Les 19 et 20 mai se tiendront à Lyon les championnats de France de la profession. Au-delà de la performance, les organisateurs voient dans cette manifestation un espace d'échange pour la filière et ses différents interlocuteurs.

Pour les cordistes, l'important c'est de se rencontrer

Les événements sportifs restent un moyen efficace de souder une communauté, à tel point qu’elles sont une source d’inspiration pour le monde professionnel. Les cordistes possèdent par exemple leurs championnats de France. La 10e édition se déroulera les 19 et 20 mai prochains à Lyon. « C’est devenu un rendez-vous incontournable de la profession, indique Magalie Laurent, administratrice de France travaux sur cordes, le syndicat de la filière qui organise la compétition. Les inscriptions ont été clôturées en quinze jours. Nous avons dû refuser des demandes. Certaines équipes sont très fidèles, mais nous enregistrons dans le même temps un renouvellement des participants. »

Quelque 100 cordistes sont attendus. La compétition est divisée en trois phases. La phase de qualification comporte quatre épreuves individuelles conçues à partir des référentiels techniques et professionnels du syndicat. « Elles reproduisent les conditions réelles de travail, comme le montage de pièces en hauteur ou la pose de bâche », précise Magalie Laurent. Ces exercices rapportent des points qui servent à établir un classement général. Les 32 meilleurs participent le lendemain à un tournoi éliminatoire pour déterminer le podium en individuel.

Un temps de dialogue

En parallèle, l’événement comprend un classement pour les entreprises. Elles seront dix-sept cette année. Chacune peut présenter deux équipes de trois personnes. Les points décrochés les membres durant la phase de qualification sont additionnés. Les quatre meilleures équipes sont sélectionnées pour une phase finale où les épreuves se déroulent cette fois en groupe. « La compétition par équipe donne la possibilité aux entreprises de démontrer leur expertise, souligne la responsable. C’est aussi un projet fédérateur pour les collaborateurs. Ils s’engagent dans une préparation commune où ils devront répéter les gestes de leur métier. Ils actualisent en quelque sorte leurs compétences. En outre, l’entraînement les amène à échanger. Ils n’ont pas toujours l’occasion de converser au quotidien. Beaucoup cordistes non-inscrits viennent d’ailleurs aux championnats pour dialoguer avec leurs confrères. » Un classement pour les agences d’intérim et les organismes de formation sont également prévus. Ils seront établis avec la somme des points obtenus par les trois équipiers durant les qualifications.

Montrer sa particularité

Mais cette manifestation ne réduit pas un simple rassemblement de spécialistes arnachés de baudrier. France travaux sur cordes y voit au contraire une opportunité pour ses adhérents de se rapprocher des autres acteurs de leur champ d’activité. « Cette manifestation donne de la visibilité à nos métiers et valorise la double compétence des cordistes. Ils réalisent les mêmes tâches qu’un maçon ou un couvreur, mais en hauteur. Ces conditions de travail requièrent une organisation d’entreprise très particulière, avec notamment des analyses de risque spécifiques. » Le syndicat invite les représentants des principales institutions du secteur : la FFB, la FNTP, la Direction générale au travail ou l’OPPBTP*. Les sociétés convient leurs clients et des donneurs d’ordre. Quant aux curieux, ils sont les bienvenus.

Élargir le public

D’autres événements organisés conjointement viennent soutenir cette volonté de partage. Une conférence en partenariat avec l’OPPBTP abordera les fondamentaux des travaux sur cordes et la préservation de la santé. « Nous entretenons un partenariat historique avec l’Organisme, note Magalie Laurent. Il s’est renforcé ces dernières années avec entre autres la création de plaquettes portant sur la prévention. L’idée était d’avoir une discussion autour des fondamentaux avec tous les acteurs de la filière. »

Un salon professionnel accueillera des stands de fabricants et de distributeurs de matériels liés à ces métiers, l’occasion pour les utilisateurs de découvrir les dernières nouveautés. Magali Laurent espère accueillir une audience encore plus variée lors des éditions futures. « Nous souhaitons développer l’axe de l’employabilité avec l’accueil d’étudiants. Les activités de nos membres sont en pleines extensions. Ils recrutent. » Et quoi de mieux de quelques prestations spectaculaire pour susciter des vocations.

* : Fédération française du bâtiment (FFB), Fédération nationale des travaux publics (FNTP), Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP)

">