Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Marché – Pourquoi Caterpillar affole Wall Street ?

Marché – Pourquoi Caterpillar affole Wall Street ?

5 octobre 2015
<span>Marché</span> – Pourquoi Caterpillar affole Wall Street ?

En lançant un « business warning » et en abaissant sa prévision de chiffre d’affaires pour l’année en cours, Caterpillar a ébranlé la bourse américaine. Décryptage.

S’il existe un titre coté au New-York Stock Exchange qui constitue le plus fiable des baromètres s’agissant de la réalité économique internationale, c’est Caterpillar. Constat : depuis le début de l’année, l’action a rendu près de 30%, à son niveau le plus bas depuis 5 ans. Ce poids lourd de l’industrie des matériels « off road », qui intervient sur plusieurs marchés cycliques, est présent dans le monde entier. En outre, il est le N°1 des constructeurs de matériels pour les TP, le Bâtiment, les mines, les carrières, la manutention, … Autant de marchés couverts qui confèrent au constructeur de Peoria (Illinois), une visibilité sans égal sur la conjoncture mondiale. Ses ventes sont le reflet de l’activité économique, presque en temps réel. Ses prévisions ont valeur de pronostic incontestable sur la croissance des prochains mois et trimestres. Depuis longtemps, Caterpillar, qui génère 60% cent de son bénéfice avant impôts hors des États-Unis, son marché domestique, émergents s’est doté d’un tableau de bord fiable permettant d’anticiper les fluctuations de marché, voire de devancer les retournements de cycles.

Tendance baissière

Coup sur coup, Caterpillar a donc lancé un avertissement sur son activité et à revu à la baisse sa prévision de chiffre d’affaires pour l’année 2015 : 1 milliards de dollars revenus en moins, pour un chiffre d’affaires global estimé à 48 Mds$. Cette baisse relativement faible (-2,1%), annonce une année 2016 plus difficile encore, l’Américain tablant sur un recul autour des 5%, pour une quatrième année de baisse des ventes. Une situation inédite pour ce groupe de 90 ans. « Nous sommes confrontés à une convergence des conditions difficiles sur le marché dans des régions clés et des secteurs de l’industrie, notamment dans le secteur minier et de l’énergie », a commenté Doug Oberhelman, président de Caterpillar. Nous sommes convaincus que ces mesures supplémentaires permettront de mieux positionner Caterpillar pour obtenir des résultats solides lorsque la demande s’améliorera ». Déjà en 2008, le groupe avait agi vite et fort pour faire face à un retournement sans précédent du marché mondial. Pour le dirigeant, le ralentissement de l’économie mondiale dans son ensemble avec en corollaire le repli des matières premières, particulièrement marqué dans le secteur des hydrocarbures, et l’effondrement des ventes de matériels sur les marchés chinois, brésil et russe sont à l’origine des difficultés rencontrées. Dans ce contexte et faut de rebond à court terme, l’industriel se doit de repenser son organisation mondiale de production. Quelque 20 usines sont menacées, l’objectif étant de réduire la capacité de 10%. Les effectifs seront logiquement affectés, 4 000 à 5 000 emplois étant supprimés d’ici fin 2016.Une deuxième vague de licenciements de plus de 10 000 emplois, pourrait intervenir à échéance fin 2018. Depuis mi-2012, plus de 31 000 emplois directs ont été détruits sur un effectif de 127 000 salariés à fin juin 2015. Parallèlement, un programme de réduction de coûts est lancé dès cette année à hauteur de 1,5 milliards de dollars.

Orientation Service

Caterpillar subit notamment les conséquences du ralentissement économique de la Chine, qui compromet de nombreux investissements dans les secteurs miniers et énergétiques à travers le monde. A ce titre, le groupe confirme sa sensibilité au cycle économique dans ce secteur. « La baisse la plus significative, dans nos prévisions de revenus pour l’année prochaine provient de ses activités de pétrole et de gaz, confirme Doug Oberhelman. Nous restons attachés à des secteurs tels que les mines, le pétrole et le gaz, la construction et le rail, mais nous devons gérer en faisant face à des ralentissements considérables et parfois prolongés. » Déjà une nouvelle organisation pour le Mining a été adoptée, qui doit permettre aux concessionnaires de la marque de mieux service ces marchés. Le service Client est renforcé. De même, et conformément aux orientations annoncées depuis 3 ans, l’analyse des données, les capacités numériques et l’innovation constituent les trois axes stratégiques sur lesquels repose le développement de l’entreprise dans les prochaines années. Des relais de croissance qui confirment que le ralentissement de la croissance économique mondiale est durable et que de profondes mutations sont attendus dans le secteur des fournisseurs de matériels pour les mines et les carrières, mais aussi pour la Construction, Des relais de croissance choisis pour leur capacité à générer de la valeur ajoutée dans un marché caractérisé par une demande de matériels neufs peu dynamique. Des relais de croissance qui doivent également permettre à Caterpillar de répondre aux besoins de productivité accrue exprimée par les clients et auxquels la réponse technologique apparaît la plus propice. En choisissant cette voie, le N°1 mondial, qui a continué de gagner des parts de marché aux cours des dernières années, entend conforter son rang.

Jean-Noël Onfield