Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Matériels – Brouettes éco-responsables pour CDH Group

Matériels – Brouettes éco-responsables pour CDH Group

30 novembre 2015
<span>Matériels</span> – Brouettes éco-responsables pour CDH Group

Premier fabricant européen de brouettes de chantier avec plus d’un million d’exemplaires écoulés chaque année, Haemmerlin a lancé un programme visant à réduire ses consommations d’énergie et ses nuisances, mais aussi à recycler ses déchets. Les résultats sont au rendez-vous.

Baptisé H Green, ce programme s’articule autour de deux axes. Un, la diminution des émissions de gaz à effet de serre en modifiant les process de fabrication pour en améliorer l’efficacité énergétique. Deux, la conception de brouettes munie de roues dépourvues de substances toxiques. Pour atteindre ses objectifs, l’industriel actionne quatre leviers, le gaz, l’eau, l’air et les déchets, explique CDH Group, une structure qui englobe également les marques Centaure et Duarib (échafaudages, plateformes de travail…). En agissant sur le premier, l’entreprise a réduit ses consommations d’argon et de CO² (gaz de soudage) de 70 %. Aujourd’hui, elle a entrepris de diminuer la quantité d’électricité nécessaire à la production d’air comprimé. Celle-ci est passée de 850 à moins de 350 KWh entre 2006 et 2014. L’amélioration du process de mise en peinture a fait passer celle de gaz de 4500 à 1500 Mw/h entre 2006 et 2014. En jouant sur le deuxième levier, le fabricant alsacien a ramené sa consommation d’eau de 21 830 à 1 749 m3 entre 2002 et 2014. A cet effet, il a fait évoluer le process de traitement de surface pour supprimer tout rejet d’effluents. Les eaux de rinçage sont réinjectées dans les bains pour compenser les évaporations. En actionnant le troisième volet, l’industriel a supprimé la dernière cabine de peinture à base de solvants en 2007 et les lâchés de COV dans l’atmosphère. L’année suivante enfin, il a joué sur celui du recyclage des déchets. Sept ans plus tard, la moitié des rebuts sont suivis : 350 m3 de DIB (Déchets industriels banals) en mélange sont envoyés en centre de tri, 71 tonnes de DIS (Déchets industriels spéciaux) en centre agréé et plusieurs dizaines de tonnes de matériaux divers (1 000 t d’acier, 1,5 d’aluminium…) revalorisées.

J.D