Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Recyclage – Structurer la filière

Recyclage – Structurer la filière

26 mai 2015
<span>Recyclage</span> –  Structurer la filière

2014 dans le recyclage ? « Une année qui a été très compliquée avec la baisse de la commande publique de l’Etat et des collectivités locales », explique Erwann Lemeur, président de Federec BTP.

Pour les mêmes raisons, 2015 devrait être assez médiocre. Relais de croissance ? Erwann Lemeur les voit dans les chantiers du Grand Paris en Île-de-France et dans les opérations listées par la FNTP ailleurs en France. Nouvelle encourageante, la sortie du statut de déchets des granulats recyclés se profile. Elaboré par le ministère de l’Ecologie, un projet d’arrêté ministériel en fera « un matériau à part entière. » Bémol : pour Federec BTP, le texte ne serait pas applicable sur le terrain. La fédération estime que la concertation n’a pas été assez approfondie entre le ministère et les organisations professionnelles. Sur le fond, elle porte deux critiques majeures. Un, les analyses auxquelles les matériaux doivent être soumis sur les plateformes sont trop nombreuses pour qu’elles en suivent le rythme. Deux, le référentiel de qualité élaboré par les professionnels n’est pas assez mis en avant par l’arrêté.

Dix mesures pour la filière

Présidé par Erwann Lemeur, le groupe de travail « Recyclage et matériaux verts » de la nouvelle France industrielle a proposé une dizaine de mesures qui visent à mettre en place des techniques et des outils de collecte, de tri et de transformation des rebuts, à produire des matériaux recyclés et à les substituer aux matières premières naturelles. Parmi ces mesures, le représentant de Federec BTP insiste sur la nécessité de réviser le code des marchés publics pour obliger les maîtres d’ouvrages à privilégier les recyclés dans les appels d’offre. Cela permettrait d’inverser une logique qui conduit aujourd’hui les entreprises à démontrer que leurs caractéristiques sont comparables à celles des matériaux naturels pour pouvoir les utiliser. A contrario, elles devraient démontrer qu’elles ne peuvent pas utiliser des recyclés avant de se tourner vers les granulats naturels. Cette logique permettrait de valoriser les recyclés, d’en augmenter leur prix et de dégager des moyens pour développer un réseau de plateforme territoriale avec l’objectif de doubler le tonnage annuel de béton et de couches de chaussée recyclé pour l’essentiel en souche-couche routière. Dans cette optique, Erwann Lemeur insiste aussi sur la nécessité d’autoriser plus facilement l’installation de plateformes et pour cela, de réserver du foncier dans les documents d’urbanisme (PLU…).

 

Chiffres (titre)

260 millions de tonnes de déchets du BTP, dont :

243 millions de tonnes de déchets inertes (DI)

14,3 millions de tonnes de déchets non inertes non dangereux (DND)

2,6 millions de tonnes de déchets dangereux

220 millions de tonnes de déchets de TP (98 % de DI)

25-30 millions de tonnes de béton de démolition de bâtiment et de couches de chaussées recyclés par an

1,5-2 millions de tonnes de terres de déblais traités à la chaux

Source : commissariat général au Développement durable – service de l’observation et des statistiques