Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Réseaux - Distribution – Dans un marché en reprise, la dynamique des ventes va bénéficier aux matériels compacts

Distribution – Dans un marché en reprise, la dynamique des ventes va bénéficier aux matériels compacts

31 mai 2017
<span>Distribution</span> – Dans un marché en reprise, la dynamique des ventes va bénéficier aux matériels compacts

La phase de reprise observée en France en 2016 et qui soit perdurer cette année, est  à replacer dans un contexte mondial plus positif pour une industriel cyclique et en mutation. Dans ce grand mouvement de reprise tricolore, la loi Macron ne serait qu’un épiphénomène qui a accompagné le retour à l’investissement.

Explication : après avoir baissé de près de 30% à fin 2015, les parcs ont commencés à se reconstituer, à partir du milieu de l’année dernière. Une première depuis le début des années 2010, qui laisse augurer de perspectives porteuses pour l’année en cours et au-delà. Les principaux moteurs de cette accélération attendue sont identifiés. La croissance du PIB, qui même faible (1,1% en 2016), tire l’activité. La reprise de la filière construction dans son ensemble est prépondérante. Amorcée dans le Bâtiment elle gagne désormais les TP.

Résultat : le secteur client est bien orienté, avec une hausse de 3,5% des  travaux réalisés en 2016, et surtout un rebond de la prise de commandes (+15,4%). La reprise des investissements dans les travaux d’infrastructures est à porter au crédit des collectivités locales, qui mobiliseront 52,7 Mds en 2017, contre 50 Mds en 2016.

A ce titre, le Grand Paris est emblématique tant par son ambition que par l’impact sur l’activité en l’Ile-de-France et au-delà pour les prochaines années. Déjà, 3 Mds ont été engagés, permettant de lancer 8 projets TP et démarrer la construction de 14 gares sur les 50 allouées. Le Grand Paris est également emblématique dans la mesure où il illustre la mutation des travaux à réaliser.

Considérant que 85% de la population mondiale vivra dans une métropole urbaine à l’horizon 2030, la volumétrie des chantiers, la nature des travaux et leur organisation comme les matériels mis en œuvre vont évoluer. Cette nouvelle réalité de la profession a un impact déterminant sur la typologie des matériels, avec une demande concentrée sur les matériels compacts.

Déjà, les pelles et chargeuses sur pneus ou sur chenilles de moins de 6 t, comme les gammes Midi (8-12t) sont de plus en plus demandées. Idem pour les solutions d’élévation de personne et de manutention de charge. A contrario, le recul des chargeuses-pelleteuses, observé sur les marchés matures se poursuit. Dans un marché en reprise, la dynamique bénéficie aux matériels compacts. Conséquence ? Le compact va devenir aux chantiers urbains ce que les robots sont aux usines. Cela sous-entend des évolutions profondes des matériels de TP dans le futur qui seront guidées par trois axes que sont :

  • La polyvalence, au travers de l’ « accessoirisation » croissante de matériels conçus, dès l’origine, comme des porte-outils,
  • La prise en compte des exigences de sécurité, qui vont également orienter les achats des matériels, dans le futur car plus on travaille en espace exigus, à proximité des riverains, plus les contraintes sont fortes,
  • La « data », et son exploitation, à l’aune de la machine intelligente, connectée, automatisée et demain, autonome.

Ne nous trompons pas. L’accélération telle qu’on l’a pressent aujourd’hui, sera massive et rapide. A cinq ans, ces paramètres auront conduit à repenser la relation entre le distributeur et son client mais aussi entre l’industriel et son concessionnaire. La notion de service va être transformée dans son fondement. C’est la fin du SAV en réaction, c’est l’avènement SAV en anticipation avec la maintenance proactive, qui permet d’optimiser le taux d’engagement d’un matériel en gérant ses immobilisations pour entretien.

Dans cette perspective, et pour continuer à exister en Europe, il va falloir suivre les tendances, les accompagner à défaut de pouvoir les anticiper, et satisfaire à trois critères que sont la technique à maîtriser, les normes à respecter et l’innovation à intégrer.

J-N.O