représentants 28 pays et réunis sur 65 000 m2 à la Feria de Saragosse du 25 au 29 avril dernier. « Cette édition a permis au salon de renouer avec la croissance », confirme Luis Fueyo, Commissaire général du Smopyc, « le besoin d’un salon dédié à la péninsule ibérique à même de fédérer l’ensemble des acteurs de la filière est avéré». Pour lui, exposants et visiteurs ont exprimé leur satisfaction. « Un courant d’affaires a été constaté tout au long de la manifestation, confirmant la reprise observée en 2016 et qui tend à se consolider cette année », ajoute Luis Fueyo, « cela laisse augurer une édition 2020 encore plus dynamique ». De fait, après avoir été sinistré, le secteur du BTP espagnol reprend des couleurs. « La précédente édition, qui s’est tenue en 2014, traduisait cette crise sectorielle », rappelle Luis Fueyo, « il était essentiel d’insuffler un nouveau souffle pour que le salon perdure ». Après avoir touché un point bas, à un niveau jamais constaté, en 2013, l’Espagne, qui a pris des mesures drastiques pour relancer son économie, récolte les premiers fruits des réformes engagées. « L’année en cours doit confirmer cette amélioration conjoncturelle, les ventes de matériels pour la construction étant attendues en hausse en 2017 », confirme Luis Fueyo.

Secteur clé

Stoian Markov, président du comité d’organisation : « Le salon a permis de dévoiler aux exploitants et utilisateurs finaux de nouvelles solutions matérielles. »

Longtemps surexposé à la conjoncture du secteur, l’Espagne s’efforce de s’affranchir du poids de la construction dans son PIB, en diversifiant son économie. Pour les fabricants de matériels pour les Travaux Publics, la construction, les carrières et les mines, ont appris à aller capter la croissance sur les marchés internationaux, et plus particulièrement en Amérique du Sud et en Afrique. Une stratégie qui leur a permis d’enregistrer une croissance de leurs ventes de l’ordre de 10% en 2016 à 2,2 Mds d’€. Grâce aux exportations, qui représentent 75% de ce volume et qui continuent de progresser, une nouvelle hausse du chiffre d’affaires du secteur est attendue cette année. Qu’il s’agisse des secteurs de l’élévation, de l’énergie ou des grues à tour, qui génèrent chacun environ 150 millions d’euros, des matériels de terrassement, de carrière ou de mines, les perspectives à court termes sont à la hausse.

Angel Parcerisa Morta, directeur d’Altrad Plettac Iberica : « La reprise de la construction neuve tire les ventes d’équipements de chantier. »

« Ce premier salon après-crise a réuni la plupart des marques Premium qui structurent le marché mondial des matériels », se félicite Stoian Markov, Président du Comité d’organisation, « nous renouons avec une manifestation professionnelle représentative de son marché ». Sans minimiser le rebond du marché local, les volumes de vente restent à des niveaux bas, qui traduisent la sévérité de la crise qui a sévit outre-Pyrénées. Comme l’explique Stoian Markov, la reprise sera progressive et bénéficiera d’abord aux gammes compactes. « Le marché de la location tire les ventes de pelles compactes et des matériels d’élévation », se félicite l’organisateur, « la filière amont de l’industrie extractive et de la préparation des matériaux ne profitent pas encore de l’embellie ». Du fait de l’inertie de la demande, les matériels de production comme les gammes lourdes bénéficieront de manière décalée de la reprise. Un point de vue partagé par Liebherr, acteur majeur sur le marché espagnol tant au niveau des gammes Mining, Terrassement, Levage ou Techniques béton, où l’on prévoit une croissance à deux chiffres pour l’année en cours, sur un niveau de référence bas et dans un marché qui reste caractérisé par un manque de visibilité.

Pedro Garcia, directeur des ventes Espagne et Portugal de Genie : « Les solutions de financement sont un élément clé dans le contexte actuel du marché espagnol. »

Dans ce contexte, les ventes d’équipements légers de chantier tirent leur épingle du jeu. « Dans une filière en sortie de crise, nous avons triplé le volume d’affaires entre 2013 et 2016 à 6 millions d’euros, essentiellement grâce aux ventes de bétonnières  », assure Angel Parcerisa Morta, directeur de la filiale Altrad Plettac Iberica, « nous pensons que la commande publique prendra le relais de la commande privée dès cette année ».

Après presqu’une décennie sans investissements significatifs dans les gammes de matériels d’élévation de personnes, les loueurs renouent avec les achats. Chez Genie, la reprise est manifeste, tant chez les entreprises de location généraliste que chez les spécialistes. « Nous observons depuis quelques mois, à la fois une nécessité de renouveler les parcs, mais aussi une volonté d’adapter l’offre », rapporte Pedro Garcia, Directeur des Ventes Espagne et Portugal (Genie), « les contrats de service voire de maintenance intégrée sont de plus en plus demandés ». Pour accompagner cette tendance, le constructeur structure son réseau technique en conséquence.

Innovation

Traduisant la nouvelle impulsion donnée au salon, l’innovation est mise en valeur chez plusieurs exposants, aux premiers rangs desquels figure Hidromek. Le constructeur turc, qui a fait de l’Espagne sa base pour l’Europe de l’Ouest, a dévoilé en avant-première mondiale, une « concept-machine » préfigurant ce que sera son futur compacteur monobille. Parmi les autres nouveautés, le robot de démolition RDC22M-D, le concasseur-cribleur Arjes Impaktor 250, la chargeuse sur pneus «100% électrique » Kramer 5055 e, le robot projeteur de béton Putzmeister Wekret 5 ou la cisaille de démolition équipée d’une solution de pulvérisation d’eau intégrée Arden Jet. Autant de solutions inédites à même de répondre aux attentes des exploitants locaux, à la recherche de matériels performants et alliant productivité et sécurité maximale.

J-N.O