Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Petit compactage – La carte de la télématique

Petit compactage – La carte de la télématique

29 juin 2020
<span>Petit compactage</span> – La carte de la télématique

Du général au particulier, tel est la trajectoire des services numériques pour le petit compactage. Après les notices, les fabricants se sont lancés dans un suivi des machines.

(Photo ci-dessus : au moyen d’un QR code, l’application Bomag Services fournit à l’utilisateur les notices de la machine. BOMAG)

2020, année de la télématique. Enfin, plutôt de sa prise en main par les constructeurs de matériels. Chacun doit avoir des services numériques au catalogue, sous peine de paraître trop lent. Dans le domaine du petit compactage, l’apparition de cette assistance informatique constitue l’une des grandes nouveautés de ces dernières années (avec les motorisations, voir le numéro 524-525 de Chantiers de France). Les interactions entre la machine et les technologies de l’information et de la communication peuvent encore sembler d’un intérêt mineur, mais elles ne cessent de s’enrichir. Il convient donc de le suivre avec attention.

Le premier apport de ces système consiste à donner un accès immédiat à de la documentation technique. Peu importe le lieu, vous pouvez trouver le mode d’emploi de votre pilonneuse en tapotant trois fois votre écran de téléphone portable. Cette bibliothèque est souvent accompagnée d’un magasin où il est possible de commander des pièces de rechange. Pour relier l’outil à cette succursale virtuelle, les fabricants disposent de plusieurs procédés. Le plus simple revient à apposer des QR Code sur les équipements et à les associer à une application mobile gratuite. C’est la méthode choisie par Bomag avec l’application Bomag Service.

Inspection complète

Autre approche, l’installation d’un émetteur courte distance qui traduit en signaux l’identité de l’équipement. C’est la mode de fonctionnement du Servicelink d’Ammann ou du Fleet Services d’Husqvarna. Le dispositif est plus coûteux, mais il est alors possible d’ajouter des informations supplémentaires, comme le temps de fonctionnement, les consommations de carburant, l’état de la batterie ou un calendrier de maintenance. Pour les récolter, un opérateur a juste à approcher un téléphone ou une tablette doté de l’application adéquate. Une fois enregistrées sur ce terminal, elles peuvent être transférées par le biais du réseau mobile à une plate-forme web où toute l’entreprise peut les consulter.

Ce type de réseau ouvre la voie à de nouvelles formes de maintenance. Chez Husqvarna, si vous disposez d’un contrat d’entretien Upcare, l’application Fleet Services réserve automatiquement un rendez-vous de maintenance en fonction des temps d’usage de la machine. La prochaine étape verrait les constructeurs analyser les données des outils, déceler d’éventuels signes avant-coureur d’une panne et conseiller au responsable de parc un passage anticipé à l’atelier.

Géographie pour tous

Le contrôle de la machine bouclé, les fabricants s’intéressent désormais au suivi du compactage. L’enregistrement automatique de la carte d’une opération est une fonction commune pour les compacteurs autoportés. Mais les composants matériels et virtuels nécessaires étaient auparavant trop couteux pour le petit matériel. Cependant, tout au long des années 2010, les tarifs des logiciels a chuté. Quant au matériel, Bomag a contourné le problème. De nos jours, tout le monde a dans sa poche un ordinateur muni d’un GPS. Depuis l’été 2019, l’industriel propose en téléchargement gratuit l’application mobile Bomap. Au moyen du GPS du téléphone portable, elle archive les mouvements de l’opérateur. Un code de couleur indique la qualité du compactage des différentes zones.

Lancé ce primtemps, le système Compamatic de Wacker Neuson donne la possibilité de cartographier le compactage. WACKER NEUSON

Wacker Neuson a opté pour une technologie plus précise, mais payante. Depuis ce printemps, ses plus grosses plaques réversibles (de la DPU80, 756 kg, à la DPU110, 813 kg.) peuvent être équipées du système Compamatic. Lors du compactage, il transmet à la plate-forme web du fabricant, baptisé Equipcare, les coordonnées GPS de l’équipement ainsi qu’une estimation de la qualité du sol, mesurée par le module embarqué Compatec. Le chef de chantier peut ensuite retrouver une carte des passes sur le portail d’Equipcare.

Si Ammann n’a pas encore insisté dans ce domaine, le groupe possède les moyens techniques de développer un service comparable. Il a créé en 2018, avec la jeune entreprise autrichienne hiQ, la société Q Point. Cette dernière commercialise des systèmes de télématique pour les engins de chantier. La cartographie du compactage fait partie de son répertoire.

A l’horizon se profile déjà la dernière incarnation de cette fusion du numérique et du mécanique. Les prototypes de petit compacteur autonome sont proches de la maturité. Mais ils devront sans doute patienter, le temps que la réglementation découvre leur existante.

M. D.

Retrouvez notre dossier sur le petit compactage dans le numéro 524-525 de Chantiers de France.