Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Entreprise, Marchés, Matériels - Conjoncture – Les cinq mesures à prendre d’urgence pour soutenir la filière

Conjoncture – Les cinq mesures à prendre d’urgence pour soutenir la filière

9 juin 2020

A la veille de la présentation en conseil des ministres d’un troisième projet de loi de finances rectificatif, les fédérations professionnelles des Travaux Publics et du Bâtiment alertent une nouvelle fois le gouvernement sur leur situation.

Pour la FNTP, comme pour la FFB, la reprise des chantiers ne signifie pas la fin des problèmes pour les entreprises de construction. Plus inquiétant, un effondrement de la construction est annoncé si aucune mesure de soutien n’est prise par le Gouvernement. En cause, deux problèmes en particulier :
1. Les surcoûts liés à la mise en sécurité des compagnons sur chantier ne sont que rarement partagés, ce qui fragilise fortement les entreprises du BTP.
2. L’effondrement de la commande publique comme privée.
Le président de la Fédération Nationale des Travaux Publics prévient : « Nous craignons, en effet, un effondrement des appels d’offres à la rentrée de septembre. Il convient donc de soutenir par tous moyens la commande publique locale, qui représente 50% de notre activité, voire plus de 90% pour de nombreuses TPE/PME. »

Bruno Cavagné, Président de la FNTP : « La priorité du gouvernement doit être donnée au soutien à la demande ».

Si rien n’est fait, cette combinaison désastreuse se traduira inévitablement en septembre avec des entreprises en faillite et des salariés qui ne manqueront pas de grossir les rangs de pôle emploi. L’enjeu est d’importance : la construction représente près de 2 millions d’emplois et près de 500 000 entreprises, essentiellement des TPE /PME situées sur tout le territoire, dont la baisse d’activité a été comparable aux entreprises frappées par les fermetures administratives.

Soutien à l’investissement

Pour les deux fédérations, si les premières mesures de soutien du gouvernement se sont avérées efficaces, autant, depuis plusieurs semaines, il tergiverse à prendre les dispositions qui s’imposent pour maintenir à flot un secteur essentiel à l’ensemble de l’économie du pays. Aussi et afin de stimuler l’investissement des ménages, des acteurs privés et des collectivités publiques, elles demandent au gouvernement et aux parlementaires d’intégrer au projet de loi de finances rectificatif les cinq mesures suivantes :
• La prise en charge des surcoûts liés au COVID-19 et l’annulation des charges fiscales et sociales
• La mise en place d’un véritable mécanisme d’incitation à l’investissement local grâce au FCTVA
• Un plan massif de rénovation énergétique des bâtiments
• Le relèvement des budgets consacrés au niveau national aux infrastructures et à la gestion de l’eau
• Le retour à un taux réduit de TVA à 5,5 % pour l’ensemble des travaux.

J-N.O

Photo : Depuis trois mois, le nombre d’appels d’offres s’est fortement contracté. (credit ; Sytral).