Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Génie électrique – La reprise se précise

Génie électrique – La reprise se précise

26 juin 2017
<span>Génie électrique</span> – La reprise se précise

La reprise s’est amorcée l’an passé pour les entreprises de génie électrique et climatique, indique la dernière note de conjoncture du Serce*. Une tendance qui devrait se consolider cette année avec des perspectives d’activité qualifiées d’encourageantes.

En 2016, le volume de l’activité des entreprises de génie électrique et climatique s’est redressé pour atteindre 1,3 %, souligne cette note. Une évolution positive après le repli de 2014 (-1,5%) et la stabilité de 2015.

Cette tendance haussière observée en fin d’année concerne l’ensemble des entreprises, même si les grandes structures et les groupes intermédiaires ont enregistré des rythmes de progression un peu plus soutenus que les PME, ce qui n’était pas le cas en 2015.

Sur la période considérée, la filière a réalisé un chiffre d’affaires de 17,1 milliards d’euros en France. Une part non négligeable de l’activité des grandes entreprises provient de l’international, lequel a généré un chiffre d’affaires de 4,9 milliards.

Précision, la part des marchés privés a poursuivi sa progression (65 %, contre 63 % en 2015) au détriment de celle de la commande publique, dont la baisse est attribuée notammment à la réduction des investissements réalisés par l’État et les collectivités locales et territoriales.

Infrastructures et réseaux bien orientés

Dans les trois secteurs d’évolution des entreprises qu’il fédère, le Serce note une progression de 39,5 % de la part du tertiaire (contre 38,5 % en 2015) et une stabilité de celle de l’industrie (21 % en 2016).

Malgré des difficultés liées aux problématiques de financement des collectivités territoriales, les travaux d’infrastructures et de réseaux représentent toujours une part appréciable de l’activité des entreprises (38 %, contre 39 % en 2015, 38 % en 2014). Les investissements prévus par le Réseau de Transport de l’Électricité (RTE), le gestionnaire du réseau de distribution électrique (Enedis) et les syndicats d’énergie ont contribué à soutenir cette activité, ainsi que le marché de la fibre optique qui est en forte croissance, souligne le Serce.

La construction et la maintenance des postes, du réseau aéro-souterrain de distribution électrique, des réseaux d’éclairage public et l’équipement de la voie publique (vidéosurveillance, bornes Wifi, panneaux d’information, bornes de recharge pour véhicules électriques…) ont fournis près des deux tiers des travaux réalisés l’an passé sur ce segment.

Le marché de l’aménagement numérique et du déploiement de la fibre s’est révélé plus porteur (22 %, contre 20 % en 2015) avec une montée en puissance du réseau numérique FttH et le développement des RIP. Ces nouveaux marchés mobilisent des ressources et apportent une visibilité à moyen terme aux entreprises, indique le Serce.

Bémol, les marchés de construction de lignes de tramway marquent le pas au profit de la création de lignes de Bus à Haut Niveau de Services (BHNS). Le déploiement de bornes de recharge de véhicules électriques à l’échelle des départements, voire des régions, s’accompagne parfois d’une palette de services associés (monétique, pilotage à distance du réseau, application mobile…) qui s’appuient sur le savoir-faire des intégrateurs des entreprises spécialisées.

Signe encourageant, le contrat de performance signé en fin d’année par SNCF Réseau avec l’État en faveur de la rénovation du réseau ferré et le projet du Grand Paris Express devraient également dynamiser l’activité des prochaines années.

*Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique.

Chiffres clés

260 entreprises adhérentes

900 sites en France

135 000 salariés

17,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans l’hexagone

4,9 milliards de chiffre d’affaires à l’international