Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Infrastructures – Grand Paris : une paroi moulée doublée d’une coque en béton pour la gare Villejuif-Institut Gustave Roussy

Infrastructures – Grand Paris : une paroi moulée doublée d’une coque en béton pour la gare Villejuif-Institut Gustave Roussy

6 mars 2018
<span>Infrastructures</span> – Grand Paris : une paroi moulée doublée d’une coque en béton pour la gare Villejuif-Institut Gustave Roussy

Sur la ligne 15 sud, le groupement d’entreprises Vinci-Spie Batignolles réalise les parois moulées de la boîte de fondation de la gare de Villejuif-Institut Gustave Roussy. Un cylindre de 62 m de diamètre qui sera excavé pour y aménager les neufs niveaux de cette station à l’intérieur de laquelle la ligne 15 sud se superposera à la ligne 14.

250 millions d’euros d’investissement, 300 000 m3 de terrain à excaver : dans le parc départemental des Hautes Bruyères à Villejuif, les travaux de génie civil ont commencé en août dernier en face de l’Institut Gustave Roussy avec la construction des locaux techniques de la future gare architecturée par Dominique Perrault. Le groupement a commencé par enlever 100 000 m3 de terrain pour construire les parois tirantées (130 m, 8 m de profondeur) de ces locaux techniques sur une partie de la circonférence de la station.

Début décembre, une cinquantaine de salariés s’activaient sur le site. Principales contraintes sur ce chantier : les risques liés à des travaux souterrains avec d’importants volumes de matériaux à excaver, la livraison de la boîte de fondation avant le passage du tunnelier de la ligne 14 et celle de la gare avant l’ouverture des J.O de 2024, le respect de l’enveloppe financière, explique une représentante de la Société du Grand Paris (SGP).

Paroi moulée fichée à 50 m de profondeur

Les travaux se sont poursuivis en novembre avec celle des parois moulées circulaires du vaste puits qui l’abritera. « Ce puits à ciel ouvert sera capoté d’inox et d’un grand parapluie lumineux qui apportera la lumière du jour », image la porte-parole de la SGP.

Les deux premiers anneaux souterrains abriteront 1 400 m3 de commerce et de services. Les usagers rejoindront les lignes 14 (à 38,70 de profondeur) et 15 sud (à 48,80 m) par une douzaine d’ascenseurs. Les deux tunneliers se croiseront courant 2019 dans cette gare qui sera la plus profonde du Grand Paris après celle de Saint-Maur.

D’ici au printemps prochain, le groupement devra avoir terminé la boîte de fondation : une paroi moulée de 65 cm d’épaisseur doublée d’une coque en béton par l’intérieur.

Les différents panneaux de cette paroi seront fichés à 50 m de profondeur dans un sous-sol qui superpose des couches d’anciens remblais sur des strates de calcaire plus épaisses. Ceux-ci seront creusés à la benne puis à l’hydrofraise avant d’être ferraillés et bétonnés. Un silo à bentonite, une centrale à boue et l’un des plus grands dessableurs d’Europe ont été montés sur l’emprise.

Les déblais seront évacués directement à partir du fort de la Redoute (situé derrière le chantier) puis par autoroute par une bretelle de service. Après excavation du puits délimité par la paroi moulée cylindrique, un radier de plus de 3 m d’épaisseur sera armé et coulé en fond de fouille.

J.D