Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Réseaux - Recyclage – LMTP, la diversification par le godet concasseur

Recyclage – LMTP, la diversification par le godet concasseur

18 mai 2020
<span>Recyclage</span> – LMTP, la diversification par le godet concasseur

Entreprise de Meurthe-et-Moselle aux multiples activités, LMTP s’est engagé depuis un an dans le recyclage des matériaux issus du nettoyage des centrales à béton. Une manière d’occuper son matériel en dehors des périodes d’activité, qui pourrait se transformer petit à petit en nouveau métier.

(Photo ci-dessus : La pelle Kobelco SK260 de LMTP en plein concassage de béton avec son godet MB-BF90, fixé à un coupleur Arden. LMTP)

Il n’est pas rare qu’un nouvel outil stimule l’imagination. Acheté dans un but précis, ses utilisateurs lui découvrent d’autres usages plus ou moins prévisibles. Ainsi, la société Lorraine matériels TP (LMTP) emploie depuis plusieurs années des godets concasseurs et des godets cribleur sur ses chantiers, des systèmes conçus par le fabricant MB. Elle les loue aussi à l’occasion. C’est avec ces mêmes équipements qu’elle s’est lancés depuis un an dans une activité de recyclage.

À Jarny, en Meurthe-et-Moselle, sa plate-forme récupère des restes de béton provenant des centrales alentour, jusqu’à une cinquantaine de kilomètres à la ronde. Il se trouve que ces sites doivent être nettoyés environ tous les deux mois. Les morceaux de matériaux collés dans les différents organes de production du site sont retirés au brise-roche hydraulique (BRH). Ce toilettage peut dégager entre 800 et 1 000 t de débris. « Soit nous réalisons nous-même ce chantier pour le compte des bétonniers, soit un client nous a loué une pelle avec un BRH pour effectuer une opération de ce type. Il nous rapporte ensuite les déchets », explique Damien Santos, gérant de LMTP.

Utilisateur et distributeur

Les BRH sont de marque Rammer, un fabricant dont LMTP distribue également les produits. « En tant qu’entreprise de travaux publics et loueur avec opérateur, nous sommes utilisateur des équipements que nous vendons. Comme les outils MB, nous sommes très satisfaits de ces BRH, notamment du service après-vente, souligne-t-il. Le fait d’être à la fois distributeur et loueur nous permettent d’avoir un retour d’utilisation concret de ces outils et d’être informé des dernières évolutions techniques. »

Recyclage à trois temps

Chaque opération de recyclage est réalisée par la même pelle Kobelco SK260 (26 t), dotée d’un coupleur rapide Arden de type SW 48. « Ce dispositif nous permet d’utiliser nos outils sur l’ensemble de notre parc de matériels », indique Damien Santos. Une fois arrivés à Jarny, les fragments de béton sont triés une première fois avec un godet à claire-voie.

Les matériaux restant dans ce godet sont ensuite criblés avec un godet crible MB-S18, réglage 0/60. La fraction sortie du crible est vendue comme granulat de second choix. Le reste est concassé avec un godet concasseur MB-BF90, réglage 0/35. Les granulats obtenus sont eux vendu comme un produit de premier choix.

Photos ci-dessus : les fragments de béton durant les différentes étapes de recyclage. LMTP

La fraction laissée de côté par le godet claire-voie au début du cycle est stockée jusqu’aux beaux jours, puis passage au crible MB-S18 à 0/35, le restant est concassé à 0/35 avec le MB-BF90 afin de générer un matériau adapté au réemploi.

Fini les temps morts

« Nous recyclons en période creuse, quand la pelle n’est pas louée ou affectée à un chantier, explique le gérant. Le traitement de 1 000 t de matériaux mobilise un opérateur pendant une semaine. » Il estime que sa production annuelle de granulats doit être comprise entre 3 000 et 4 000 tonnes par an. Sa clientèle est principalement composée de petites sociétés. « Il y a quatre carrières à proximité. Les grandes entreprises s’y fournissent. Nous travaillons donc avec des petits entrepreneurs. »

Comme les outils, les nouvelles pratiques stimulent l’imagination. Damien Santos songe déjà à recycler de nouveaux déchets : « nous comptons acheter du terrain pour étendre nos bâtiments et notre zone de stockage. Nous pourrions alors nous lancer dans la récupération des bétons de démolition propres. »

M. D.