Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Recyclage – Plusieurs dizaines de centres de valorisation restent à ouvrir

Recyclage – Plusieurs dizaines de centres de valorisation restent à ouvrir

21 septembre 2015
<span>Recyclage</span> – Plusieurs dizaines de centres de valorisation restent à ouvrir

Dans une conjoncture plutôt morose, l’activité des recycleurs a marqué le pas l’an passé. Et le volume de déblais collectés a baissé dans les travaux publics. Mais le potentiel de développement de la filière reste intact. Pour Federec BTP, elle doit continuer à se professionnaliser en mettant en place des circuits de collecte efficace et en ouvrant les plateformes qui seront nécessaires à la France pour recycler 70 % des déchets de chantier d’ici à 2020.

Dans une conjoncture qualifiée de très difficile, l’activité des recycleurs de déchets de toute nature s’est légèrement contractée l’an dernier. Malgré des volumes en progression (+ 4 % à 74 millions de tonnes), le chiffre d’affaires du secteur s’est légèrement replié (-2 % à 9,03 milliards). Un décalage que son président, Jean-Philippe Carpentier, président de Federec, explique par la fluctuation des cours et des prix. Ceux des « matières vierges » (pétrole, fer, cuivre…) ont atteint leur « plus bas niveau historique » et viennent concurrencer les matières premières issues du recyclage.

Ouvrir de nouvelles plateformes

Dans les travaux publics, la crise s’est traduite par une chute de 15 à 20 % des volumes de déblais, assure Erwan Le Meur, président de Federec BTP. Des déblais qui sont composés de déchet inertes pour 90 à 95 %. Il se recycle environ un million de tonnes de terres de déblais par an dans l’hexagone, dont une bonne partie en Île-de-France, évalue Erwan le Meur. Un marché qui pourrait être trois fois plus important si les pouvoirs publics renchérissaient les coûts de mise en décharge ou si les maîtres d’ouvrage prenaient des initiatives pour les valoriser. Vingt à vingt-cinq millions de tonnes de béton concassé de déconstruction sont également réutilisés chaque année pour une valeur estimée à 250 millions d’euros. Transposition d’une directive cadre européenne de 2008, la loi de transition énergétique fixe comme objectif à la France de recycler 70 % des déchets du BTP, contre 40 à 50 % aujourd’hui. D’ici à 2017, les distributeurs de matériaux de construction devront mettre en place une filière de collecte et les dispositifs de tri se généraliser sur les chantiers. La sortie du statut de déchets des bétons concassés devrait contribuer à atteindre cet objectif, en lien avec la diversification de leurs utilisations. Une démarche initiée dans le cadre du projet Recybéton. Mais il faudra créer de nouvelles plateformes de recyclage pour augmenter la capacité de recyclage du secteur. Exemple citée par le chef de file de Federec BTP : le retraitement du volume de déchets de construction en mélange. Celui-ci est évalué à cinq millions de tonnes alors que les chaînes de tri ne peuvent en traiter qu’un million. Une centaine de centres devraient être construit pour prendre en charge les quatre millions restant.