Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Marchés - Carrières – Vers un élargissement du périmètre de la « Charte environnement »

Carrières – Vers un élargissement du périmètre de la « Charte environnement »

21 mars 2016
<span>Carrières</span> – Vers un élargissement du périmètre de la « Charte environnement »

Organisée à l’Assemblée nationale par la « Charte environnement des industries de carrières », la septième édition du « Rendez-vous de la Charte » a réuni les parties prenantes, élus, fondations, associations ou scientifiques. Celles-ci se sont accordées pour ouvrir ce référentiel de gestion environnementale des carrières à de nouvelles thématiques et à d’autres métiers.

 Les carriers ont pris le virage du développement durable il y a

Colette Langlade, députée de la 3ème circonscription de Dordogne, Christophe Bouillon, député de la 5ème circonscription de Seine-Maritime et vice-président de la commission du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire, et Laurent Delafond, président de la Charte Environnement des industries de carrières.

Colette Langlade, députée de la 3ème circonscription de Dordogne, Christophe Bouillon, député de la 5ème circonscription de Seine-Maritime et vice-président de la commission du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire, et Laurent Delafond, président de la Charte Environnement des industries de carrières.

vingt-deux ans avec la première « charte professionnelle des producteurs de granulats ». La « charte environnement des industries de carrières » a pris le relais en 2004. La pré-charte de 1992 a surtout permis d’identifier les bonnes pratiques environnementales ; la deuxième – un référentiel en quatre-vingt points – de les adopter dans les carrières. Un changement de logiciel qui a révolutionné la culture professionnelle et modifié les pratiques professionnelles en profondeur avec la mise en place d’un management de la biodiversité qui a porté ses fruits : réduction des nuisances, prévention des pollutions ; diminution de la consommation d’eau, amélioration du bilan carbone, meilleure insertion et réinsertion des sites dans leur milieu naturel et humain… Aiguillonnés au départ par le durcissement de la réglementation (autorisation, enquête publique…) et poussés progressivement par la conscience de leur responsabilité sociale, les exploitants se sont préoccupés d’extraire et de transformer les granulats sans défigurer leur environnement ni perturber celui des riverains.

Ouverture de la charte à d’autres producteurs de matériaux et aux bétonniers

Représentant 57 % de la production nationale de granulats, 432 entreprises et 1 080 sites respectent aujourd’hui les exigences d’un référentiel qui compte quatre niveaux et cinq mentions spéciales : concertation, biodiversité, énergie, eau et transport. Placé sous l’égide de Christophe Bouillon, député de la 5ème circonscription de Seine-Maritime et vice-président de la commission du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, et de Colette Langlade, députée de la 3ème circonscription de Dordogne, le septième « Rendez-vous de la charte » s’est penché sur les possibilités d’en élargir le périmètre. Aujourd’hui en effet, la majorité des signataires du référentiel produit des granulats et-ou recycle des déchets du BTP. Celui-ci pourrait s’étendre à de nouveaux domaines d’activités. Affirmé lors de la dernière réunion des parties prenantes à l’Assemblée nationale, l’objectif est d’inciter les carrières de minéraux industriels, de roches ornementales ou encore, les producteurs de béton prêt à l’emploi, à mettre leurs pas dans ceux des carriers et des recycleurs. Il a été question également d’étendre le périmètre de la charte à d’autres thématiques, les enjeux d’ancrage territorial ou le capital humain par exemple. Les industriels quo sont déjà engagés dans la démarche pourraient ainsi compléter son volet environnemental par des volets sociaux et sociétaux.

J.D

 La charte en quelques dates

1992 : création de la « Charte professionnelle des producteurs de granulats » et lancement des premières études scientifiques environnementales

2004 : lancement de la « Charte environnement des industries de carrières »

2014 : 432 entreprises signataires, 1 080 sites engagés, 57% de la production nationale de granulats issue de sites « chartés », près de 4 000 personnes formées à la biodiversité