Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Infrastructures – Grand Paris Express : la gare des Ardoines sort de terre

Infrastructures – Grand Paris Express : la gare des Ardoines sort de terre

20 février 2018
<span>Infrastructures</span> – Grand Paris Express : la gare des Ardoines sort de terre

Sur la ligne 15 sud, les travaux montent en puissance sur la gare des Ardoines. Différents chantiers sont lancés – construction des fondations de la station et d’un ouvrage d’interconnexion avec le RER C – ou le seront bientôt – réalisation d’un pont au-dessus du faisceau ferroviaire, d’un site de maintenance des infrastructures et de son accès enterré. Point d’étape.

En fin d’année, la moitié de la boîte de fondation de la gare des Ardoines était en construction en bordure des voies du RE C, un rectangle en parois moulées de 45 m de long sur 25 m de large et 30 de profondeur.

Aménagée à proximité de Vitry-sur-Seine sur la zone d’aménagement concerté placée sous la responsabilité de l’EPA Orly Rungis Seine amont (Orsa), cette gare accueillera 55 000 voyageurs à sa mise en service, en assurant la correspondance entre la ligne 15 sud du Grand Paris Express et le RER C.

Poussage d’un passage souterrain en mai

La Société du Grand Paris (SGP) investit 120 millions d’euros dans la construction de la station et 60 millions dans les travaux ferroviaires. Architecturée par Valode et Pistre, celle-ci sera surmontée par un bâtiment (Gaetan le Penhuel) qui passera avec une passerelle au-dessus des voies du RER. Cette passerelle sera poussée à l’aplomb du passage souterrain qui fera le lien entre les voies de la C et celles de la 15 sud.

« Nous construisons d’abord une demi boîte pour des raisons de phasage entre les travaux de construction de la ligne 15 sud et ceux d’interconnexion de la SNCF », explique un représentant de la SGP.

Réalisée à la benne et à l’hydrofraise, la demi-boîte a été excavée en partie. Pour le compte de la SNCF, NGE réalise un cadre en béton de 35 m de long sur 15 de large sur le fond de fouille.

Le week-end du 19 mai prochain, ce cadre, qui deviendra un élément du futur couloir de correspondance entre le RER C et la ligne 15 sud, sera poussé sous les voies du RER, après dépose des rails et des caténaires, lesquels seront remis en place à l’issue d’une opération qui devrait durer 55 heures, le trafic ferroviaire étant interrompu le temps de l’opération.

Parallèlement à la préparation de cet ouvrage souterrain, le groupement piloté par Bouygues TP travaille sur la seconde moitié de la boîte de fondation de la gare. Ses 108 m de longueur lui permettront de recevoir la totalité d’un train et de ses voitures.

Une galerie entre le site de maintenance et le tunnel principal

Après le poussage du passage souterrain, un autre chantier supervisé par l’EPA Orsa sera lancé : la construction d’un ouvrage de franchissement pour relier les deux rives du faisceau ferroviaire. Ce pont supportera deux voies de circulation automobile, une autre de bus à haut niveau de service en site propre et une piste cyclable.

Le futur site de maintenance des infrastructures (voies, tunnels, caténaires…) sera élevé un peu plus loin entre une passerelle ferroviaire existante et l’autoroute A86. La démolition des bâtiments qui étaient présents sur l’emprise est terminée, les diagnostics archéologiques ont débuté, les travaux devraient suivre fin 2018 ou début 2019.

Le site est relié au tunnel principal de la ligne 15 par une petite galerie monovoie qui sera empruntée par les trains de maintenance. Cette galerie quittera le site au niveau du sol et s’enfoncera progressivement dans le sous-sol en tranchée (paroi moulée). Elle longera les voies, passera en dessous puis formera une boucle pour se raccorder au tube principal. Un petit tunnelier sera utilisé pour creuser ce raccordement en 2019. Après la fin des travaux liés au couloir de correspondance, Bouygues poursuivra l’excavation de la gare et commencera à construire le puits d’entrée nécessaire à ce petit tunnelier.

 J.D