Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Intermat 2018, Marchés - Travaux publics – Futurmap : plans de synthèse des réseaux enterrés sur Internet

Travaux publics – Futurmap : plans de synthèse des réseaux enterrés sur Internet

6 mars 2018
<span>Travaux publics</span> – Futurmap : plans de synthèse des réseaux enterrés sur Internet

Sur les chantiers de voirie et d’infrastructures, Futurmap propose de collecter les plans des réseaux souterrains et d’en réaliser une synthèse en 2 ou 3 D qui pourra être utilisée par les bureaux d’études et les entreprises spécialisées sur le terrain.

Créée à Lyon en 2014 par Luc Straub, Futurmap s’est spécialisée dans le traitement des informations géographiques destinées aux infrastructures, explique Florent Michels, son président. La société est également représentée en Suisse et à Madagascar. Luc Straub, son directeur général, travaille en effet sur l’île pour la filiale d’un groupe français tournée vers l’acquisition de données géographiques et la réalisation de plans topographiques.

Futurmap est en train de finaliser une nouvelle offre. Elle se propose d’établir des plans de synthèse des réseaux souterrains : eau, gaz, assainissement, télécommunications, signalisation routière… La société cible les exploitants, les maîtres d’ouvrage et d’œuvre ou encore, les bureaux d’études de VRD (voirie et réseaux divers).

Au démarrage d’un chantier de réseau, le maître d’ouvrage doit obligatoirement faire une déclaration de projet de travaux (DT) et l’entreprise chargée du chantier une déclaration d’intention de commencement de travaux (DICT), rappelle Florent Michels. Problème : les concessionnaires de réseaux fournissent souvent un ensemble de plans hétérogènes.

La start-up prévoit de collecter ces plans et d’en réaliser une synthèse qui pourra être utilisée par les bureaux d’études et les entreprises spécialisées sur le terrain.

A cet effet, elle est en train de développer une plateforme web. Ses clients y déposeront leurs documents. Futurmap leur renverra un plan de synthèse en 2 ou 3D, selon les données disponibles.

Sur le principe, explique son président, il s’agit « d’accélérer le recollement des réseaux existants puis de faciliter le marquage sur le terrain. C’est un gain de temps et de marge pour les entreprises », souligne-t-il.

En se spécialisant sur ce créneau, Futurmap veut libérer les équipes de projeteurs des bureaux d’études et de leurs sous-traitants ou celles des entreprises générales d’une opération plutôt chronophage.

Modèle économique ? La start-up fait payer les plans de synthèse en fonction de la surface de l’aire de travaux et du nombre de réseaux. Elle envisage de proposer une formule d’abonnement avec des services à forte valeur ajoutée. L’intervention, par exemple, de véhicules équipés de scanners laser ou de Lidar pour créer les fonds de plan.

La plateforme web est actuellement en rodage. De grands groupes comme Eiffage ou Eurovia l’ont déjà testé à Lyon sur le tram T6 pour l’un et le cours Lafayette pour l’autre. Une version bêta sera présentée au salon Intermat d’avril et une offre lancée dans la foulée.

J.D