Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Réseaux - Véhicules industriels – Pourquoi Wielton a pris le contrôle de la totalité du capital de Fruehauf

Véhicules industriels – Pourquoi Wielton a pris le contrôle de la totalité du capital de Fruehauf

23 janvier 2018
<span>Véhicules industriels</span> – Pourquoi Wielton a pris le contrôle de la totalité du capital de Fruehauf

Le plus grand constructeur de semi-remorques et de remorques polonais et l’un des trois premiers européens vient de prendre le contrôle de la totalité du capital du fabricant de bennes français Fruehauf. Il finalise une opération engagée en 2015 avec le rachat de 65 % des titres de cette société et concrétise ainsi l’un des volets de sa stratégie croissance externe.

En vertu d’un accord passé en mai 2015, Wielton avait acquis 65,31 % des actions de Fruehauf alors détenues par MBO Capital 2 FCPR et quelques actionnaires minoritaires. La valeur de cette transaction a été évaluée à 9,5 millions d’euros.

Le groupe coté à la Bourse de Varsovie vient de signer une annexe portant sur l’acquisition des 34,9% des actions restantes de l’entreprise française avec les actionnaires minoritaires.

La valeur de la transaction s’élève à 11 millions d’euros. Elle a été réalisée dans le cadre d’une option d’achat courant jusqu’au 28 décembre dernier ou dans les six mois à compter de l’arrêt de la fonction de gestionnaire de Fruehauf par Dauphine Investissements.

Le montant de cette transaction couvre le prix d’achat de base (6,6 millions d’euros) valorisé et augmenté par la prime de résultats pour les résultats financiers de Fruehauf en 2015-2016 et dans la première moitié de 2017.

Précision, la prime concernant la seconde moitié de l’an passé sera déterminée et payée après l’examen des rapports financiers de la société pour 2017.

Première conséquence de la signature de cette annexe, Richard Rihouet remplacera Francis Doblin à la présidence du conseil d’administration à partir de fin janvier.

Ce gestionnaire qui a fait ses preuves dans l’industrie manufacturière (méthode Lean, processus d’amélioration continue) possède une solide expérience de la conduite de projets internationaux.

« Nous achevons un processus très important et en même temps une étape intéressante de la collaboration entre Wielton et la société Fruehauf. Je crois que, par la pleine intégration d’entreprises et donc par l’utilisation  de l’économie d’échelle, le groupe Wielton va accroitre son avantage sur le marché européen », commente Mariusz Golec, président du conseil d’administration de Wielton, dans un communiqué.

Multiplier les ventes par deux

Basé à Wielun, Wielton se développe par croissance organique et acquisitions externes.

En 2015, le constructeur de semi-remorques bâchés et de bennes Merker était entré dans son orbite. En mai dernier, il a acquis 80 % du capital du fabricant allemand de bennes et de véhicules de transport d’éléments en béton Langendorf, avec une option d’achat sur la totalité des titres.

La finalisation du rachat de Fruehauf marque le début d’une nouvelle étape de croissance externe courant jusqu’en 2020. Grâce aux synergies qu’il a commencé à mettre en place ces deux dernières années entre ses différentes entités au niveau des achats, de la production et de la commercialisation des gammes de véhicules, Wielton prévoit de se renforcer sur ses marchés étrangers. Il anticipe une hausse de ses ventes de 12 900 à 25 000 unités par an et un doublement de ses recettes à 2,4 milliards de PLN.

Figurant dans le top dix mondial des constructeurs de sa spécialité, le groupe possède deux centres de production en Pologne et en France, ainsi que deux centres d’assemblage en Italie et en Russie. À la fin de 2016, Wielton a ouvert une filiale en Côte d’Ivoire. Il y a construit une usine d’assemblage de semi-remorques routières. La même année 2016, l’entreprise a ouvert un centre de recherche et développement à Wielun, laquelle possède une station d’essais de remorques.

Les chauffeurs peuvent utiliser l’un des plus de 200 points de service qu’elle a mis à la disposition de ses clients dans 18 pays européens.

J.D