Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Infrastructures – Métropole du Grand Paris : 61 projets d’aménagement en orbite

Infrastructures – Métropole du Grand Paris : 61 projets d’aménagement en orbite

24 octobre 2016
<span>Infrastructures</span> – Métropole du Grand Paris : 61 projets d’aménagement en orbite

La Métropole du Grand Paris a présenté la liste de 61 sites retenus dans le cadre de l’appel à projets « Inventons la Métropole du Grand Paris ». Soixante et un projets d’aménagement sur lesquels des groupements d’aménageurs, d’architectes ou d’investisseurs seront consultés dans les mois à venir. En perspective : plusieurs centaines de millions de travaux pour les entreprises de BTP métropolitaines.

De gauche à droite, Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris, Jean-François Carenco, préfet de Paris et de la région Île-de-France, et Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris.

De gauche à droite, Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris, Jean-François Carenco, préfet de Paris et de la région Île-de-France, et Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris.

Mille deux cent architectes et urbanistes, aménageurs, promoteurs ou investisseurs se pressaient au pavillon Baltard de Nogent-sur-Marne, le 10 octobre, pour la présentation des sites sélectionnés pour l’appel à projets de la Métropole du Grand Paris. Une présentation qui a réuni les élus de tous bords et les représentants de l’Etat qui ont travaillé de concert sur ce vaste projet d’aménagement auxquels ils assignent des objectifs convergents. « Passer du plus petit commun dénominateur au plus grand commun multiple », pour Jacques J.P Martin, maire de Nogent-sur-Marne et président de la commission du projet métropolitain. « Faire éclore la ville de demain (…) dans les deux ans qui viennent », pour Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris. « Renforcer l’attractivité et la compétitivité de la Métropole du Grand Paris », pour Anne Hidalgo, maire de Paris et première vice-présidente de la Métropole du Grand Paris. « Créer de la valeur, des connaissances, de la culture et du lien social », pour Jean-François Carenco, préfet de Paris et de la région Île-de-France. « Repenser la ville post-industrielle entre Paris et l’autoroute A86 », pour Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP).

Une colonne vertébrale, le Grand Paris Express

Inspiré de l’appel à projets de la ville de Paris (« Réinventer Paris ») et englobant le projet de consultation internationale sur les hubs du Grand Paris du Premier ministre, Manuel Valls, le concours métropolitain (« Inventons la Métropole du Grand Paris ») a été lancé le 18 février dernier. Soixante-quinze communes et 112 projets ont répondu à l’appel pour un total de 500 hectares à aménager, l’équivalent d’une ville nouvelle à construire, image Patrick Ollier. Soixante et un sites ont été retenus sur 225 hectares. Cinq sont localisés à Paris, 12 dans les Hauts-de-Seine, 19 en Seine-Saint-Denis, 21 dans le Val-de-Marne et 4 hors la Métropole. Parmi eux : le pont de Bondy et les rives de l’Ourcq, celui de Rungis-Thiais-Orly, le franchissement Pleyel, la gare Bry-Villiers-Champigny ou le pôle gare des Ardoines à Vitry-sur-Seine. Répartis sur le territoire de la Métropole, vingt-huit d’entre eux sont situés dans des quartiers qui accueilleront les futurs transports en commun, dont 22 autour des gares du Grand Paris Express. Deux cent kilomètres de lignes ferroviaires en rocades et 68 gares qui fourniront « l’ossature du développement régional », souligne Philippe Yvin ; « La colonne vertébrale de la Métropole », lui fait écho Jacques J.P Martin. Un projet qui a commencé à prendre corps : « Toutes les lignes seront en travaux préparatoires ou en chantier de génie civil en 2018 », indique le président de la SGP.

Former des groupements d’investisseurs

La consultation engagée autour de ces 61 sites vise à constituer des groupements d’aménageurs, d’architectes et d’urbanistes, d’investisseurs ou d’entreprises. Ceux-ci ont jusqu’au 13 janvier prochain pour se porter candidats à des projets d’aménagement très diversifiés  (logements, parkings, commerces, bureaux, loisirs…) et présenter « une esquisse affinée », précise le président de la Métropole. Entre deux et quatre groupements seront sélectionnés par site par des jurys délégués. Un dialogue compétitif s’engagera alors avec les maires, lesquels négocient un droit à construire sur leur commune. Les groupements devront remettre leur offre finale en juillet suivant. L’identité des lauréats sera dévoilée en septembre, voir en novembre pour les projets les plus complexes. Parmi les critères de sélection : la capacité des projets à contribuer au dynamisme de l’économie, de l’emploi et de la culture métropolitaine, leur capacité également à innover ou à proposer de nouveaux concepts, de nouveaux services et de nouveaux usages. Un deuxième concours sera organisé en juin 2017 autour des 51 projets mis en parenthèse à l’issu du premier pour laisser aux investisseurs le temps de reconstituer leurs réserves financières et à la Métropole de négocier la maîtrise du foncier de quelques sites avec leurs propriétaires (SNCF, Etat, Société du Grand Paris…), précise Patrick Ollier.

Prises de participation de la Caisse des dépôts

Ces projets représentent plusieurs centaines de millions d’euros d’investissement. Les groupements devront les financer, mais ils pourront néanmoins solliciter la Caisse des Dépôts. Dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir, le commissariat général à l’investissement mobilisera 100 millions d’euros pour prendre des participations dans des opérations innovantes (développement durable, utilité sociale…) et emblématique de la coopération entre collectivités publiques et acteurs privés, explique Louis Schweitzer, commissaire général à l’investissement. La Caisse des dépôts, qui a apporté son appui financier à l’appel à projets, mobilisera 100 autres millions pour des projets choisis en fonction de leur valeur économique, sociale et environnementale, ajoute André-Laurent Michelson, directeur de l’exécution des opérations financières. Précision, des réunions d’information seront organisées en novembre et en décembre pour les groupements, lesquels pourront déposer une demande de participation concomitamment à leur dépôt de candidature.

J.D

Les 61 projets retenus
capture-site-1capture-site-2