Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Carrières – Abattage à la pelle hydraulique : une offre diversifiée

Carrières – Abattage à la pelle hydraulique : une offre diversifiée

27 octobre 2016
<span>Carrières</span> – Abattage à la pelle hydraulique : une offre diversifiée
Philippe Hoerner, expert produit pelles hydrauliques sur chenilles (50-100 t) de Liebherr : « L’exploitant détermine le choix d’une technique d’extraction, en directe ou par minage, en fonction d’un ratio qui prend en compte le coût et les contraintes d’extraction. »

Philippe Hoerner, expert produit pelles hydrauliques sur chenilles (50-100 t) de Liebherr : « L’exploitant détermine le choix d’une technique d’extraction, en directe ou par minage, en fonction d’un ratio qui prend en compte le coût et les contraintes d’extraction. »

S’il se dirige vers l’abattage direct en carrière, l’exploitant peut choisir entre différents types de porteurs et d’équipements, explique Philippe Hoerner, expert produit pelles hydrauliques sur chenilles (50-100 t) de Liebherr. Ces pelles hydrauliques sont utilisées fréquemment dans les carrières de granulats alluvionnaires, plus rarement dans celles de roches massives. Liebherr a sorti récemment une gamme de machines d’extraction directe ou de chargement après minage (SME). Parmi elles, une pelle de 80t conçus pour les travaux d’arrachement dur (970 SME). La machine est équipée d’un châssis surdimensionné et de vérins pour accroître la force d’arrachement. Avec ses porteurs, Liebherr propose deux gammes de godets spécifiques et sur mesure, une autre de dents de déroctage et une ligne d’attaches rapides (150 t maxi). Le constructeur alsacien conseille également ses clients sur l’adéquation de l’hydraulique du porteur et de l’outil pour éviter une usure prématurée du premier.

Côté accessoires, le fabricant d’équipements italien MB Crusher a sorti une gamme de deux godets concasseurs pour les sites d’extraction : le premier, pour les pelles de plus de 43 t (BF 135.8) ; le second, pour celles de plus de 70 t (BF 150.10). L’industriel commercialise également le plus grand godet cribleur du monde (MB-S23). Celui-ci affiche une capacité de chargement de 4,3 m3 et une profondeur de panier de 1 490 mm.

En attaque directe sur des calcaires, des basaltes stratifiés et certaines roches hétérogènes, les pelles peuvent être équipées en rétro d’un godet de purge et-ou d’une dent de déroctage. Philippe Hoerner préconise une pelle sur chenilles et un godet à montage direct ou spécifique (plus étroit) avec une lame delta. Cette machine à châssis lourd sera munie d’un balancier court pour optimiser la puissance de pénétration et d’arrachement, sachant que la longueur de ce balancier détermine « la force aux dents. » Elle assurera l’extraction et chargera le matériau sur le tombereau qui le transporte vers le concasseur. Equipée d’une attache-rapide qui permet de passer rapidement d’un outil à un autre, la pelle hydraulique peut porter une dent de déroctage pour l’abattage puis un godet pour le remplissage des camions. Inconvénient de cette technique dite du « rip and load » : utilisée alternativement en ripage et en chargement, la machine n’est productive qu’une partie de son temps de travail.

Alexis Mulhoff, chef de produit de Komatsu France : « L’abattage à l’explosif est la méthode la plus volumique et la plus économique, mais elle reste dangereuse et produit des nuisances. C’est pourquoi la part de l’abattage mécanisé devrait progresser dans les années à venir. »

Alexis Mulhoff, chef de produit de Komatsu France : « L’abattage à l’explosif est la méthode la plus volumique et la plus économique, mais elle reste dangereuse et produit des nuisances. C’est pourquoi la part de l’abattage mécanisé devrait progresser dans les années à venir. »

Pour sa part, Komatsu met en avant trois modèles de pelles de 50 à 80 t (PC 490, 700 et 800). Ces pelles peuvent être équipées du BRH maison (JTHB) ou de dents de déroctage et de godets de capacité variable (3,5 à 5 m3) pour réduire des blocs ou réaliser du nettoyage de banquettes et charger des matériaux. A l’étranger, le constructeur commercialise également des pelles de plus de 100 t en version godet rétro et retourné (chouleur) pour l’extraction directe en front de taille, rappelle Alexis Muhlhoff, chef de produit.

De son côté, Volvo Construction Equipment, qui propose une gamme de porteurs de 22 à 75 t (Série EC) et une ligne de BRH de 900 kg à 5 t, a dévoilé au salon Bauma la plus lourde de ses pelles de carrière (EC 750 E), une machine de 75 t aux normes d’émission Etape IV. Plus évoluée au niveau de l’hydraulique et moins gourmande en carburant, cette pelle, qui offre une capacité de godet plus importante que le modèle qu’elle remplace (EC 700), est aussi plus productive de 10 %, détaille Bruno Franche, responsable produits pelles hydrauliques. En parallèle, le constructeur a lancé un marteau adapté à cette machine (HB70). C’est ici qu’il se distingue de la concurrence. Les BRH de la marque sont étudiés en fonction du tonnage des porteurs – « Une main de fer dans un gant de velours », image Bruno Franche – et délivrent les débits et les pressions hydrauliques nécessaires. Côté porteur, le constructeur se différencie à travers ses options : lignes hydrauliques, double pompe, flèche flottante pour limiter les efforts exercés par le marteau sur la pelle, en réduire l’usure et améliorer le confort de l’opérateur.

D’autres constructeurs ciblent les carriers. Doosan propose trois pelles de 50 t équipées de godet ou de BRH (DX 530 L6-5…) qu’il destine à la découverte ou au décapage des niveaux de roches à exploiter. Case commercialise deux porteurs de 40 et 50 t (490, 500 ME) avec une gamme de godets renforcés de grande capacité (3 m3) et de marteaux, indique Bernard d’Angelo, responsable marketing produit de CNH Industrial. Dotées de flèches et de balanciers courts pour en accroître la force de cavage (pénétration), ces machines à clapets offrent un gain de productivité de 20 à 30 %, indique le représentant de CNH. Nouvel entrant dans l’hexagone, Kobelco a lancé en juillet une pelle d’extraction fabriquée en Asie, la 500 ME-10. Eprouvée sur différents continents avant d’être lancée en Europe, cette machine motorisée par Hino a été spécialement structurée pour une utilisation en carrière, explique Jean-Philippe Delion, business manager : châssis, tourelle (et ronds à galets) et moteur de translation renforcés, équipements courts… Autres points forts, selon lui : une consommation de carburant réduite grâce à une technologie de gestion de l’hydraulique qui délivre plus de puissance avec moins d’énergie et une force de translation supérieure de 20 % aux autres porteurs de la même catégorie.

J.D