Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Infrastructures – Notre-Dame-des-Landes: ce que révèle le rapport des experts

Infrastructures – Notre-Dame-des-Landes: ce que révèle le rapport des experts

19 décembre 2017
<span>Infrastructures</span>  – Notre-Dame-des-Landes: ce que révèle le rapport des experts

Conformément au calendrier, les trois médiateurs en charge du dossier ont remis leur rapport d’évaluation du projet. L’arbitrage est désormais dans les mains du Président de la République.

Véritable serpent de mer depuis près de 50 ans, le projet controversé de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) devrait, sauf rebondissement, enfin connaître son dénouement. La remise du rapport mercredi dernier marque une étape décisive avant qu’Emmanuel Macron ne tranche : abandonner ou pas, le projet de nouvel aéroport dans la région Grand Ouest.

Les conclusions ont été rédigées à l’issue de deux cents auditions menées depuis par les médiateurs et considérant les nouvelles expertises commandées par ces derniers. Le rapport aborde les coûts et les conséquences d’un transfert, soit, non seulement le coût de la construction de la nouvelle infrastructure aéroportuaire mais aussi celui de tous les aménagements induits en matière d’accès routiers, ferroviaires, …., tout en intégrant le devenir de l’aéroport existant.

Un élément de comparaison important, puisqu’il apparaît que la réalisation d’un nouvel aéroport coûterait deux fois plus cher que le réaménagement de l’actuelle plateforme. Cela, pour le même nombre de vols de d’accueil passagers. Des informations chiffrées, qui s’ajoutent ainsi aux innombrables autres études réalisées depuis 1965, date de naissance du projet.

Ni pour, ni contre, bien au contraire

La médiation ne se prononce ni pour l’agrandissement de l’aéroport de Nantes-Atlantique, ni pour son transfert vers Notre-Dame-des-Landes. De fait, le rapport se contente de dresser pour chacune de ces solutions l’inventaire des avantages et des inconvénients.

Conséquence : la décision de trancher devra donc, être prise par le chef de l’État. Ce dernier  avait réaffirmé que  « quelle que soit la décision que nous prendrons à propos de Notre-Dame-des-Landes, ce projet doit doter le Grand Ouest d’une structure qui lui permette d’être relié au reste de l’Europe ». Et c’est tout l’enjeu de ce dossier. En surchauffe avec 170 jours de saturation par an, Nantes-Atlantique, doté d’une seule piste, est aujourd’hui sous-dimensionné par rapport aux besoins de la région.

Avantages/inconvénients

Selon les experts, l’aménagement de l’aéroport existant reviendrait entre 414 à 545 millions d’euros. Sa capacité d’accueil serait alors portée à 9 millions de passagers/an à l’horizon 2040. La construction de Notre-Dame-des-Landes est évaluée à 561 millions d’euros pour une capacité de 4 millions de passagers/an et à 992 millions pour 9 millions de passagers/an.

Parmi les faiblesses identifiées des deux projets, le premier pêche par le niveau sonore quand le deuxième impacte l’environnement, concourt à l’étalement urbain. Les émissions de CO2 liés aux travaux, seraient également supérieures de 12%. Pour rappel, et alors que le transfert de l’aéroport Nantes-Atlantique vers Notre-Dame-des-Landes avait été tranché par le pouvoir politique mais aussi par les électeurs par voie de référendum en 2016, plusieurs centaines de « zadistes » bloquent toujours le projet, en occupant le terrain sur lequel l’infrastructure aéroportuaire doit être construite, soit plus de 1 200 hectares.

J-N.O

Chiffres clés

1965 : origine du projet

2008 : DUP

200 auditions

3 experts

55% de personnes favorables à la construction d’un nouvel aéroport (consultation référendaire de juin 2016).

150 à 200 millions : estimation de l’indemnité à verser à Vinci en cas de non réalisation du nouvel aéroport.