Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Forage – « Tout pour le forage » : une première plateforme de vente et d’achat de matériels sur Internet

Forage – « Tout pour le forage » : une première plateforme de vente et d’achat de matériels sur Internet

7 novembre 2017
<span>Forage</span> – « Tout pour le forage » : une première plateforme de vente et d’achat de matériels sur Internet

Lancé en mai dernier, « Tout pour le forage » met les vendeurs et les acheteurs de matériel et d’équipements de forage en relation. Fabricants, distributeurs et entreprises de travaux qui veulent se séparer d’équipements sous-utilisés ou qui souhaitent s’en procurer. La plateforme envisage également de leur proposer différents services : recherche de prestataires, formation, emploi, dépannage et réparation sur site.

Charles Ele, fondateur de « Tout pour le forage » : « Aujourd’hui, nous avons les outils et les techniques qui permettent aux professionnels du forage de localiser leurs clients et leurs partenaire sur les supports numériques, téléphones portables ou tablettes. »

Spécialiste du numérique (gestion d’entreprise, e-commerce, réseaux sociaux…), Charles Ele a été responsable puis directeur « Digital » d’un grand fabricant français de matériel de forage pendant quatre ans. Ce « digital native », comme il se présente, a mis cette expérience à profit pour connaitre l’écosystème des métiers de la spécialité.

Son passage dans le secteur lui a permis de dresser différents constats. Un, les commerciaux ont tendance à travailler indépendamment les uns des autres, sur la base de leur seul portefeuille de clients. Deux, ils ne se servent pas ou peu des outils digitaux (téléphones portables, tablettes) pour localiser leurs prospects. Trois, les techniciens des services après-vente ne sont guère plus familiers de ces outils.

« Aujourd’hui, observe encore Charles Ele, nous avons les outils et les techniques qui permettent aux professionnels de localiser leurs clients et leurs partenaire sur les supports numériques. »

Le lancement de « Tout pour le forage » découle de cette autre observation : « Pour acheter et pour vendre du matériel ou pour le dépanner en cas de problème, ils privilégient la réponse la plus rapide et la plus proche. »

Constituer le premier annuaire du secteur

La plateforme met les professionnels du forage (fabricants, distributeurs, loueurs, entreprises) qui veulent vendre le matériel (tarières, tricônes…) peu ou pas utilisé « qui plombe leur BFR » en contact avec ceux qui cherchent à en acheter.

Le site, dont la dénomination entend mettre « l’usage » en avant, a entrepris « de répertorier tous les acteurs de la chaîne des métiers du forage » : entreprises de géotechnique ou de fondations spéciales, d’exploitation de carrières ou de mines, de géothermie ou de forage d’eau, de recherche ou de dépollution industrielle…

Objectif : constituer le premier annuaire français (puis mondial) du secteur puis le croiser avec un outil de géolocalisation pour aider les commerciaux et les techniciens d’après-vente à localiser leurs clients, leurs prospects ou leurs partenaires sur la carte, puis à évaluer la distance qui les en sépare. L’inscription à cet annuaire est gratuite et devrait le rester. Les professionnels en profitent déjà pour améliorer leur visibilité sur leur marché, souligne Charles Ele.

Echanges de matériels et de services

Le site vérifie le sérieux des vendeurs de matériels et des acquéreurs potentiels. « Nous les soulageons des aspects commerciaux et marketing de la transaction », commente le fondateur. Les protagonistes négocient et finalisent la transaction sur son interface. Les premiers perçoivent le montant de leur vente (placé sur un compte séquestre) une fois que la machine ou l’accessoire a été livré.

La plateforme se rémunère en prélevant une commission sur le montant de la vente. Comprise entre 5 et 12 % de celle-ci, elle varie en fonction de différents paramètres : la nature du produit, la distance ou le délai de livraison…

« Tout pour le forage » envisage de compléter la mise en relation des professionnels avec une palette de services. Le site peut déjà mettre en contact un acheteur avec un transporteur par exemple. A l’avenir, il prévoit de s’associer avec des partenaires spécialisés pour proposer des prestation en matière de formation (conduite de machines, techniques de forage, mise en route de machines…), d’emploi, de dépannage et de réparation sur chantier. Dans ces domaines, la géolocalisation permettra de mettre les offreurs et les demandeurs de service en rapport au plus près de leurs bases.

La plateforme s’est fixée comme objectif de répertorier 3 000 professionnels dans son annuaire et de compter 120 à 150 vendeurs sur son interface en mai 2018. « Nous visons à l’équilibre dans trois ans avec un chiffre d’affaires de 1,5 millions d’euro », confie son fondateur. Au premier semestre de l’an prochain, il envisage d’ouvrir une version de « Tout pour le forage » site en Suisse et en Belgique. Au semestre suivant, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et l’Afrique francophone (Côte d’Ivoire…) sont dans sa ligne de mire. « All for the dring » pourrait traverser l’Atlantique (Etats-Unis, Canada…) l’année suivante.

J.D