Suivez-nous :         kit média      
Accueil - Entreprise, Matériels - Jong Sun Ahn, vice-président de Doosan Infracore – « De fabricant de matériels, nous nous transformons en fournisseur de solutions pour les chantiers »

Jong Sun Ahn, vice-président de Doosan Infracore – « De fabricant de matériels, nous nous transformons en fournisseur de solutions pour les chantiers »

6 juillet 2020
<span>Jong Sun Ahn, vice-président de Doosan Infracore</span> – « De fabricant de matériels, nous nous transformons en fournisseur de solutions pour les chantiers »

Avec l’annonce du lancement du Concept-X, Doosan entre dans le club des fabricants de matériels qui tendent vers le chantier connecté. Quels sont les enjeux pour l’industriel que vous êtes ?

Concept-X est notre façon de visualiser notre futur développement technologique. Il fait référence à des solutions matérielles et logicielles intégrées qui, seront, nous le pensons, l’avenir du secteur de la construction. Ce projet, qui constitue une priorité pour Doosan Infracore, est une façon d’anticiper et de mettre en œuvre la technologie de la construction du futur. C’est aussi un moyen d’offrir à nos clients des solutions à des problèmes que les matériels actuels ne peuvent résoudre, alors que la technologie envahit tous les secteurs d’activité. Nous pensons que le secteur de la construction ne peut y échapper et entendons apporter notre contribution.

« Offrir à nos clients des solutions à des problèmes que les matériels actuels ne peuvent résoudre »

Comment allez-vous procéder ?

La première étape pour le projet Concept-X, consiste à identifier des solutions les plus pertinentes et porteuses d’avenir pour le secteur en puisant dans les tendances technologiques les plus avancées, comme l’IA, les mégadonnées, etc. Nous prenons également en considération les recommandations des clients lorsqu’il s’agit d’améliorer l’efficacité et la sécurité de leur chantier ou de leur outil de production. Concept-X doit aussi être une solution qui améliore la productivité et la sécurité sur le chantier, tout en tenant compte de l’impact environnemental.
Afin de concrétiser cette vision de l’avenir de la construction, nous avions besoin d’un processus nous aidant à maintenir l’effort interne et à partager notre vision de l’avenir avec les différents partenaires tout au long du processus de développement.

Avec quel bénéfice pour l’exploitant ?

Le Concept-X offrira aux clients des solutions synonymes de productivité accrue, de sécurité améliorée et de respect de l’environnement.

Quel est votre calendrier ?

Doosan Infracore se positionne comme une entreprise leader dans le développement de technologies pour l’avenir du secteur de la construction. Nous le démontrerons en lançant plusieurs solutions nouvelles qui pourront être vendues avec la technologie associée à Concept-X. Déjà, certaines des technologies sont en cours d’intégration avec des engins de construction actuels, afin de les différencier des autres produits. Nous préparons également le lancement d’une nouvelle solution de gestion sur site pour des engins actuels fonctionnant avec ces opérateurs. Cela démontre notre capacité d’innovation et d’adaptation.

Avez-vous d’autres projets en vue à plus long terme ?

Au cours des prochaines années, Doosan lancera certaines des technologies que nous développons dans le cadre du projet Concept-X.

Pouvez-vous préciser ?

Je pense à un système hydraulique électronique complet, à des solutions de type « MG/MC », à savoir Machine Guidance/Machine Control, à des solutions de digitalisation du chantier, ou encore à un centre connecté de surveillance des machines et un système de commande à distance 5G, pour ne nommer que quelques-unes des solutions sur lesquelles nous travaillons. Il y aura de nouvelles machines mais également de nouvelles solutions logicielles. De fabricant de matériels, nous nous transformons en fournisseur de solutions pour les chantiers.

Quelles sont vos ambitions sur le marché du Mining ?

