Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Déconstruction – Brise-roches : Indeco participe au démantèlement d’une centrale nucléaire américaine

Déconstruction – Brise-roches : Indeco participe au démantèlement d’une centrale nucléaire américaine

7 novembre 2017
<span>Déconstruction</span> – Brise-roches : Indeco participe au démantèlement d’une centrale nucléaire américaine

« Prestations atomiques dans l’Illinois », s’enorgueillit le fabricant italien de brise-roches hydrauliques Indeco. Ses outils participent à la démolition de la centrale de Zion, un chantier confié au spécialiste américain du démantèlement, Manafort Brothers. Visite guidée.

Mise en service en 1973 sur les berges du Lac Michigan à environ 64 km de Chicago et 68 km de Milwaukee, cette centrale alimentait la première métropole et une partie de l’Illinois en électricité

Suite à l’arrêt accidentel d’un réacteur, la production électrique a été interrompue en février 1997. Pour des raisons économiques, le gestionnaire, Comed (Commonwealth Edison), a décidé ensuite d’en stopper définitivement l’activité puis de la démanteler.

Fin août 2010, la Commission de régulation nucléaire (Nuclear Regulatory Commission) l’a autorisé à transférer la maîtrise d’œuvre du projet à Energy Solutions, une entreprise spécialisée dans le démantèlement de centrales nucléaires et dans la requalification de sites industriels.

D’ici à la fin 2026, ce projet prévoit de réhabiliter le site et de lui redonner caractéristiques environnementales et paysagères qui étaient les siennes il y a cinquante ans. Un investissement estimé à un milliard de dollars.

Un démantèlement long et complexe

Energy Solutions et sa filiale Zion Solutions sont responsables des travaux d’évacuation des installations, de la démolition des superstructures et du transfert des gravats (113 000 tonnes) sur une zone de stockage située dans le désert de l’Utah.

Le démantèlement a débuté en 1998 avec le retrait du combustible nucléaire des réacteurs et la mise en sécurité des barres d’uranium. Les opérations de décontamination et de démolition des structures en béton armé et en acier ont suivi en 2011. Ces dernières s’effectuent au moyen de procédés mécaniques, elles mobiliseront 200 ouvriers spécialisés pendant une bonne dizaine d’années.

Le chantier a été sous-traité en 2014 à Manafort Brothers, une entreprise du Connecticut qui a déjà déconstruit deux centrales nucléaires sur la côte orientale des Etats-Unis. Celle-ci a commencé par faire tomber le bâtiment qui abritait les turbines et les générateurs. Le chantier s’est poursuivi à l’intérieur des deux tours qui accueillaient les deux réacteurs, puis d’un édifice voisin qui renfermait les appareillages.

La démolition de ces tours débutera à l’automne. Compte tenu de la durée des travaux, de la dimension et de la résistance des structures en béton armé et en acier, mais aussi de la nécessité de travailler à bon rythme, Manafort Brothers a décidé de travailler avec des brise-roches associés à un broyeur et à une cisaille. L’entreprise a porté son choix sur des outils Indeco.

Six brise-roches, une cisaille et un broyeur

Sur le chantier, l’équipementier a fourni six brise-roches : deux HP 25000 de 11 tonnes (HP 18000 en Europe, pointe de 250 mm) pour pelles de 60 à 140 tonnes ; trois HP 13001 de 5 tonnes (HP9000, 195 mm) pour porteur de 39 à 80 tonnes et un HP 8000 de 4 t (HP 5000, 180 mm) monté sur un excavateur (32/63 tonnes) à long bras. Indeco a également fourni une cisaille (ISS 30/50) et un broyeur rotatif (IRP 1250).

Ses outils s’attaquent à des structures en béton armé dont l’épaisseur varie de 1 à 4 mètres. Les plus épaisses, qui abritaient les équipements de pompage de l’eau de refroidissement tirée du lac Michigan, sont enterrées à 18 mètres de profondeur. D’autres renfermaient la réserve de combustible nucléaire. D’autres encore, servaient de fondations. Le diamètre des fers d’armature varie de 32 à 36 mm et le maillage d’acier peut être très serré.

Les hommes, les machines et les équipements sont mis à rude épreuve. « Nous connaissons l’art et la manière d’intervenir sur ce type de chantiers, mais franchement, je n’avais jamais été confronté à des bétons armés dotés de valeurs de résistance à la compression comprises entre 60 a 90 MPa (8,7- 13 Kpsi), telles que celles que nous avons relevées ici à Zion, explique John Carville, directeur du chantier. C’est pourquoi le choix des brise-roches et des autres équipements pour la démolition s’est révélé crucial. »

Des outils fiables et productifs

L’entreprise s’est tournée vers l’équipementier italien après une « évaluation comparative avec d’autre produits de même classe. » Comment utilise-t-elle ses outils ? Les deux HP 13001 sont le plus souvent mobilisés. Pour les travaux les plus difficiles, elle se tourne vers les deux HP 25000. « Avec ses 25 000 joules, il reste incontestablement le brise-roches le plus productif et le plus puissant du marché, souligne John Carville. Dans certaines conditions, il est même le seul de sa catégorie à pouvoir rivaliser avec l’explosif. »

Le broyeur et la cisaille donnent quant à eux « d’excellents résultats en termes de productivité », le rapport puissance/dimensions du broyeur rotatif étant qualifié de particulièrement significatif. Satisfait par le rendement de ces équipements mais aussi par le service et l’assistance que lui apporte d’Indeco North America, le directeur de chantier envisage de commander deux autres brise-roches de la marque (HP 13001).

J.D