Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Ferroviaire – 46 milliards d’investissement dans les dix ans à venir

Ferroviaire – 46 milliards d’investissement dans les dix ans à venir

9 janvier 2017
<span>Ferroviaire</span> – 46 milliards d’investissement dans les dix ans à venir

Approuvé par le Conseil d’administration de SNCF Réseau, le projet de contrat de performance entre l’Etat et l’opérateur ferroviaire prévoit 46 milliards d’investissement sur le réseau ferré dans les dix années à venir. Focus.

Ce projet de contrat sera soumis pour avis à I’Arafer (Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières) avant signature par les deux parties. Il s’articule autour d’un double défi – assurer la sécurité du réseau, améliorer la qualité de service –et de six objectifs principaux. Parmi eux : définir les priorités de renouvellement et de modernisation en mettant l’accent sur le réseau structurant et les zones denses ; engager le programme de renouvellement des lignes régionales figurant dans les contrats de Plan Etat-Région (CPER).

27,9 milliards sur le réseau principal

p1110661Dans les dix ans à venir, plus de 34 milliards d’euros seront investis sur le réseau le plus circulé. Financés par SNCF Réseau, 27,9 milliards doivent être attribués au renouvellement du réseau principal. L’enveloppe avoisinera 2,6 milliards cette année. Le seuil des 3 milliards annuels sera franchi en 2020. Par ailleurs, 1,8 milliards iront aux investissements industriels et technologiques (engins, informatique, outils digitaux) entre 2017 et 2019 pour moderniser la gestion du réseau, soit 300 millions chaque année. L’Etat, les régions et SNCF Réseau affecteront également 4,5 milliards aux travaux de mise en conformité du réseau, en matière de sécurité (suppression de passages à niveau) et d’accessibilité des gares. Par ailleurs, 12 milliards seront attribués aux lignes régionales et aux nœuds ferroviaires. A partir de cette année, SNCF Réseau et les régions consacreront 900 millions à la rénovation de ces lignes régionales dans le cadre des CPER, avec une montée en puissance à plus d’un milliard dès 2018, contre 600 millions aujourd’hui. Parallèlement, l’opérateur ferroviaire envisage de réaliser 1,2 milliard d’économie à l’horizon 2026 en faisant évoluer sa politique industrielle : avancées technologiques, régénération soutenue du réseau, plages de travaux plus longues pour faire du volume et réduire le coût de revient, nouvelle politique d’acquisition…

J.D