Suivez-nous :         application      kit média      
Accueil - Marchés - Chantier numérique – Airware : une plateforme d’intégration des données de production en essor

Chantier numérique – Airware : une plateforme d’intégration des données de production en essor

19 juin 2017
<span>Chantier numérique</span> – Airware : une plateforme d’intégration des données de production en essor

Spécialisée dans la collecte de data par drones et leur analyse, la société américaine Airware les agglomère sur le « cloud », les analyse puis les restitue à ses clients sur une plateforme de travail collaborative. Objectif affiché : devenir le leader mondial et européen de la gestion et du traitement des données prélevées dans les secteurs des travaux publics, de l’exploitation de carrières et de mines dans les cinq ans.

Benjamin Hugonet, vice-président EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) d’Airware : « Nous voulons décloisonner et démocratiser l’accès aux données topographiques à l’intérieur de l’entreprise. »

Exit les topographes et le experts Autocad ? « Nous voulons décloisonner et démocratiser l’accès aux données topographiques à l’intérieur de l’entreprise », explique Benjamin Hugonet, vice-président EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) d’Airware. Le prestataire de service forme leurs salariés à l’utilisation de l’outil en quelques semaines seulement.

Benjamin Hugonet segmente son marché « en trois blocs » : les producteurs de granulats et de ciment ; les exploitants de mines ; les entrepreneurs de travaux publics (terrassement, VRD, oil and gaz…). La concurrence est sévère sur le créneau de la fourniture de levées topographiques (géomètres, topographes, bureaux d’études, opérateurs de drones…), constate le vice-président. Sur celui de la fourniture de solution de gestion et de traitement de données d’exploitation en revanche, Airware est seule en Europe, et les challengers se comptent sur les doigts d’une main aux Etats-Unis.

La société met une plateforme d’intégration et de traitement des données d’exploitation à la disposition des entreprises d’extraction et de travaux publics sur le « cloud ». Celles-ci les utilisent pour améliorer les processus de production sur leurs sites et leurs chantiers.

Des drones au service de l’acquisition des données

Airware mobilise préalablement une équipe de pilotes de drones maison et ceux de partenaires extérieurs pour alimenter cette plateforme, mais sa vocation est d’abord de se concentrer sur leur analyse.

C’est ainsi qu’il faut comprendre l’accord de distribution international qu’elle a signé dernièrement avec Sensefly, un fabricant de drones à voilure fixe. En vertu de cet accord, Airware peut désormais proposer aux entreprises de construction, d’exploitation de mines et de carrières le dernier-né des avions sans pilote de son partenaire (eBee Plus), un aérodyne ultra léger qui permet de cartographier avec précision jusqu’à 220 hectares en un seul vol de 59 minutes à 120 mètres de hauteur. « Afin d’exploiter pleinement les données aériennes, les topographes ont besoin d’outils à la fois flexibles et efficaces, permettant une haute précision. L’eBee surpasse tous ces critères », notait Emmanuel de Maistre, vice-président des solutions « Ingénierie et Construction » à l’annonce de l’accord.

Christophe Zufferey, P-DG de SenseFly, abondait : « En associant les performances avérées de l’eBee Plus en matière de cartographie à la puissance de la solution cloud d’Airware, nous créons une offre pleinement adaptée aux grandes entreprises. Celle-ci permet à nos clients de collecter en toute sécurité les données dont ils ont besoin pour la planification des opérations, le calcul des volumes à extraire, et la gestion de l’évolution des sites au fur et à mesure des opérations ».

Améliorer la production et la productivité

Suite à un précédent partenariat passé avec le constructeur d’engins Caterpillar, la solution Airware est également proposée par le réseau de distributeurs de la marque. L’offre est portée par la structure Cat Connect, laquelle intègre une suite de produits et de services spécifiques pour améliorer les performances opérationnelles des exploitations. « Caterpillar génère des données à travers les machines utilisées sur les chantiers (consommation de carburant, heure de travail, intervention de maintenance…) et les met à la disposition de ses clients sur la plateforme Airware », précise Benjamin Hugonet.

La société compte déjà plusieurs centaines de clients sur ces trois segments d’activité, elle envisage d’en dénombrer plusieurs milliers à brève échéance. Pour y parvenir, elle a commencé à s’attaquer aux grands comptes pour dégager des effets de volume. Parallèlement, elle se déploie géographiquement dans différents pays par le biais d’accord signés avec les concessionnaires de Caterpillar, le dernier en date ayant été passé dans le Nord de l’Inde.

La plateforme agglomère et traite des données relatives à la topographie, aux machines ou la qualité des matériaux à partir d’un cahier des charges standards ou construit sur mesure avec ses partenaires. Elle leur restitue aux industriels des analyses qui leur permettent de d’améliorer l’efficacité de leurs processus de production et celle de leurs collaborateurs et in fine, de réaliser des gains de productivité.

Exemple ? La réalisation de métrés sur les chantiers de terrassement, préalable au règlement des sous-traitants. Avant, le terrassier était obligée d’envoyer des topographes sur le terrain puis de traiter les informations à leur  retour. 15 jours de travail sur un linéaire de 7 à 10 km en moyenne. Airware effectue la mission 48 heures chrono sans intervention terrestre, en fournissant une information plus pointue et plus pertinente.

Autre exemple ? L’évolution du front de taille et l’aménagement des pistes en carrières. Airware réalise une levée topographique mensuelle, là où le carrier n’en réalisait qu’une par an. Celui-ci suit et mesure avec précision l’évolution du front et les volumes produits, cela lui permet d’anticiper le tracé des futurs pistes pour optimiser la circulation sur le site et réduire les consommations de carburant.

J.D