Suivez-nous :         application      kit média      
Accueil - Marchés - Travaux publics – CAD 42 : géolocalisation et suivi du matériel de chantier

Travaux publics – CAD 42 : géolocalisation et suivi du matériel de chantier

20 février 2018
<span>Travaux publics</span> – CAD 42 : géolocalisation et suivi du matériel de chantier

Start-up spécialisée dans les objets connectés sur les chantiers, CAD 42 commercialisera dans le courant du premier semestre des solutions de géolocalisation et de suivi du matériel et des équipements packagées en fonction des usages qui leur sont assignés par les entreprises. Elle vient de signer un accord de partenariat avec l’entreprise de BTP Léon Grosse pour expérimenter un gilet de sécurité connecté sur ses aires de travaux. Focus.

Jean-Philippe Panaget, co-fondateur et président de CAD 42.

Créée en octobre 2016, CAD 42 est hébergée à Saint-Ouen, au nord de Paris, par l’entreprise générale « L’atelier des compagnons », rappelle Jean-Philippe Panaget, son co-fondateur et président.

La société, qui emploie six personnes, a conçu un système de géolocalisation des matériels (engins, crochets de grues, véhicules lourds…) et des équipements (vestes de sécurité…) de chantiers utilisés par les entreprises de BTP, de transport ou industriel.

Ces matériels et ses équipements sont équipés de capteurs ou de boîtiers télématiques qui enregistrent des données de fonctionnement et de sécurité en temps réel sur une plateforme réservée à l’aire de travaux.

Prévenir les accidents, suivre le matériel

Ces données sont traitées avec un logiciel spécialisé pour prévenir les situations de pré-accident potentiel en déclenchant des alertes : présence de personnes en dessous d’une charge de grue, risque de collision entre un salarié et une machine, repérage des situations de pénibilité, vérification des permis des conducteurs d’engins, délimitation des zones de danger en cas de coactivité.

Ces données sont également exploitées pour suivre le matériel et son utilisation : dates et heures d’arrivée et de sortie, cycles de travail (nombre de levées et de déposes pour une grue…), consommations de carburant, temps de travail, nombre de kilomètres parcourus, de mètres en dénivelés…

A l’avenir, explique le co-président de CAD 42, elles le seront plus largement pour porter assistance aux constructeurs de l’ouvrage et leur permettre, par exemple, d’en améliorer la qualité en fournissant des informations contextualisées aux chefs de chantier et à leurs équipes. Pour l’instant, une application mobile est à leur disposition pour scanner les bons de livraison, gérer les stocks et l’utilisation du matériel.

Améliorer la rentabilité des chantiers

Les données ainsi collectées et analysées permettent aussi d’améliorer la productivité et la rentabilité de l’aire de travaux en accompagnant les démarches de « lean management » mises en place par les entreprises. Il s’agit d’utiliser les statistiques établies à partir de ces informations pour détecter les sources de gâchis puis les éliminer pour avoir un chantier plus margé, précise Jean-Philippe Panaget.

CAD 42 propose ses solutions en location. Il en coûte environ une centaine d’euros par objet et par mois en moyenne. Parrainée par les groupes Vinci et Eiffage pendant un an, la start-up a également travaillé avec Léon Grosse pour valider ses technologies et les usages susceptibles d’en être fait.

Partenariat avec Léon Grosse

La veste connectée est équipée d’un capteur de position très précis.

La start-up a annoncé récemment un accord de partenariat avec ce dernier pour expérimenter des solutions d’objets connecté sur ses chantiers. Relié au cloud et à la maquette numérique (BIM) de l’entreprise, CAD 42 repère les situations à risque auxquelles sont confrontés les ouvriers, ceux-ci portant des gilets munis de signaux sonores et lumineux.

Plus largement, la solution accompagne ses démarches « lean » en générant automatiquement des rapports d’activité pour les matériels connectés. La totalité des informations sont accessibles en temps réel sur la plateforme (Fieldtracker.42) mise en place sur chacun des sites expérimentaux. La start-up et Léon Grosse travaillent sur d’autres scénarios avec l’objectif de proposer de nouveaux services sur les aires de travaux.

J.D