Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés, Matériels - José Ramos, président de la FRTP Ile-de-France – Les entreprises de TP franciliennes veulent être les premières à sortir de l’activité partielle

José Ramos, président de la FRTP Ile-de-France – Les entreprises de TP franciliennes veulent être les premières à sortir de l’activité partielle

7 mai 2020
<span> José Ramos, président de la FRTP Ile-de-France<span/> – Les entreprises de TP franciliennes veulent être les premières à sortir de l’activité partielle

Sans attendre la fin du déconfinement, les entreprises s’organisent pour participer à la relance des chantiers et, après avoir été critiquées pour avoir stoppé net leur activité, être les premières aux avant-postes dès le 11 mai prochain.

Pour cela, elles en appellent aux collectivités locales pour les accompagner et leur permettre de redémarrer l’ensemble des chantiers franciliens. « Il est essentiel que nous nous mobilisions ensemble, pouvoirs publics et entreprises de TP, pour assurer la continuité de l’activité économique nécessaire à la bonne marche de notre territoire, aux besoins élémentaires de la population et à la sauvegarde de l’emploi local », explique José Ramos, président de la FRTP. « Pour cela, il nous faut collectivement réussir la reprise de l’activité et préparer la relance dont nous allons avoir besoin pour éviter demain aux entreprises de perdre des emplois et aux collectivités d’augmenter leurs dépenses sociales ». Trois leviers d’action ont été identifiés :
-Veiller à ce que tous les chantiers arrêtés au moment du confinement soient en activité à compter du 11 mai,
-Relancer les appels d’offres qui sont à un niveau anormalement bas depuis le 16 mars, avec une baisse de 70 % en Ile-de-France depuis le début du confinement,
-Décider d’engager des investissements comme vous le permet l’ordonnance du 23 mars 2020.

« De la même manière que nous avons décidé en responsabilité de mettre nos collaborateurs en sécurité, nous sommes à présent en mesure d’assurer leur sécurité sanitaire sur nos chantiers et dans nos entreprises, notamment en se référant aux préconisations de l’OPPBTP », indique José Ramos. « En tant que chefs d’entreprises responsables et grâce aux principes de distanciation et des barrières sanitaires, le retour au travail est possible, y compris sur les grands projets d’infrastructures tels que le Grand Paris Express ou les ouvrages olympiques».

Sauver 2020

Dans ce contexte d’adaptation permanente, les entreprises ont besoin de se projeter. A ce titre, le plan de relance de l’activité sera décisif. Car s’il est acquis que 2020 sera difficile, 2021 pourrait être encore pire sans mesures d’accompagnement, telles que des dispositions d’amortissement des charges sociales proportionnées à la contraction de l’activité. Si le prêt garanti par l’Etat, auquel plusieurs entreprises régionales ont eu recours est une bonne mesure, il a un coût. Aussi, adapter le droit du travail dans le domaine de la durée légale et autoriser un recours aux heures supplémentaires défiscalisées, installer au plus vite les équipes issues des élections municipales, neutraliser les cotations auprès de la Banque de France qui conditionnent l’accès au crédit et les taux d’intérêt pratiqué et faciliter le retour à l’emploi des travailleurs sous contrat légal sont autant de revendications. Sous réserve d’obtenir satisfaction, la filière pourrait passer 2021 sans casse majeure, faute de quoi, c’est tout le tissu de TPE et PME qui s’en trouverait impacté.

Préparer 2021

Momentanément, certains maîtres d’ouvrage qui ont fermé leurs chantiers, n’ont toujours pas autorisés leur reprise. Une entrave qui devrait être levée dès l’officialisation de la fin de la période de confinement et ainsi donner de nouvelles perspectives à la profession. Un indicateur est alarmant : les appels d’offres sont en contraction de 70% en Ile-de-France.

« Les appels d’offres sont en contraction de 70% en Ile-de-France ».

« A l’annonce du confinement et pour faciliter l’organisation de nos entreprises, la FRTP a demandé à ses maîtres d’ouvrage de retarder à la mi-mai les dates de remise des appels d’offres, dont certaines étaient fixées pour la première quinzaine du mois d’avril. Initialement, nous étions partis sur quinze jours de confinement alors que nous venons de démarrer la sixième semaines », observe José Ramos. « Les élus dans leur grande majorité se positionnement pour relancer les marchés publics pour assurer le suivi de l’activité en particulier cet été. Compte tenu des limitations des déplacements, certains de nos collaborateurs choisiront de travailler et prendrons leur vacances plus tard. Cela permettrait de limiter le retrait de l’activité et d’atténuer les effets sur les facturations de nos entreprises qui ont perdu un mois de chiffre d’affaires. Il est donc essentiel que les donneur d’ordre lancent des appels d’offre pour assurer l’activité au-delà de l’été ».

Anticiper 2024

Avec, la disponibilité des masques, les conditions d’accès aux transports en commun, les modalités de retour des élèves dans les établissements scolaires posent de réelles difficultés logistiques. De même, une période transitoire sera nécessaire afin « d’apprivoiser » les nouvelles contraintes qui entraveront l’avancée des travaux. « La reprise, qui ne pourra être que progressive et devrait durer au moins jusqu’à la période des congés estivaux », prévient José Ramos, « Sans vaccin, ni traitement connu, il va falloir apprendre à vivre avec ce virus et adapter nos organisations à cette contrainte ».

Dans ces conditions et compte tenue de la perte de productivité attendue, « on ne peut pas imaginer qu’il n’y ait pas de dérive du calendrier du Grand Paris Express, même si nos entreprises vont tout faire pour en limiter l’ampleur sur les chantiers les plus longs. C’est pourquoi, il est important de réorganiser les capacités de production aux sites prioritaires liés aux infrastructures de transport en commun. Quant aux ouvrages olympiques, je ne doute pas de la capacité des entreprises attributaires des travaux à respecter le calendrier contractuel ».
J-N.O