Comme je l’ai expliqué, avec le Concept-X, Doosan travaille sur des solutions de digitalisation, notamment pour le secteur de l’exploitation minière. Il s’agit d’apporter des bénéfices tangibles, aux exploitants, dans des conditions de travail particulières. En termes de productivité, nous travaillons sur des solutions autonomes permettant de travailler 24 heures sur 24 avec des engins sans conducteurs, ainsi que sur l’utilisation de la connectivité pour créer un parc optimisé, en plus des bénéfices en termes d’hygiène et de sécurité de ce type de technologie. Dans le domaine de la production et de la gestion de matériel, nous comptons lancer le traitement et l’analyse de données collectées par drones. L’hygiène et la sécurité dans les opérations sans conducteurs sont une autre priorité importante. Enfin, une solution de maintenance préventive basée sur des diagnostics digitalisés sera lancée.

Une solution de maintenance préventive basée sur des diagnostics digitalisés sera lancée.

Cela implique aussi de faire évoluer votre offre. Que préparez-vous pour les spécialistes de l’industrie extractive ?

L’une des priorités de Doosan est également d’élargir sa gamme de machines destinées à l’exploitation minière. En 2020, l’entreprise lancera sa plus grosse pelle, la DX800LC-7, sur le marché européen. L’un de nos modèles les plus vendus sur les marchés émergents, la DX800, a de solides antécédents en termes de longévité, de productivité et de coût total d’exploitation dans les environnements de travail hostiles. Le nouveau modèle sortira au deuxième trimestre 2020. L’entreprise est également en train de développer son modèle Insignia, une pelle de 100 tonnes qui sera disponible sur le marché européen en 2021.

En 2020, Doosan lancera sur le marché européen, la DX800LC-7, la plus grosse pelle de son catalogue.

Quel bilan pouvez-vous dresser deux ans après avoir transféré votre siège européen en République tchèque et réorganisé vos centres de productions ?

La décision de délocaliser le siège EMEA fut difficile à prendre, car elle était facteur d’un certain risque. Aujourd’hui, force est de constater que c’était la bonne décision. En regroupant nos activités sur un même site, cela nous a permis de devenir plus efficaces sur le plan de l’organisation et d’améliorer notre communication interne en regroupant tous les services au même endroit. La décision de séparer les activités Heavy et Compact a également été bénéfique puisqu’elle a permis de concentrer les efforts, d’améliorer la communication interne et de parvenir à d’importantes synergies au sein des groupes de produits. Par exemple, l’activité de Doosan en Europe bénéficie aujourd’hui d’un soutien renforcé du siège coréen au niveau de la R&D, de l’après-vente, du support produit et de la qualité.

En quoi l’Europe est-elle un enjeu particulier pour Doosan ?

Depuis 1987, nous vendons des matériels de chantiers à des clients européens. Le chiffre d’affaires comme la part de marché ont progressé de façon constante au cours des cinq dernières années. En 2019, Doosan Infracore Europe a vu son chiffre d’affaires progresser de 12% et sa part de marché gagner 0,2 point. Traditionnellement, nous commercialisons nos gammes à travers un réseau de distribution, et non à de grands clients du secteur de la location ou à de grands comptes. Cependant, depuis 2019, nous nous concentrons sur les ventes à de gros clients et nous constatons d’excellents résultats, notamment dans le cas de Cemex. La marque, qui progresse également avec l’accroissement du volume des ventes, a gagné des parts de marché dans des pays comme le Royaume-Uni, l’Italie et la péninsule ibérique, mais aussi en France, où son chiffre d’affaires est en hausse de 53 % par rapport à l’année précédente et où sa part de marché a gagné 1,1 %.

Quelles sont vos ambitions sur le « vieux continent » ?

À court terme, nous souhaitons améliorer notre présence en Europe en nous concentrant sur les stratégies élémentaires suivantes : améliorer les ventes de chargeuses sur pneus, lancer la nouvelle génération -7 de machines Phase V, introduire une nouvelle gamme de pelles compactes, renforcer la couverture de notre réseau de distribution en Allemagne et en France, et améliorer notre activité grands comptes.

J-N.O