Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Mobilité – XYT : des véhicules métiers ouverts aux clients et à des constructeurs d’équipements

Mobilité – XYT : des véhicules métiers ouverts aux clients et à des constructeurs d’équipements

13 octobre 2016
<span>Mobilité</span> – XYT : des véhicules métiers ouverts aux clients et à des constructeurs d’équipements

La start-up XYT, ex-France Craft, propose une solution de mobilité entièrement personnalisable, de la structure aux équipements en passant par l’électronique embarquée, le tout à prix réduit et assemblé par des garagistes de proximité. Une nouvelle approche économique et technique de la mobilité. Explications.

Simon Mencarelli, co-fondateur XYT: « La plateforme de développement sera, dans un premier temps à des professionnels qui ont un savoir-faire métier afin de créer de véritables caisse à outils sur roues. »

Simon Mencarelli, co-fondateur XYT: « La plateforme de développement sera, dans un premier temps à des professionnels qui ont un savoir-faire métier afin de créer de véritables caisse à outils sur roues. »

Le principe réside dans la définition d’un véhicule à façon, facile à construire et à réparer/entretenir. « Il s’agit du premier véhicule  100 % personnalisable, évolutif et multi-usages », confirme Simon Mencarelli, co-fondateur (XYT), Pour y parvenir, tout a été simplifié et optimisé. Ainsi, le nombre de pièces a été réduit au maximum (moins de 600 pièces contre en moyenne 10 000 pour une auto classique). En outre, elles sont destinées à  être assemblées par des tiers formés au concept et au montage. Dans cette logique de rationalisation, l’offre actuelle a été définie autour de trois silhouettes de Pixel, correspondant à trois applications types, que le client sélectionne en fonction de son besoin. Il peut aussi choisir l’autonomie qu’il désire, les équipements à intégrer, le mode d’énergie (hybride, électrique), l’aménagement de l’espace intérieur… « Une fois le choix arrêté, les pièces sont expédiées et le montage est confié à un partenaire agréé, et le véhicule est prêt après quelques heures d’assemblage », assure Simon Mencarelli, « notre version citadine deux places et utilitaire sont toutes deux homologuées et ont passé l’épreuve des crash-tests. Dans un premier temps nos véhicules seront assemblés dans nos ateliers afin que nos distributeurs puissent faire découvrir et commercialiser nos véhicules à leurs clients et monter progressivement en compétences.».

Fabrication à façon

XYT offre l’opportunité à ses partenaires de devenir équipementiers ou même constructeurs automobile à moindre frais en se basant sur ses modules de base et les règles de conception ouvertes définies au travers de kits de développement. En clair, chacun peut contribuer à son développement et donner de nouvelles fonctionnalités de personnalisation, à la façon d’un kit de développement. Produite sans outillage lourd, dans des ateliers disséminés au plus près des clients, à partir d’une structure tubulaire facile à modifier et sur laquelle viennent se greffer la mécanique et la carrosserie, la voiture affiche un coût raisonnable : autour de 20 000 euros H.T. avant déduction de primes et bonus écologiques, batteries comprises. De fait, 95% des composants sont communs aux trois plateformes ce qui garantit une maintenance et un entretien simple et rapide. Mais l’originalité du projet ne s’arrête pas là. Une fois sélectionnés sur internet la longueur et le type de carrosserie (berline ou bien utilitaire), le type de motorisation (hybride essence-électrique ou bien 100 % électrique), l’autonomie — donc le coût — des batteries offrant 100 à 200 kms d’autonomie), la couleur, ainsi que les accessoires intérieurs et extérieurs, l’ensemble du véhicule est monté dans un atelier indépendant agréé, au plus près du client final. Cela peut être un garagiste indépendant, un carrossier ou tout autre mécanicien. Un distributeur de matériel pour le BTP ? « Plus que le véhicule, c’est le concept même qui est à valoriser, le principe même du Pixel étant de créer son marché au gré des besoins des utilisateurs », estime Simon Mencarelli. Pas d’usine à financer donc, juste des composants conçus d’emblée pour être assemblés à la main, avec un outillage ultra simple. La mise à disposition du « kit de développement », indique les normes et les exigences à respecter pour obtenir l’homologation de leurs créations. Le coût de développement est ainsi reporté sur les fournisseurs. A noter que deux des trois modèles ont déjà reçu leur homologation dans la catégorie dite « M1 », sensiblement plus exigeante en matière de protection des passagers que celle des simples « quadricycles à moteur », même « lourds » ou « légers ». Tous ont donc le droit de circuler sur les autoroutes et la dernière version dédiée au transport de personnes est actuellement développée et sera homologuée en 2017.

J-N.O

Photo : Tous les éléments étant modulaires, une simple caisse à outils permet de rivaliser avec le niveau de productivité industrielle.