Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Travaux fluviaux – Le pont National consolidé

Travaux fluviaux – Le pont National consolidé

17 janvier 2017
<span>Travaux fluviaux</span> – Le pont National consolidé

Enjambant la Seine au Sud de Paris entre les portes de Bercy et de la Gare, le pont National vient d’être consolidé par un groupement d’entreprises associant ETPO (mandataire) et Spie Fondations.

Construit sous le Second Empire, cet ouvrage de 190 m de long sur environ 35 m de large a souffert du passage du temps. Elargies en 1936, ses cinq arches supportent le trafic routier du boulevard des maréchaux. L’ouvrage est également emprunté par le tramway et il pourrait l’être aussi par une possible et future liaison de délestage entre les gares de Lyon et d’Austerlitz. La partie la plus ancienne du pont a été confortée en deux étapes sous la maîtrise d’ouvrage et d’œuvre de SNCF Réseau. Spie Fondations s’est chargé de forer et d’injecter certaines piles pour combler des cavités au coulis ; ETPO, avec le concours de Cemex, a ceinturé et créé un massif autour des fondations existantes.

Cinq mois de travaux fluviaux au total. Outre l’emploi d’un béton colloïdal, ils ont fait appel à des modes de pompage complexes dans un contexte météorologique peu propice. Soumis à des contraintes de navigation fluviale, ce chantier sur huit demi-piles a été séquencé en quatre phases de coulées, avec la création d’une butée sous eaux (0,70 m), deux injections (sur 1,25 m puis 0,70 m), avant la reconstitution d’un entablement immergé, plan et recépé. Innovation : des coffrages en palplanches de PVC recyclables ont été utilisées.

Le béton (un millier de m3 de CXB Hydrobéton) a été formulé de manière à prévenir le délavage en milieu aqueux et à pouvoir être pompé à 200 bars dans circuit assez complexe (nombreux coudes à dénivelé sur 200 m d’installations fixes). Le bétonnier a mobilisé ses deux centrales d’Ivry-sur-Seine et de Tolbiac pour des coulages qui ont parfois été réalisés par très forte chaleur.

J.D