Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Matériels - Constructeur – Manitou met le cap sur les nouvelles motorisations

Constructeur – Manitou met le cap sur les nouvelles motorisations

20 mai 2019
<span>Constructeur</span> – Manitou met le cap sur les nouvelles motorisations

Le fabricant de systèmes de manutention a dévoilé début avril une feuille de route consacrée aux alternatives au tout-Diesel.

(Photo ci-dessus : la nacelle tout-terrain électrique 200 ATJ e de Manitou sera disponible avant la fin de l’année. © CDF)

Durant le salon Bauma, la majorité des constructeurs ont affirmé leur volonté de réduire leur dépendance vis-à-vis du pétrole. Manitou ne fait pas exception à la règle. Le groupe a présenté le 8 avril à Munich sa stratégie « Oxygen ». Celle-ci décrit les étapes d’une intégration progressive de nouveaux procédés destinés à limiter l’usage du gazole. La société compte ainsi répondre à d’éventuels renforcements des réglementations environnementales. « Il y a une demande croissante pour des engins avec de faibles niveaux d’émissions, analyse Laurent Bonnaure, vice-président du groupe chargé des ventes et du marketing. Pour autant, une multitude de technologies s’offrent à nous : l’électricité, le gaz naturel, l’hydrogène, ou des hybrides. »

Le constructeur a donc étudié la question pour chacune de ses machines, en fonction de son cadre de travail et de sa fonction. À la suite de ces travaux, son catalogue s’est trouvé divisé en trois catégories. Les matériels urbains et légers, tels que les nacelles ou les chargeuses articulées et les chariots télescopiques de petites tailles, pourraient s’affranchir du Diesel au moyen de batteries. De leurs côtés, les chariots télescopiques intermédiaires employés en ville pourraient eux recourir à un mélange d’électrons et de carburant. En revanche, les modèles conçus pour des activités lourdes ne pourront pas encore se passer des hydrocarbures. Même chose pour les équipements qui évoluent en milieu rural.

Trio électrique

Forte de ses résultats, l’entreprise escompte dans les trois années à venir un développement de ces technologies alternatives pour les machines dont la puissance du moteur est inférieure à 56 kW. Au-dessus de cette valeur, elle considère qu’il faudra attendre entre trois et sept ans pour assister à un mouvement similaire.

Afin d’appuyer son discours, Manitou avait amené en Allemagne trois engins siglés « Oxygen », plus ou moins aboutis. En premier lieu, une nacelle électrique tout-terrain, baptisé 200 ATJ e, sera commercialisée avant la fin de l’année. Elle possédera une hauteur de travail de 20 m pour une largeur de 2,32 m. « Nous estimons que son coût global de possession sera inférieur de 20 % à un produit équivalent au Diesel », précise Laurent Bonnaure. La seconde création consistait en un prototype de chariot télescopique rotatif, le MRT 2550 h, doté d’un moteur électrique et d’un moteur thermique. Enfin, une version électrique du MT 625, l’un de ses petits chariots télescopiques, était aussi exposée. Cependant, cette dernière est encore en phase de test.

M. D.