Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Komatsu – La chargeuse sur pneus WA475-10 HMT passée au crible

Komatsu – La chargeuse sur pneus WA475-10 HMT passée au crible

2 octobre 2019
<span> Komatsu <span/> – La chargeuse sur pneus WA475-10 HMT passée au crible

Préfigurant la future offre du fabricant japonais pour tous les travaux de chargement et de reprise, la chargeuse sur pneus WA475-10 pose de nouveaux jalons en termes environnemental, économique et ergonomique.

Avec un moteur diesel Etape 5 développant 216kW@1 600 tr/min, ce modèle de 24 500 kg, affiche une charge de basculement, articulée à 40°, de 16.285 kg. Sa motorisation inclut un filtre à particules (KDPF) et un système de réduction catalytique sélective avec injection d’AdBlue (SCR), annonçant le futur de la génération Dash-10 des chargeuses sur pneus de la marque, La principale innovation réside dans la transmission hydraulique et mécanique, qui fait un bond technologique. A l’instar d’une transmission à variation continue, elle offre le meilleur couple et maintient le moteur dans la configuration la plus économique selon les différentes phases de travail de la chargeuse. Parmi les principaux avantages d’une telle conception, Komatsu* avance :
• -17% de consommation (litres/h),
• +15% de couple avec un moteur à régime plus bas,
• +30% d’efficacité énergétique par rapport à la WA470-8 (tonnes/litres),
• +9% de force d’arrachement,
• +10% de force de direction
Le contrôle de puissance variable, la fonction d’autofreinage, le potentiomètre de réglage de vitesse, et le système unique d’assistance de tenue en pente sont autant de fonctionnalités inclues dans la transmission HMT.

Fonctionnalités

Le modèle WA475-10 HMT, préconisé pour la reprise et qui sera commercialisé à l’automne, intègre les dernières technologies développées par Komatsu parmi lesquelles le chargement automatique du godet et une fonction qui permet de secouer le godet pour un vidage efficace. « Des fonctionnalités, qui, en dépit de leur efficacité, restent cependant peu demandées en France, l’opérateur expérimenté en carrière préférant gérer lui-même les différentes opérations », regrette Alexis Muhlhoff. « En revanche, ils sont demandeurs de conseils pour maîtriser la consommation de carburant de ces matériels par définition mobiles. Le durcissement des normes régissant les émissions a contribué à une amélioration significative de l’efficacité énergétique des nouvelles motorisations ». L’évolution des transmissions également, le fabricant japonais ayant également développé une alternative de type CVT. Résultat : avec les chaînes cinématiques actuelles on constate des écarts importants de consommation avec les machines de générations antérieures. L’aménagement des fronts de taille et des plateformes de chargement tend également à réduire la consommation.

Agrément de conduite

Ce modèle, qui affiche 20% de puissance de levage augmentée, intègre une fonction de remplissage automatique du godet (levage et cavage inclus), et un bouton sur le manipulateur qui permet, en appuyant 1 fois, de remettre le godet en position horizontale, ou en le maintenant appuyé, de secouer automatiquement le godet pour enlever tout matériau restant.
L’opérateur de la WA475-10 appréciera la nouvelle ergonomie de la machine, tant sur la conception de la cabine, avec un pare-brise incurvé à la surface accrue d’un tiers, des vitres filtrant les UV et des surfaces de plafond en verre, que dans la possibilité de régler en hauteur la position du moniteur de la caméra arrière, ou en terme de sécurité, un marchepied dédié au nettoyage du pare-brise.
*comparé à la WA470-8.

J-N.O
Photo : L’arrivée de la nouvelle Komatsu WA475-10, est programmée pour le dernier trimestre de l’année.

Le commentaire d’Alexis Muhlhoff,  Chef de Produits Komatsu

« Avec une double source d’approvisionnement en provenance des usines d’Allemagne et du Japon, Komatsu couvre toutes les applications de chargement en carrière (chargement client, reprise au front de taille, matériel de servitude, …), le choix de la chargeuse sur pneus étant conditionné par la capacité du godet. Toutes les modèles partagent une conception robuste avec des hauteurs de levage optimisée et une grande fiabilité à l’usage, la chargeuse Komatsu se distinguant par sa stabilité statique élevée, quel que soit la densité du matériau, grâce à un travail sur la répartition des masses et un centre de gravité bas. La capacité de transport, le débit du concasseur et les objectifs de production définis lors de l’étude de site, conditionnent la taille de la chargeuse. L’adéquation du godet avec la chargeuse fonctionne d’autant mieux que Komatsu fabrique ses propres accessoires sur les mêmes critères de qualité que ses matériels« .

Alexis Muhlhoff, Chef de Produits Komatsu France SAS : « la fiabilité des chargeuses sur pneus associée à la productivité et à la consommation sont les critères de sélection clés de carriers ».

 » Approcher le godet, le remplir, reculer, avancer pour benner et repartir,… par définition, le temps de cycle d’une chargeuse est plus long que celui d’une pelle hydraulique. Le nombre de godets doit donc être optimisé pour compenser l’écart et ne pas pénaliser la production. En chargement client, quatre à cinq godets maximum sont préconisés pour respecter des cycles optimisés autour de 2 minutes chacun. En reprise, il faut faire en sorte de ne pas dépasser cinq à six passes pour charger un tombereau rigides, l’enjeu étant de minimiser les temps d’arrêt de la machine. Le chargement doit toujours se faire en fonction de deux paramètres que sont la durée de trajet et la capacité du concasseur et à partir desquels la configuration de l’atelier sera définie. Parce qu’il s’agit de matériels de production qui sont utilisés au quotidien, le recours aux contrats d’entretien se généralisent. Considérant que les systèmes de pesage embarqué installés en deuxième monte sont complexes à mettre en œuvre, le fabricant japonais privilégie les solutions RDS montées en usine pour les machines de reprise. A ce titre, elles sont couvertes par la garantie du constructeur. L’intérêt est d’être certain de charger du premier coup la bonne quantité de matériaux et de s’affranchir de tout risque de surcharge ».