Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Matériaux – L’industrie cimentière présente son projet de « Green deal »

Matériaux – L’industrie cimentière présente son projet de « Green deal »

1 février 2017
<span>Matériaux</span> – L’industrie cimentière présente son projet de « Green deal »

Le Syndicat français de l’industrie cimentière (Sfic) a profité de ses dernières « Rencontres » (organisées hier à Paris) pour présenter le projet de « Green deal » (engagement pour la croissance verte) qu’il a élaboré avec l’Association technique de l’industrie des liants hydrauliques (Athil) en lien avec les ministères de l’Economie et de l’Environnement.

Ce projet, dont il reste encore à préciser le périmètre, avec la perspective d’une intégration éventuelle du Syndicat national des entreprises de démolition (Sned) et du Syndicat des recycleurs du BTP (Srbtp), devrait être signé avant l’été, après validation par les pouvoirs publics.

Dans le cadre de ce « Green deal », les industriels du béton s’engageraient à augmenter la proportion de déchets de bois (biomasse) collectés sur les chantiers de démolition et qui n’ont pu être recyclés. Ils s’engageraient également à augmenter la capacité de valorisation énergétique de ces déchets en cimenterie, en réalisant les investissements ad hoc. Objectif affiché : prendre en charge 45 % des rebuts non dangereux du type biomasse à l’horizon 2020, soit une hausse de 40 000 tonnes.

En contrepartie, les organisations professionnelles espèrent que les pouvoirs publics soutiennent la mise en place d’une filière de collecte, encourage la déconstruction sélective et prévoit la gestion des déchets dans les appels d’offres.

L’industrie routière valorise près de 3,5 millions de tonnes de rebuts tous les ans. Des laitiers de haut fourneaux ou des cendres volantes qui remplacent une partie des constituants de base du ciment, calcaire et argile. Ou des déchets qui se substituent aux combustibles fossiles (coke, charbon, fioul…) pour faire tourner les cimenteries.

J.D