Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Carrières – Marteaux brise-roche : un outil multifonction

Carrières – Marteaux brise-roche : un outil multifonction

2 novembre 2016
<span>Carrières</span> – Marteaux brise-roche : un outil multifonction
Brice Villemotte, responsable régional France, Benelux, Maghreb de Montabert : « Le marteau brise-roche hydraulique est un outil d’abattage polyvalent. »

Brice Villemotte, responsable régional France, Benelux, Maghreb de Montabert : « Le marteau brise-roche hydraulique est un outil d’abattage polyvalent. »

Utilisée plus rarement en abattage direct et plutôt en secondaire, le BRH a toute sa place dans les carrières. Philippe Hoerner, expert produit pelles hydrauliques sur chenilles (50-100 t) de Liebherr,  cite l’exemple d’un marteau de 8-10 t monté sur une machine de 80 tonnes dans une carrière du Sud-ouest (Garandeau). L’outil délite puis fragmente de gros blocs. A Bari, en Italie, une carrière (Leone) exploite une veine de calcaire avec deux BRH à frappe variable de 3,5 t commercialisés par Montabert. Sur les sites d’extraction, le BRH peut être utilisé sur différents postes : en attaque de front de taille mais aussi en purge ou réduction de grosses pièces après minage et de blocs d’enrochement… L’abattage à l’explosif reste la méthode la plus rapide et la plus rentable en France où le BRH est surtout utilisé pour les purges et les réductions de blocs, admettent Brice Villemotte, responsable régional France, Benelux, Maghreb, et Christian Bianchi, responsable marketing et communication de Montabert.

Tous les marteaux exploitent une technologie similaire, observe Thomas Templier, de Tecman : « Un piston qui tape sur une pointe qui frappe sur la roche. » Selon lui, les constructeurs se différencient surtout au niveau de la conception ou du fonctionnement de l’outil. Pour sa part, le constructeur travaille sur la stabilité, le coût global et celui de l’entretien. « Un BRH consomme 10 % de sa valeur en pièces détachées tous les ans, 5 % chez Tecman », précise le directeur commercial. Avec des machines « plus lourdes, plus robustes et plus simples à entretenir », le fabricant vise aussi à en fiabiliser l’utilisation (accumulateur à membranes de restitution de l’énergie d’impact, anti-frappe à vide…) et en optimiser la durée de vie. Pour lui, elles offrent une alternative au minage sur les gisements de matériaux altérés, dans les petites carrières ou à l’ouverture d’un site, mais aussi dans les exploitations de roches très dures. Selon Thomas Templier, le BRH n’a guère de concurrents, sinon l’éclateur hydraulique ou la fraise en travaux urbains et souterrains. Pour lui, la dent excentrique est venue optimiser le ripper traditionnel.

Chez Volvo Construction Equipement, elle est surtout perçue comme complémentaire au BRH pour certains types de roches fracturées. Le constructeur est attentif à la qualité de ses prestations. Les marteaux de la marque (anti percussion à vide, deux vitesses…) sont couverts par la garantie « machine » et livrés « complets », flexibles, centrale de graissage, kit de changement d’azote, mode d’emploi et guide maintenance inclus.

Thomas Templier, directeur commercial de Tecman : « Les solutions d’abattage mécanisées comme le BRH sont utilisées quand il est impossible d’extraire à l’explosif. »

Thomas Templier, directeur commercial de la société Tecman : « Les solutions d’abattage mécanisées comme le BRH sont utilisées quand il est impossible d’extraire à l’explosif. »

L’outil doit être choisit en fonction de la résistance de la roche à la fragmentation et de sa capacité à ajuster l’énergie de frappe au caillou, conseillent les représentants de Montabert, en mettant l’accent sur le BRH à frappe variable de la marque (série V), « un outil unique sur le marché. » Sur le principe, un système de régulation hydraulique analyse le rebond du piston et adapte la force de frappe à la résistance de la roche, « un peu comme une boîte de vitesse adapte l’allure d’une automobile à la circulation routière », imagent les porte-paroles de Montabert. Le choix du brise-roche doit être également fonction du porteur, de son poids et de son débit hydraulique. La pelle doit pouvoir le porter et lui fournir l’énergie nécessaire. Quid du coût d’exploitation de ce type d’outil ? Montabert a suivi pendant cinq ans avec un BRH de 3,5 t utilisé en abattage monté sur une pelle de 30 tonnes. La pelle y contribue pour 66 % et le BRH pour 13 %. Dans l’idéal, le carrier aurait intérêt à acheter un marteau avant d’acquérir sa pelle, en fonction de la résistance du caillou, expliquent Brice Villemotte et Christian Bianchi. Daniel Dupuy, directeur commercial et marketing d’Arden Equipment, qui commercialise une gamme de BRH jusqu’à 7 t, conseille quant à lui de tester le matériel avant de l’acheter.

Sur un marché limité la vente de deux ou trois milles unités environ par an (dont un tiers de BRH de plus de 2 t selon Tecman), Rockwheel (Rokla) s’est distingué au dernier salon Bauma avec l’Impactor, un BRH basse fréquence que la société destine à l’abattage direct et secondaire, signale Patrick Brugier, responsable marché francophone. L’outil, qui sera commercialisé début 2017, est capable d’exploser un bloc en 5 ou 6 impact avec une force de 5 à 6 000 joules par frappe.

J.D