Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels, Réseaux - Olivier Boussion, Directeur TP chez Kubota France – Kubota commercialisera sa première mini-pelle fonctionnant au GPL en 2021″

Olivier Boussion, Directeur TP chez Kubota France – Kubota commercialisera sa première mini-pelle fonctionnant au GPL en 2021″

22 juin 2020
<span> Olivier Boussion, Directeur TP chez Kubota France <span/> – Kubota commercialisera sa première mini-pelle fonctionnant au GPL en 2021″

Dans quel contexte de marché évoluez-vous ?

Jusqu’à la fin de l’année 2019, nous évoluions en France dans un marché en expansion, dépassant les volumes records de l’année 2007, que l’on pensait inégalables. Dans cet environnement favorable, de nouveaux entrants arrivent toujours à se faire une place. Malgré un nombre toujours plus élevé de compétiteurs, Kubota reste la marque leader dans l’hexagone, avec près de 30% de part de marché. Sur un marché global (0-8t) de l’ordre de 13 704 unités, on peut estimer qu’environ 70% des ventes le sont en rayon court. Il est acquis que 2020 marquera une inflexion, avec une contraction des ventes dues à la crise sanitaire que nous affrontons depuis le mois de mars.

La mini- pelle s’est-elle banalisée ?

La mini pelle s’est imposée comme le matériel incontournable sur le chantier. Elle représente aujourd’hui 65% des volumes des gammes compactes, tout type de matériels confondus et pèse 65% des ventes de pelles hydrauliques (pneus et chaînes) tous tonnages confondus. C’est le matériel incontournable pour tout fabricant de matériels de chantier. L’évolution du produit est paradoxale. C’est à la fois un matériel qui s’est banalisé, je dirai qu’il est surtout devenu indispensable, mais dont la valeur ajoutée s’est significativement appréciée grâce à son contenu technologique. Qu’il s’agisse des évolutions sur les moteurs, avec l’arrivée du Stage V, de l’électronique et de la télématique embarquée, des évolutions sur les hydrauliques, des caméras de recul, ou de l’interface homme/machine, la mini-pelle à toutes les caractéristiques d’un produit high-tech. Grâce à cela, le produit a gagné en performances, en fiabilité et en sécurité.

Le produit a gagné en performances, en fiabilité et en sécurité.

Comment percevez-vous l’essor de la location ?

La location est une orientation forte et qui continue de se développer. Elle apporte de la flexibilité mais également du choix et de la sécurité pour nos clients. Ce marché de volume se développe à mesure que la location gagne de nouveaux clients, mais également par le renouvellement des flottes de matériels. A l’opposé de ce marché, il y a les ventes aux utilisateurs finaux via un réseau de concessionnaires. Ce marché contradictoire, obéit à des logiques différentes tant en termes d’exploitation que d’amortissement. Il s’agit de professionnels qui recherchent de la productivité, de la technicité pour des applications souvent très spécifiques et surtout, de la fiabilité que conditionne la qualité de la motorisation, des systèmes, l’asservissement de l’hydraulique … Cela explique la longueur de la gamme Kubota, qui permet de proposer la configuration de machine la plus adaptée, servie par un concessionnaire de proximité et qui apporte tout ce dont nos clients ont besoin aujourd’hui.

La longueur de la gamme permet de proposer la configuration de machine la plus adaptée.

Quelles sont les axes de développement du produit chez Kubota ?

Plus que l’électrique, le recours au gaz de pétrole liquéfié (GPL), sur certains modèles à l’instar du prototype dévoilé à Bauma 2019, est une voie que Kubota entend suivre dans un avenir très proche. La KX 19 LPG, le premier modèle à bénéficier de ce type de motorisation, entrera en production à la fin de l’année. Elle affichera le même niveau de performance qu’un modèle de même tonnage conventionnel. Kubota commercialisera sa première mini- pelle fonctionnant au GPL à l’horizon 2021 L’offre aura vocation à s’étoffer, en particulier sur les petits modèles le gaz constituant une véritable alternative au diesel et quasi sans incidence sur le prix.

Propos recueillis par Jean-Noël Onfield