Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Matériaux– Les producteurs de matériaux à l’heure de la reprise

Matériaux– Les producteurs de matériaux à l’heure de la reprise

5 décembre 2017
<span>Matériaux</span>– Les producteurs de matériaux à l’heure de la reprise

Amorcée l’an passé et consolidée cette année, la reprise de l’activité devrait se poursuivre en 2018 pour les producteurs de granulats et de béton prêt à l’emploi. L’Unicem* table sur une progression des livraisons de cailloux et de liants hydraulique de 3,5 et 4 %. Des livraisons qui seront soutenues, dans le secteur des travaux publics, par les chantiers du Plan de relance autoroutier ou ceux du Grand Paris en Île-de-France et par l’investissement du bloc communal en région.

Nicolas Vuillier, président de l’Unicem : « 2018 sera une année de reprise. »

Après la stabilisation de l’activité et l’amorce de reprise (+ 0,7 %) constatées l’an dernier, les producteurs de matériaux de construction ont enregistré « un regain d’activité prometteur » entre janvier et fin octobre (+ 4,4 %), observe Nicolas Vuillier, le nouveau président de l’Unicem.

« C’est la première fois depuis six ans que nous sortons de la zone rouge », Carole Deneuve, chef du service économique et statistique de l’organisation professionnelle. Sur dix mois, la production de granulats et celle de béton prêt à l’emploi (BPE) ont augmenté respectivement de 2,9 % et de 5,7 %. Des pourcentages qui peuvent être portés à 3,3 % et 7,6 % en considérant que 2016 a compté 1,5 jour ouvré en moins que l’année précédente.

L’ampleur et le timing de la reprise n’ont pas été la même dans ces deux filières qui produisent des matériaux qui ne sont pas exactement destinés aux mêmes segments de marché, commente l’économiste de l’Unicem.

80 % des cailloux sont livrés sur les chantiers de travaux publics (génie civil, infrastructures, voiries et réseaux divers) ; 70 % du BPE, sur ceux de bâtiment, 20 % seulement partant sur les premiers. La sortie de crise s’est précisée en 2016 pour les bétonniers et cette année pour les carriers, le redémarrage de l’activité ayant été plus tardif ou moins appuyé dans les travaux publics que dans le bâtiment.

Productions inférieures aux moyennes

Sur douze mois, l’Unicem table sur une augmentation des livraisons de 3 % pour les granulats à 334 millions de tonnes et de 5 % pour le BPE à 37,9 millions de mètres cubes.

La production de cailloux est remontée au niveau atteint en 1983, mais reste inférieure de 13 % au niveau moyen des quinze dernières années (382 millions de tonnes), celle de béton demeurant elle aussi inférieure de 3 % à cette moyenne (39 millions de mètres cubes).

En région, le nouveau découpage a tendance à gommer les écarts, souligne Carole Deneuve. Le recul d’activité enregistré en Languedoc Roussillon pour les granulats (- 6 %) avec la fin des travaux du contournement de Nîmes et Montpellier par exemple. Sauf dans le Grand Est (- 9 %), toutes les régions sont stabilité ou en progression. C’est également le cas pour les ventes de béton, à l’exception de la Bretagne (- 2 %), avec là aussi la clôture de grands chantiers.

2018, année de la reprise

Les producteurs de matériaux abordent l’année à venir dans un contexte qui leur paraît plutôt bien orienté. La croissance du PIB pourrait être meilleure que prévue (+ 1,8 %) et les dotations de l’Etat aux collectivités locales ont été maintenues.

Les mesures de soutien au logement (PTZ, Pinel…) restent en vigueur, elles seront moins incitatives mais restent porteuses. Le nombre des permis de construire est en hausse dans le résidentiel et le non-résidentiel (+ 12 %). Ces facteurs devraient se conjuguer pour soutenir l’activité du bâtiment.

Les indicateurs sont également au vert dans les travaux publics. Avec le lancement des chantiers du Plan de relance autoroutier, de transports urbains, du Grand Paris et  des J.O de 2024, « les carnets de commandes se sont étoffés », observe Carole Deneuve. Surtout, « le cycle électorale est porteur. Il en est à mi-parcours pour le bloc communal, ce qui est propice au déclenchement des investissements. La commande publique se ranime et prend le relai de celle du privé. »

Dans ce contexte, le président de l’Unicem exprime « un optimisme mesuré ». Nicolas Vuillier prévoit une progression des ventes de granulats et de BPE de 3,5 et de 4 % l’an prochain. Les dernières devraient marquer un léger fléchissement par rapport à 2017 mais celui-ci permettra peut-être de faciliter des livraisons aujourd’hui compliquées en ville par le manque de camions (92 % du tonnage transporté), les contraintes de temps de trajet et horaires ; sachant que les chantiers du Grand Paris « aspirent les disponibilités en transport routier » en Île-de-France.

*Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction.

J.D

Chiffres clés

1 375 entreprises (73 du secteur)

4 000 sites de production

8 milliards d’euros de chiffre d’affaires