Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Toilettes de chantier – Quelles mesures d’hygiène à respecter face à la crise sanitaire ?

Toilettes de chantier – Quelles mesures d’hygiène à respecter face à la crise sanitaire ?

1 juin 2020
<span>Toilettes de chantier</span> – Quelles mesures d’hygiène à respecter face à la crise sanitaire ?

La reprise d’activité s’accompagne de nouveaux comportements sur le chantier. Les sanitaires de chantier n’échappent pas à règle. Quelles sont les mesures d’hygiène à respecter ? Comment les désinfecter ? Quelles sont les responsabilités des prestataires ? Eléments de réponse.

Les entreprises se doivent de respecter un grand nombre de mesures d’hygiène qui ont été répertoriées dans le guide de l’OPPBTP publié le 2 avril dernier. Rédigé avec l’appui de l’organisme professionnel de prévention du secteur (OPPBTP) et l’ensemble de la profession (entreprises, fédérations, médecins du travail, préventeurs,…), le « Guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la continuité des activités de construction », souligne l’importance des mesures de prévention protégeant la santé des collaborateurs, en passant notamment par des conditions sanitaires à respecter. Elle précise notamment : « la possibilité de se laver les mains avec l’accès à un point d’eau et du savon est une condition incontournable pour autoriser l’activité ». Une mesure pas toujours évidente à respecter sur les chantiers et que WC Loc peut facilement mettre en oeuvre en agissant pour la standardisation de la désinfection en chantiers.

Protocole

A l’instar de WC Loc,  une marque du groupe Enygea experte en locations de sanitaires mobiles, les prestataire spécialisés ont pour vocation d’offrir l’hygiène sur chaniter pour tous les utilisateurs. L’expertise acquise en matière d’hygiène et le strict respect de la norme EN 16194 commande de suivre un protocole strict applicable au cabines toilettes (entretien hebdomadaire, comportant la vidange et le nettoyage hebdomadaire des dites cabines). Au-dela des mesures obligatoire, un renforcement de l’hygiène sur les chantiers à grande échelle s’est matérialisé avec un service de désinfection virucide et bactéricide associé au nettoyage et à la vidange hebdomadaires de la norme EN 16194. Une disposition qui s’est systématisée et qui s’accompagne d’une nouvelle prestation. 

Selon les modèles, les lave-mains, autonomes ou raccordables, peuvent être disposés à côté des toilettes ou directement intégrés dans les cabines autonomes.

Le service de redémarrage des chantiers pour les sanitaires installés inclut un service de maintenance des lave-mains. Jusque-là, les lave-mains restaient peu utilisés sur les chantiers et étaient d’ailleurs proposés en option. Le loueur procède régulièrement pour réalimenter les lave-mains en eau traitée et en savon, plusieurs fois par semaines pour certains.

J-N.O

Photo : Considérant l’importance l’obligation de la multiplication des points d’eau, de la distanciation physique à mettre en place sur les chantiers et une certaine standardisation de la désinfection en chantier, les cabines autonomes sont plus que jamais incontournables sur le chantier.

Commission Sanitaires et Unités Mobiles de DLR : ce que proposent les « Apporteurs d’hygiène »
Après avoir publié un guide de préconisations simplifié et rationnalisé concernant l’utilisation des installations sanitaires mobiles (base-vie mobiles et cabines sanitaires mobiles autonomes), destinées principalement à être placées à proximité des travailleurs sur les chantiers de courte durée, les membres de la Commission SUM se sont mobilisés dès le début de la pandémie pour pouvoir proposer rapidement leurs matériels en nombre suffisant, dans tous les endroits où l’urgence sanitaire était devenue primordiale.
En effet, la facilité et la rapidité avec lesquelles les cabines sanitaires mobiles autonomes sont mises en place permettent d’offrir une hygiène maximale en n’importe quel lieu, et de garantir la distanciation sociale désormais indispensable. Puis, très rapidement, les loueurs se sont organisés pour pouvoir fournir des lave-mains, savons et gels hydro-alcooliques dans les endroits où rien n’était prévu, se conformant ainsi aux préconisations du guide de relance d’activités édité par l’OPPBTP.
Ces mêmes professionnels se sont également concertés au niveau national pour élaborer un protocole de désinfection totale des cabines sanitaires, en utilisant notamment des produits bactéricides et virucides conformes à la norme EN 14476 et en équipant leur personnel des nouveaux EPI indispensables (masque, casque à visière, combinaison totale etc…). Cette nouvelle manière de procéder va sans aucun doute très rapidement se généraliser dans les prochaines semaine voire s’imposer dans le temps.